Londres la grande se lamente dans un cri de douleur mais je vais la purifier en éliminant les basses classes, ces symboles de déchéance et de corruption.


[Forum RPG NC-16 inspiré de la série God Child de Kaori Yuki]

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pluie et diablerie [PV Jezabel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "Le Diable"

Messages : 13
Date d'inscription : 28/12/2010

MessageSujet: Pluie et diablerie [PV Jezabel]   Mer 2 Fév - 15:24

Telle une larme solitaire s'aventurant hors de sa pupille pour se risquer à sinuer sur une peau sombre, une goute de pluie fraiche venait de tomber sur Londres. La chute était grisante, sans fin tant les nuages qui dégageaient le ciel de pleine lune semblaient flirter dans les hauteurs ténébreuses, mais elle éclata finalement en une myriade d'étoiles sur le pavé. Ces sœurs jumelles décidèrent alors d'un commun accord de se disperser afin de mieux conquérir ce monde terrestre, aussi glissèrent-elles sans retenue aucune pour se perdre dans les méandres des entrailles du monde ... .

La nuit approchait ses voiles obscures de la capitale anglaise, l'averse menaçait de venir la purifier sous des trompes d'eau salvatrice. Qu'est-ce qu'une goute de pluie pouvait bien représenter pour un être humain ? Qu'est-ce qu'un être humain pouvait bien représenter pour une goute de pluie ? Autant de questions relevant tout droit de la métaphysique sans que leur résolution ne puisse apporter grand bien à l'engeance dominant la surface de la Terre, mais l'esprit de Aaren se voulait vagabond ce soir.

En cette nuit, l'odeur de la pluie approchante lui semblait différente. En cette nuit, tout lui semblait bien différent. Tel un être retournant sur les lieux de son enfance et se rendant compte que les centimètres conférés par les années suffisaient à changer son point de vue sur l'endroit, l'Arcane du Diable nouvellement intronisé se sentait également différent vis-à-vis du monde. Plus grand, plus beau, plus important ... en un mot, la reconnaissance de son nouveau statut changeait bien des choses dans son existence, et il repensa avec une douce nostalgie à ces événements qui portaient désormais l'étiquette du passé sans toutefois dater de plus de quelques jours.

Il avait réussi. Malgré les difficultés, il s'était élevé jusqu'aux yeux de Dieu sur terre et avait su attirer son regard sur sa personne, il avait su attirer son attention sur son Don et en faire un atout imparable. Le CardMaster savait. Il savait ce qu'il était. Cette nouvelle avait d'ailleurs attiser un feu étrange chez le jeune chérubin, mais il s'était plié avec joie au défi qui lui avait été lancé. Après tout, les humains étaient par nature des jouets aux mains des puissants, aussi trouvait-il cela bien normal de devoir distraire son maître, surtout lorsque la récompense était si intéressante. Aussi intéressante que le défi avait été complexe ... . Comment allait-il bien pouvoir tuer le Diable ? Cruciale question que celle-là, et une simple idée avait suffit à lancer une partie ... diablement intéressante !

Le reste prenait alors de simples allures de détails tant un jeu perdait de son intérêt une fois achevé. Une passion inexplicable envers une simple Carte, une colère irrépressible envers un Arcane ... une fois les pions préalablement conditionnés et habilement mis en place sur l'échiquier, Aaren n'avait plus eu qu'à se poser en spectateur, et cette tragédie digne de la Grèce Antique ne l'avait nullement déçu. La suite se perdait d'ailleurs tout autant dans le domaine du détail inutile, et lui-même n'avait guère envie de se souvenir davantage de sa Cérémonie de Résurrection. L'expérience avait été étrange ... au-delà des mots ... et sans désirer l'oublier, il ne tenait pas particulièrement non plus à s'y appesantir. L'immobilisme était l'ennemi de l'Homme, aussi valait-il bien mieux continuer à avancer !

C'était d'ailleurs cette raison - couplée avec sa curiosité presque innocente et enfantine - qui l'avait poussé à s'aventurer dans Londres afin de découvrir plus avant cette fleur fanée au parfum capiteux. Vêtu d'un costume trois pièces noir et d'un manteau de la même couleur, sa silhouette gracile prenait alors d'étranges aspects, à la manière d'un jeune homme qui aurait emprunté les parures de son père mais qui les portaient plutôt bien. Innocence devenu adulte trop tôt et dont le faciès délicat laisser à penser une certaine fragilité de sa part malgré son maintien altier. L'Ange était-il réellement fragile ? un simple coup d'œil sur sa personne aurait suffit à conclure positivement, mais c'était justement là le but recherché. Tromper, mentir, ourdir ... tant de mots qui n'étaient pourtant pas synonymes de ''jouer'' mais qui en avaient pourtant toute la saveur.

Mais la pluie naissante ne paraissait pas vouloir offrir son aval à cette soirée follement joueuse, aussi Aaren fut-il contraint de migrer vers un pub afin de ne pas être trempé, s'asseyant à une table un peu à part afin de pouvoir observer la faune locale à loisir. La partie n'était donc que repoussée, et ce lieu pourrait même présenter quelques divertissements. Ainsi dès qu'il fut servit, ses orbes amarantes cherchèrent-elles aussitôt un jouet intéressant, et une table voisine de la sienne attira son attention. Cette tablée comportait en effet quatre personnes, deux hommes de joyeuse humeur et deux femmes - sœurs s'ils devaient en croire ses oreilles - qui devisaient avec cette petite étincelle intéressée dans le regard. Un seul des deux hommes semblaient toutefois recueillir ces honneurs, et celle qui devait être la plus jeune des donzelles ressentait déjà une pointe d'amertume envers la beauté de son ainée. Intéressant ... vraiment intéressant.

"Tire la chevillette, la bobinette cherra." En d'autres termes, petite amertume deviendra ire incontrôlable sous l'égide de cet angelot pourpre, et il fut plus que satisfait lorsque des cris hystériques retentirent enfin à cette table, les deux furies s'insultant copieusement et provoquant la fuite de leurs chevaliers servants avant d'elles-mêmes quitter les lieux en se menaçant des pires représailles. Amusant mais trop facile, et ce ne fut donc qu'un vague rictus amusé qui vint ourler les lèvres du Diable, celui-ci espérant que cette soirée ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Pluie et diablerie [PV Jezabel]   Dim 6 Fév - 22:31


Rien de comparable que la chaleur de l’alcool après une dure journée de labeur … C’est sans nul doute ce qu’assurerait n’importe quel ouvrier du coin. Néanmoins l’endroit n’était point aisé à ce genre de canaillerie, ici la foule endimanchée savourait les breuvages avec délectation, laissant chaque portion révéler toute la complexité des arômes distillés. Installé un peu en retrait sur l’une des tables, abordant un costume gris qui n’était pas sans rappeler la cendre de ses cheveux, l’air songeur, Death devinait le parfum annonciateur de futures intempéries. La nature avait toujours cette faculté inévitable de l’émouvoir et plissant un peu les yeux il n’avait aucun mal à ressentir chacune des gouttes plus ou moins violentes lui marteler la peau alors qu’il se trouvait pourtant, à l’intérieur même d’un établissement oû se situait un étonnant nombre de cafards humains et que fait encore plus étrange, l’averse n’avait encore nullement débutée...

Son seul désir aurait été de les voir sombrer dans la déchéance un à un, s’étouffant violemment dans la boue suintante. Les cœurs sont tous malléables et s’infiltrer dans chaque conscience peux offrir des résultats assez distrayants. Mais l’entreprise est longue et laborieuse et la lassitude commençait déjà à frapper le docteur, à moins que ce ne soit encore le manque de sommeil ? Très certainement…

De désagréables couinements de tardèrent pas à lui torturer son ouie fine, aucun doute cela ne pouvait être que deux hyènes femelles se battant pour les faveurs de la gente masculine. Enième soupir, les petites bourgeoises avaient un don incontestable pour provoquer son agacement et ces stupides créatures fardées savaient simplement renforcer l’envie de vivisection qui le démangeait déjà depuis un certain temps. Tout l’agaçait en ce lieu mais la cacophonie des rires était facteurs premiers. Ne se lassent-ils jamais de feindre ? Si un démon du nom de gin ne l’accompagnait pas, Jezabel serait parti depuis bien longtemps. L’alcool s’infiltrait dans chacune de ses veines, bouillant et euphorisant, chassant pour un temps la froideur caractéristique de sa peau et engourdissant son esprit.

Sa boisson favorite avait désormais la bassesse de le submerger du souvenir du parfum de tabac brun et de mauvais alcool sans qu’il ne puisse empêcher cela. C’était complètement fou de penser à Cassian de la sorte, mais il fallait bien avouer que depuis que le chirurgien c’était laissé aller à l’ébriété il y a peu de temps au repaire, la simple saveur du Gin lui remémorait les évènements de ce soir là et à quel point il avait poussé ses provocations envers son subordonné.


« -Vous êtes bien songeur mon ami… »

Jeune, blonde, le visage charmant et une pureté de vestale dans ses traits, Helen Olandy était le nouveau petit animal domestique de Jezabel. Oh oui cette greluche était bien entendu amoureuse comme l’est la coutume à cet age là mais bien que leur rencontre ne remontait qu’à quelques jours, Death était déjà infiniment lassé. Ce soir serait l’instant idéal pour la briser et c’était en grande partie pour cela qu’il avait consenti à cette sortie.

D’un naturel timide et réservé Helen changeait intégralement de comportement face à l’arcane sans nom et même si les yeux de Jezabel traduisait un sadisme des plus poussé, la jeune femme aveuglée par son cocoon rosâtre ne semblait rien remarquer. Elle parlait, encore et toujours de ses choses insipides qui emplissent les songes des jeunes londoniennes. Disraeli écoutait à moitié, identifiant que quelques mots, acquiesçant doucement sans prendre la peine de réfléchir lorsqu’elle demandait son avis.

Il pensait à l’aisance toute particulière qu’il aurait à découper sa peau, à extraire à mains nues chacun de ses organes bouillant en gardant en trophée le bel ambre de ses yeux. Soudain, pour une raison qu’il n’avait suivi la lady se leva tout sourire, pour s’éloigner quelque peu. A une distance de quelques mètres elle trébucha à une table voisine, rattrapée par un jeune homme.

Jézabel par pure curiosité plongea ses yeux dans ceux du « sauveur ». Doctor ne put réprimer son éternel sourire en coin tant il avait décelé de fourberie dans ce regard-là.


*Ma pauvre petite tu as donc le chic pour ne cesser de tomber dans les griffes d’obscurs démons…*

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "Le Diable"

Messages : 13
Date d'inscription : 28/12/2010

MessageSujet: Re: Pluie et diablerie [PV Jezabel]   Lun 7 Fév - 17:18

Telle une myriade de papillons de nuit attirés désespérément par la lumière jusqu'à s'en brûler les ailes, les êtres présents ce soir dans ce lieu de rencontre bassement humaine ne cessaient de flirter avec un danger qu'eux-mêmes ne pouvaient appréhender. Drôle de créature que celle qui enivre le Diable de sa présence tout en priant pour le salut de son âme ... . Mais derrière ces orbes amarante couvant le monde d'un regard acéré, Aaren avait depuis bien longtemps abandonné tout espoir de comprendre ces animaux se roulant dans la fange tout en contemplant les étoiles. Pour un peu, ses lèvres diaphanes auraient vicieusement soufflé sur la bougie afin d'en raviver une flamme avide de dévorer ces insectes insipides.

Sa raison s'éthérifiait au fur et à mesure que son ennuie croissait, aussi allait-il devoir y remédier au plus vite sous peine de se laisser aller à une utilisation bien davantage obscure que son Don. Après tout, ne disait-on pas que la cruauté propre à tout être se consumait au fil de son aria ? Spleen par temps de pluie, Londres ne semblait guère expressive dans ses nuits de pétrole. La Belle était définitivement fanée aux yeux de cet angelot avide de perfection, et la chaleur de l'alcool se répandant dans son estomac raviva un instant un rictus emprunt de cynisme. La cité et ses âmes errant inconsciemment ne pouvait plus être sauvées, le calice devait être bu jusqu'à la lie.

Et tandis qu'il se décidait enfin à braver la pluie pour rejoindre son Destin, un curieux spectacle attira son attention. A quelques mètres de sa personne, une jeune demoiselle venait d'entamer un ballet amoureux empli de phéromones acres et niais à s'en vider l'estomac de bile ! Comment des yeux aussi innocents, des geste aussi gracieux pouvaient-ils se retrouver affecter d'un tel miroir dissimulant les réalités du monde à cette enfant pour qu'elle ne puisse y mirer que le résultat de ses désirs ? La Belle s'était faite prisonnière de son plein grès face à une existence qui ne pouvait que se repaitre d'une telle fadaise.

Celle-ci venait d'ailleurs tout juste de se lever pour porter ses pas vers l'extérieur de ce pub enfumé qui convenait bien mal à une jeune fille de bonne famille, et la fragilité de son corps se révéla brusquement lorsqu'elle trébucha pour lui tomber dans les bras, les joues rougies d'une gêne absolument délicieuse. Après tout, si l'Ange lui murmurait de lui arracher les ailes, pourquoi le Diable aurait-il boudé son plaisir ? Un simple coup d'œil vers l'objet de cet amour féminin fut alors suffisant pour qu'un long frisson d'excitation parcourt sa colonne vertébrale du creux de ses reins jusqu'à la pointe de ses cheveux : le prédateur venait d'aviser la présence de l'un de ses semblables, et il se mordilla un bref instant les lèvres pour se contenir.

Que la partie commence ! Et justement, il comptait bien y convier cet être faussement délicat dont la parure de cendre ne lui était curieusement pas si étrangère que cela. L'avait-il déjà aperçu ? Cette question était entière en son esprit, mais le jeu passait avant toute trivialité. Et se relevant doucement tout en aidant cette colombe trop blanche, le jeune Lénian déposa alors ses lèvres sur une peau claire en un baise-main parfaitement exécuté.


« J'ose espérer que vous ne vous êtes point blessée, Mademoiselle ? »

Et sans prendre en compte ses réactions, il la guida doucement vers la table qu'elle venait de quitter et l'accompagna jusqu'à ce qu'elle soit assise à nouveau, adressant alors un sourire à cet homme qu'il espérait compagnon de ses jeux si amusants.

« Je me permets de reconduire votre fiancée jusqu'à vous afin qu'elle n'abime pas davantage sa beauté. Vous devriez prendre soin d'elle, les créatures si magnifiques sont si rares de nos jours. »

Le ton calme et détaché ne laissait présager guère davantage qu'un simple compliment adressé à une Lady, mais son regard lui s'était fait délicieusement joueur, à la manière d'un enfant qui se serait ébahi devant un amoncellement de cadeaux de Noël sans savoir lequel ouvrir en premier. Il ne lui restait donc plus qu'à savoir si cette partie se ferait au dépens d'une ou de deux personnes, mais Aaren doutait de se tromper face à ce qui semblait couver chez son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Pluie et diablerie [PV Jezabel]   Ven 11 Mar - 17:44

« Je me permets de reconduire votre fiancée jusqu'à vous afin qu'elle n'abime pas davantage sa beauté. Vous devriez prendre soin d'elle, les créatures si magnifiques sont si rares de nos jours. »

Abîmer… Le verbe avait la consonance du délice, les belles choses sont avant tout faites pour être souillées, cela va de soit, et notre jeune anglaise n’échapperait bien entendu pas à la règle. Quelle joie que de l’imaginer dès lors s’étouffer dans son désespoir… Transcendance de cisailler ce petit corps, d’en faire jaillir le rouge, de marquer la peau de fines coupures d’un esthétisme d’idéal…Et toujours, de voir les traits fins se convulser de souffrance, les articulations s’étirer jusqu’à se briser, et la douleur mettre à l’épreuve le moindre petit nerf.

Hum calmons-nous… Difficulté tangible que d’ignorer l’euphorie de Jezabel à l’égard de ces images là, il fallait se contenir, du moins pour le moment. Rire intérieur, l’ironie tangible de l’autre jeune homme était d’une agréable acidité, de le sorte, l’occasion était plus que parfaite, il ne serait sûrement pas le seul à arracher les plumes du petit ange de pureté. La niaise prit la parole.


« Oh c’est un parfait gentleman, mon ami, si nous l’invitions à notre table ? Qu’en dites-vous Mister, vous feriez-nous cet honneur ? »

Elle creusait sa propre tombe, comme ceci était cocasse, l’immaculée plongée dans la boue, humiliée, peut être même méconnaissable ? Jezabel savait parfaitement feindre l’innocence, la chose la plus flagrante héritée de son père réside en cela son petit animal de compagnie en robe froufrouteuse n’oserait un seul instant imaginer les frasques scalpeltiques et malsaines de la mort. Le « sauveur » allait-il accepter l’invitation ?

Ce serait amusant, d’autant plus qu’un peu de divertissement au milieu de cette horde de cafard sonnerait comme salvation. Death avait de plus en plus de mal à supporter les donzelles piailler et leurs compères maugréer des hurlements inaudibles de compréhension tant l’alcool faisait parler. Avec Selene, tout cela aurait déjà flambé depuis longtemps, cet établissement ne serait plus qu’un délicat tas de cendre…


La blonde trépignait d’impatience et elle n’était pas la seule. L’enivrer en premier lieu, faire en sorte que les vapeurs distillées lui fassent perdre raison, voilà un excellent programme. Il était évident qu’un visage si innocent ne c’était jamais noyé dans le vin, d’autant plus en vue de sa classe sociale, il faut cependant une première à tout, même si elle conduit irrévocablement au tombeau.

La cacophonie ambiante se graduait momentanément, ces abrutis étaient déjà tous éméchés, encore une fois la classe moyenne n’a rien à envier aux ouvriers puisqu’ils se vautrent dans la même fange. Peu importe, ces cafards avaient éveillé ardemment le sadisme du chirurgien, plongeant encore ses yeux clairs dans ceux de l’autre jeune homme il lui souriait sans feinte.

Les dès sont lancés…

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "Le Diable"

Messages : 13
Date d'inscription : 28/12/2010

MessageSujet: Re: Pluie et diablerie [PV Jezabel]   Mar 15 Mar - 14:11

L'invitation de la colombe sonna le début de la partie de ce splendide jeu tout comme elle sonna le glas de cet être trop fragile pour être laissé sur une Terre souillée par le vice humain, mais Aaren feignit la réflexion quelques instants avant de faire connaître sa décision. Non seulement l'Ange de pureté se frottait sans angoisse au Diable et aux Péchés, cohorte joyeuse courant dans le sillage de leur maître pour ne jamais manquer le moindre amusement au dépens de l'engeance vivante, mais il lui semblait en plus qu'elle l'exhortait à lui arracher les ailes plumes par plumes afin de faire durer davantage son agonie. Toutes les brebis sacrificielles étaient-elles donc si pleine de bonne volonté devant leur bourreau ou alors le jeune Lénian venait-il de tomber sur cette perle rare ? L'importance de cette interrogation se mesurait à l'aube de l'excitation qu'il sentait déjà courir dans ses veines telle une folle cavalcade un jour de Carnaval populaire ... .

« Tout l'honneur est pour moi, Mademoiselle, et j'accepte avec joie. Moi qui arrive tout juste à Londres et qui craignais de n'y croiser que des rustres ou des femmes de peu de vertu, me voilà pleinement rassuré grâce à vous. »

Son sourire un rien enjôleur portait cet air innocent propre à un enfant qui aurait osé un compliment à sa mère distante malgré son habituelle timidité, et l'éclat de ses orbes amarantes se fit un bref instant plus torve tandis que son regard s'échoua un instant vers l'objet de tout cet amour féminin.

« J'ose toutefois espérer que je ne vous dérange point durant une soirée romantique, je m'en voudrais énormément Monsieur. »

Plutôt s'en serait-il voulu de laisser un tel met de choix à cet homme pour ne pouvoir assister à la curée que de loin, mais cette étincelle joueuse dans ces yeux gris ne lui semblait pas pour autant être empreinte d'égoïsme. Aaren lui-même ne partageait ses jouets qu'avec des compagnons propres à apprécier pleinement le divertissements proposé, et il avait justement l'impression d'avoir trouvé quelqu'un qui soit sensible au même art que lui. A défaut d'être une artiste de renom, l'écervelée assise à ses côtés et piaillant sans fin ses mièvreries suffocantes ne tarderait pas ainsi à leur offrir une toile de toute beauté afin qu'ils puissent laisser leur créativité s'exprimer librement.

Le Diable venait justement de commander un verre d'alcool de rose à son intention. L'essence d'une rose pour la plus belle des roses ... où comment convaincre n'importe qui de n'importe quoi dès lors que l'on savait y mettre les formes. Il n'avait même pas eu à utiliser son Don qu'une rougeur délicieuse était déjà montée aux joues de la donzelle sous la flatterie tandis que lui-même décida d'engager la conversation avec l'homme de la tablée.


« Votre silhouette m'est familière, Monsieur. Ne seriez-vous pas l'un de ces philanthropes qui œuvrent à la préservation de Londres et de ses habitants méritants ? »

Se faire des amis n'avait jamais été une priorité de Aaren et il ne se trouvait dans la capitale que depuis trop peu de temps pour pouvoir déjà reconnaître quelqu'un tout juste croisé, aussi peut-être que cet homme de cendre avait croisé ses errements dans les bâtiments de Delilah ? C'était en tout cas la plus plausible des hypothèses pour l'heure, d'autant plus que son sourire n'augurait nullement d'une personne somme toute bien pensante ou vraiment équilibrée mentalement ... .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Pluie et diablerie [PV Jezabel]   Lun 11 Avr - 20:40


Vraiment… Jezabel se demandait parfois comment pouvait-il perdre son temps avec ce genre d’abruties à corset? D’autant plus que les femmes ne l’intéressaient pas vraiment. Maquiller son ennui ? Cela va de soi.

Tss soirée romantique… Quelle idiotie. Les mots d’Aaren l’amusaient tant ils ondulaient à la manière d’une vipère qui vient de croiser un pauvre petit animal déjà blessé. La comparaison n’était pas si mauvaise, sauf que la cible guidée par une imbécillité supérieure, se prélassait docilement en plein soleil. L’insecte en quête de lumière. Nous ne sommes que des êtres faillibles et vulnérables, façonnés d’une argile imparfaite et déjà contaminée. Une terre sèche perdant de sa fertilité au fur et à mesure avant de s'émietter intégralement. Rien de plus naturel n’est-ce pas ? Il esquissa un signe de tête négatif en guise de réponse à la fausse-question de Lénian, du moins en ce qui concerne celle-ci.

Préservation de Londres ? Le message passa admirablement bien. Tiens donc, que le monde est petit se serait-ce donc un de ses collègues ? Les dernières missions de death l’ayant entièrement déconnecté du monde extérieur, son retour datant de quelque jour ne lui avait pas encore permit d’être au courant des récents changements de l’organisation. Néanmoins, ses yeux lui étaient familiers. Les auraient-ils croisé à la dérobée dans l’obscurité d’un couloir ? Peut-être… C’était même très probable, la mémoire de Disraeli étant d’une certitude effarante.

Débouchant à nouveau sa bouteille de gin déjà fort entamée, il avala cul-sec un petit verre se laissant envahir par sa chaleur.


-Ce serait… Fort possible…

De l’alcool de rose... Elle n’allait pas supporter cela, en inhabitée de la boisson, tant mieux. La belle rougissait déjà de toute son âme à une flatterie banale comme si tant de considération la grisait dans une euphorie indicible. Pathétique… Vivement l’instant où seront exposés ses viscères. Oh il n’y a pas à dire, elle était d’un parti excellent. Élevée d’une stricte éducation religieuse, fille chérie d’un richissime industriel ayant par la suite acheté son titre de noblesse, ayant dès lors succombé au feu de l’amour dès qu'elle croisa ses yeux pourtant atone. Ridicule. Ainsi, doctor agissait souvent comme son père, broyant des consciences malléables afin d’en pomper la substance vitale.
Il n’était bien entendu, pas si aussi doué que lui mais comprenait fort bien l’excitation éprouvée à planter une aiguille porteuse de gangrène en plein cœur.



"-J’ai… J’ai la tête qui tourne…"

Huhu, non vraiment… Cette fois la mort ne put réprimer un petit rire. Elle transpirait abondamment, tremblotante et ne pouvant se contrôler. L’implorant du regard elle gémissait un charabia incongru et inintéressant. La jeune femme venait de chuter en enfer.
Planquant sa main sur sa bouche pour leur épargner tous deux des cris dignes d’un nouveau-née, l’arcane sans nom laissa planter son scalpel dans le poignet de l’oie blanche. Des yeux exorbités, des perles de sueur froide, quel spectacle de bon goût.


-Quel est ce regard effaré ? Le rouge vous va pourtant bien mieux au teint que ces verroteries palotes que vous exhiber comme des trophées, voyez plutôt…

Tournant machinalement la lame a l’intérieur de la chair, Jezabel observait le jet de sang avec une fascination particulière. Il n’y avait rien de plus jouissif que des traits déformés par la souffrance. La tirant par les cheveux il la força à se relever, récupérant de ce fait son scalpel carmin. Les clients déjà saouls ne firent aucunement attention au spectacle macabre qui s’offrait à eux.
Doctor jeta un regard à la fenêtre pour constater que l’averse était définitivement calmée.


-Bien, nous allons effectuer une petite visite à l’extérieur, épargnons la vue de notre art délicat à ce flot de vermine, n’êtes vous pas de mon avis mon cher ? Mais à vous l’honneur bien entendu, laissez moi vous accorder cette politesse.

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "Le Diable"

Messages : 13
Date d'inscription : 28/12/2010

MessageSujet: Re: Pluie et diablerie [PV Jezabel]   Mer 13 Avr - 12:58

Amusement et perfection, jouissance et intérêt profond. Londres portait donc encore en son sein quelques qualités que nul Homme n'aurait pu lui dénier malgré ses très nombreux défauts, et la Belle venait tout juste d'étirer ses lèvres trop maquillées - telles celles d'une prostituées manquant de goût - afin de sonner le début des réjouissances. La nuit serait bonne, à n'en pas douter. La donzelle serait bientôt aux Portes de l'Enfer, à n'en pas frémir ... .

Cette subtile équation où le résultat ne laisser planer aucun doute avait véritablement le don d'exciter Aaren tel un enfant un soir de Noël, aussi s'enhardit-il à lancer une perche en direction de son interlocuteur. Être ou ne pas être un serviteur du Futur Maître répandant morts et châtiment tel Dieu un jour de Jugement Dernier, telle était la question. La réponse à sa brumeuse interrogation ne tarda toutefois pas, et le jeune Lénian acquiesça alors d'un signe de tête envers cet homme. Il était donc en face de ce qu'il convenait de décrire comme un ''allié''. Curieuse sensation que celle-ci pour lui qui n'avait jamais classé les gens que dans deux catégories : ''jouets'' ou ''ne pas toucher''. Le Card Master était d'ailleurs l'unique occupant de cette seconde catégorie qui se révélait pourtant bien tentatrice dans ses appels au jeu, mais il avait également compris que les autres personnes appartenant à Delilah bénéficiait d'un statut mixte. Pas des jouets mais pas intouchables non plus ... le tout lui semblait recouvert d'une brume typiquement britannique, mais il n'était pourtant pas l'heure de se pencher sur cette question. Après tout, cet homme de cendre se dessinait comme un allié, et non pas comme une victime ... tout du moins pour le moment.

Et en parlant de victime justement, la demoiselle venait tout juste de se plaindre des vicieux effets d'une boisson au nom bien trop peu évocateur de sa dangerosité. L'alcool n'était décidément pas à prendre à la légère, dommage qu'une simple flatterie ait eu raison de ses quelques réticences qui n'avaient pas tardé à fondre comme neige au soleil devant un sourire. Cette idiote avait agit comme un animal de compagnie désireuse de plaire à ses maîtres, et elle leur avait donc offert son corps, son cœur, son âme et même son consentement sans sourciller le moins du monde.

C'était presque ... trop facile. Aaren ne se plaignait pas vraiment tandis que son compagnon de jeu venait de clore la bouche de la donzelle d'une main plaquée sur son visage, mais il ne pouvait toutefois que déplorer le manque de défi à relever. Une jeune femme enivrée, un scalpel taché d'amarante fiché dans sa peau pâle, la perspective d'une carmine soirée ... le Diable n'était décidément pas satisfait de ne pas avoir pu profiter de son art, et il comptait bien rattraper les choses !


« Veuillez pardonner votre compagnon, Mademoiselle. Je crains que ce ne soit l'alcool qui lui monte à la tête. Je m'en vais de ce pas vous raccompagnez chez vous si vous m'en donnez la permission, puis je ramènerais ensuite Monsieur afin que votre esprit ne soit pas en proie au soucis. »

Un mouchoir blanc se tachait déjà du sang de la Belle tandis qu'Aaren venait tout juste de le poser sur son poignet meurtrit, et son autre main passa doucement dans la longue chevelure afin de forcer Jezabel à la lâcher. Son mouvement fut d'ailleurs accompagné d'un sourire joueur pour lui indiquer que la partie ne s'arrêtait toutefois pas là, et il guida l'Ange enivrée jusqu'au dehors tout en la soutenant par le bras.

C'était là que son art allait pouvoir s'exprimer, que son Don allait pouvoir l'amuser. Il aurait en effet fallu être stupide pour ne pas se rendre compte qu'une lueur d'espoir avait traversé les pupilles de la demoiselle lorsqu'Aaren s'était porté à son secours, et ce dernier se fit alors un véritable plaisir que d'amplifier ce sentiment de confiance qui ne demandait qu'à brûler en elle pour la rassurer pleinement. L'amour qu'elle portait à son amant ne s'en retrouvait d'ailleurs que souillé d'un léger doute, et une infime pression sur ''Amour'' plutôt que sur ''Doute'' eut tôt fait de résoudre ce léger problème de couple. Qu'elle magnifique colombe que celle qui éprouve tant de sentiments positifs à l'égard de ses bourreaux, la Belle aurait mérité de finir sous cloche afin de ne jamais gâter sa profonde niaiserie.

Au bout de quelques pas, elle se collait d'ailleurs à Aaren comme si sa vie-même dépendait du contact physique qu'elle entretenait furieusement avec lui, et le jeune homme ralentit discrètement son pas jusqu'à ce que Jezabel puisse se porter pleinement à leur hauteur. Après tout, elle l'aimait ... en tout cas, cette passion ne connaissait plus aucune faille désormais, et la jeune femme tendit donc son bras vers son amant afin qu'il puisse l'étreindre comme un couple tout à fait classique. Le reste n'en serait ainsi que tellement plus drôle. L'oie blanche n'avait même pas remarqué que leurs pas les guidaient à présent vers une sombre ruelle et non pas vers sa demeure, et son paillage intempestif avait d'ailleurs reprit pour chanter son amour si fort à Jezabel et son affection immense pour Aaren. Un bien beau spécimen, vraiment.


« Cet endroit vous convient-il très cher ? Je pense que nous y serons enfin tranquille. »

La ruelle ne leur offrait ainsi que des pierres humides pour seuls témoins, et le Diable se délectait à l'avance du spectacle qui allait s'ensuivre. Contempler un être humain se débattant avec ses propres pensées et ses propres sentiments contradictoires étaient tellement jouissif qu'il en aurait trépigné d'impatience s'il n'avait pas reçu une bonne éducation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pluie et diablerie [PV Jezabel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pluie et diablerie [PV Jezabel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Place Like London :: Pubs-