Londres la grande se lamente dans un cri de douleur mais je vais la purifier en éliminant les basses classes, ces symboles de déchéance et de corruption.


[Forum RPG NC-16 inspiré de la série God Child de Kaori Yuki]

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 When death meets the consciousness.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: When death meets the consciousness.   Dim 21 Mar - 15:18

Première nuit printanière, ce qui pouvait sûrement expliquer l’absence de lune et l’air bien trop doux.

L’établissement, éclairé à l’excès par des lanternes multicolores et des bougies emprisonnées dans du verre, attirait toutes les attentions des passants.
Les buveurs attablés ici et là, s’étalaient massivement dans toute la pièce, composant ainsi l’énorme foule humaine. Ce qui frappait, en premier lieu, restait ce le lourd parfum que portait le Pub.
Les odeurs se mêlaient, s’entrechoquaient, les volutes d’opium accompagnaient aisément le tabac et la poudre de riz…

Loin des nobles endimanchés, cachant leur faiblesse sous une indécente couche de dentelle, ce peuple-là, se classait sans complexe dans l’ébauche de la canaillerie.
Malgré tout, quelques aristocrates, premiers à se noyer dans ces flammes sulfureuses, accompagnés de femmes au maquillage outrageant, se voulant néanmoins discrets, susurraient de basse voix les pires obscénités, à moitié saouls.

Dans une cascade de jupons, les danseuses se mouvaient au rythme accéléré d’un pianiste à demi conscient, oeuvrant à un tapage incroyable.
Les catins avec leurs yeux charbonneux et leurs toilettes légères de couleurs criardes riaient au rythme de la symphonie des verres toujours pleins, que l’on heurtait sans relâche, affolant la consommation.
Certains, esclaves des liqueurs, se vautraient à même le sol, bouteille à la main.
Cela ne choquait nullement d’ailleurs…
Une des filles publiques, se plaisait à fouiller discrètement dans les poches des ses futurs clients, apparemment aveugles, dans une cacophonie de gloussements aigus.

C’était bien cela le véritable visage de la capitale !
Vers la gauche, les artisans perdaient bien plus que leur salaire, jouant les cartes, non sans tricherie. L’argent disparaissait ainsi à une vitesse folle, réjouissant de la sorte les plus fourbes.
Les substances excessivement douteuses, circulaient ici et là avec opulence.
Quelques âmes pures, outrées du spectacle semblaient totalement abasourdies dans cette assemblée sordide et vocifératrice.

Jezabel, l’air absent, ses longs cheveux négligemment attachés sur le coté, vêtu d’un costume d’un blanc immaculé, la cravate de cendre desserrée laissant apercevoir une chaînette noire, fixait son verre vide avec détachement.
S’allumant précipitamment un épais cigare, il ne portait aucune attention à l’environnement de débauche qui l’entourait.
22 heures sonnait…

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Lun 22 Mar - 13:33

Selene jubilait. Le pub était rempli et pourtant son entrée fut remarquée. Les autres catins lui jetèrent un regard vaguement apeuré de peur de voir leurs clients affluer vers la nouvelle arrivée.
Contre toute attente Selene monta au second étage. D'ici elle pouvait observer et rester dans l'ombre.
Le docteur venait d'entrer. Selene le regarda s'asseoir. Soudain, elle sentit une présence derrière elle. Son poignard était dans sa manche. Elle se retourna vivement. Ce n'était qu'un de ses habitué.
Un brave homme un peu stupide mais qui ne représentait aucunement une menace.
Elle redescendit à ses côtés tout en regardant Jezabel. L'intéressé fixait son verre indifférent au tapage que faisait autour de lui la décadence Londonienne nocturne.

"Un peu d'action" se dit Selene.

Elle suivit son client dans l'atmosphère enfumée et nauséabonde.
22heures sonnait au clocher le plus proche. L'heure parfaite pour commencer à semer le trouble et la terreur parmi ces imbéciles heureux. Bien trop heureux.
Selene se frayait toujours un chemin parmi les catins toutes plus ridiculement fardées les une que les autres. Elles riaient de leur façon aguicheuse, mais gardaient dans leur regard une pointe d'anxiété en observant la Lady.
Une d'entre elles, un peu plus éméchée que les autres eut le malheur de la bousculer.
Selene, tirant son poignard de sa cachette s'avança vers la malheureuse. La fixa puis éclata de rire.

"Et bien ma jolie, j'espère que tu ne t'es pas fais mal !"

L'idiote se crut sauvée, sourit et s'approcha à son tour de Selene qui l'étreignit et enfonça la lame froide dans le corset de la maladroite. La catin haleta. Selene retira le poignard et le remit dans sa manche.
L'autre livide retourna s'assoir, le sang formait une tache sombre sur son corset noir. Personne ne semblait s'être aperçu de la scène.
Selene totalement indifférente au crime gratuit qu'elle venait de commettre s'en retourna à son client perdu dans la contemplation de ses formes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Jeu 25 Mar - 18:07

Ils étaient tous de pitoyables pantins articulés…

Jezabel, sentant la froideur métallique de ses lames dissimulées un peu partout dans ses vêtements, jubilait d’envie de leurs clouer leurs sourires goguenards à grands coups de scalpels ; de leurs taillader finement la peau avec esthétisme, de diviser la chair douce et élastique en divers morceaux pour y extirper soigneusement chaque organe rosé dans un jet de sang rouge vif, de plonger ses mains dans leurs tripes chaudes comme autrefois…


*Nous possédons tous cette douceur…*

Apparemment il n’était pas le seul proie à ce type de songe malsain, Selene avait ainsi sévit la première.

Il faut avouer que ce genre de foule d’insecte ne pouvait qu’attiser la fourberie déjà anormalement développée des deux membres de Delilah voir la multiplier, les missions salissantes de l’organisation ne suffisaient absolument pas à combler l’obsession macabre qui les caractérisaient tous deux.
Cela devait ravir les fossoyeurs de la capitale…

Doctor eut un léger sourire en coin à l’attention de la Lady, une ébauche effroyablement sordide qui explicitait ouvertement son envie de violence à l’intérieur du Pub.
Quoique, le mot restait un peu faible, celui qui conviendrait davantage serait… Chaos.



*Mais tout le monde est tordu ici bas, l’amour désintéressé cela n’existe pas.*

Les victimes ne manquaient pas…
Death se décida soudainement à porter un peu d’intérêt à la masse répugnante qui peuplait l’établissement, afin de repérer les plus belles paires de globes oculaires, fidèle à lui-même.
Ainsi les personnages se confondaient: la gente féminine dont les corsets trop serrés empêchaient une respiration normale, les bourgeois en habit trois pièces humant avec délice les parfums des liqueurs, les jeunes garçons gavroches venus ici dans le seul but d’apprendre la vie…


Tous avaient bien le droit de resplendir dans du formol non ?

D’ailleurs les lames de Jezabel commençaient à s’impatienter…
Son cigare terminé, il commanda un autre gin.

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Sam 27 Mar - 20:25

Selene ne prêtait plus aucune attention à ses clients. La catin assassinée avait été jetée dans la rue comme un vulgaire morceau de viande tous ayant cru que l'alcool l'avait achevée...
Un regard vers le docteur avait fait comprendre à la Lady qu'il agirait bientôt...
Ainsi attendait-elle; se faisant payer verre après verre.
L'alcool engourdissait ses membres mais elle avait pourtant l'esprit bien plus vif que lorsqu'elle était arrivée.
Elle tremblait légèrement attendant avec une impatience qu'elle ne jugeait bon de dissimuler le moindre geste de Jezabel.

Une catin ne la lâchait pas des yeux. Feindre, feindre. Elle devait laisser ses envies de sang de côté et soigner son image. Ainsi fonctionnait malheureusement son monde.
Ou bien, elle pouvait aisément la tuer. Ainsi elle n'aurait besoin d'attendre que son allié lui fasse signe.
Seule sa révérence à l'égard de celui qu'elle considérait comme son supérieur l'empêcha de mener cette sordide mais Ô combien salvatrice action.
Subitement n'y tenant plus elle délaissa ses clients et se leva.
Elle fut bientôt l'objet de tous les regards. Toute cette viande saoule se demandait lequel avait enfin obtenu ses faveurs...
Mais Selene n'en fit rien, elle s'approcha de la table du docteur et faisant mine de l'aguicher lui glissa à l'oreille:

"Eh bien mon cher docteur, ne trouvez vous pas que cette vermine se doit d'être exterminée... Songez donc à toutes ces vivisections ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Dim 28 Mar - 13:23

"Eh bien mon cher docteur, ne trouvez vous pas que cette vermine se doit d'être exterminée... Songez donc à toutes ces vivisections ..."

-Voyons Selene nous n’allons tout de même pas troubler la tranquillité de ce lieu…

Un adolescent, s’avança lentement vers eux, d’une démarche titubante et arriva, bien malheureusement pour lui, à la hauteur de Jezabel, qui l’égorgea avec rapidité en un éclair argenté. La carcasse se retrouva ainsi sous une table.

-Cela ferait désordre…

Fixant avec délice les gouttes rubis sur ses doigts, il ne pouvait que se féliciter de ne pas porter ses gants médicaux habituels, qui lui auraient gâchés tout le plaisir de la douceur du sang qui glisse doucement sur la peau. La petite fête de cet amas d’ordure n’avait que trop duré, il était grand temps de mettre terme à cette mièvrerie ambiante.
Balayant la salle du regard, Death sélectionna rapidement ceux qui allaient rejoindre par la suite, le caniveau impropre ou stagnait déjà la première catin.


Les filles publiques continuaient à lorgner la Papesse dans un mélange de peur et d’indignation, ce qui eut pour but de faire rire intérieurement le chirurgien qui leur envoya un regard tout aussi méprisant.
Le troupeau femelle n’était absolument pas du même monde que celui de la Lady et n’est pas une quadruple couche de maquillage qui arrangerait les choses…


-Dis moi Selene, crois-tu qu’elles se prennent pour tes sœurs ?

Il était cocasse de constater qu’à ce moment précis, plus aucun individu s’approchait, même un peu, d’une quelconque sobriété. Jezabel s’autorisa donc à lécher le liquide pourpre
qui coulait de son scalpel, puisque de toute manière personne ne remarquait la sombre entreprise des deux collègues. Ces idiots creusaient tout seuls leurs propre tombes !


(Bien trop court, sorry =s...)

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Dim 28 Mar - 20:44

-Dis moi Selene, crois-tu qu’elles se prennent pour tes sœurs ?

Selene encaissa le sarcasme sans montrer sa rage. Elle savait bien que chacun des mots du docteur étaient destinés à la sortir de ses gongs. D'ailleurs, il n'avait pas besoin d'en rajouter, elle bouillonnait déjà et sentait monter en elle l'adrénaline qui précédait le crime.
La vue du sang sur le sol lui donna des envies encore plus violentes de voir jaillir le liquide écarlate.
Selene sentit derrière eux un regard. Elle se saisit du scalpel que le docteur venait de poser négligemment sur la table et le lança en arrière sans même regarder. Un cri d'épouvante lui apprit qu'elle avait de nouveau visé juste. Elle fut alors prise d'un rire atrocement sonore et macabre. Elle compta intérieurement:

"Un, deux..."

Cris de panique. Les gens se levaient dans le plus total des chaos. La lady regarda hâtivement autour d'elle. Les arcanes mineurs qu'elle avait placé à différents endroits du pub commencèrent à se manifester; inquiétants et implacable, comme elle leur avait appris. Ils bloquaient toutes les issues empêchant la foule d'imbéciles heureux et loin d'être sobres de fuir. Elle décida d'enseigner un peu. S'approcha avec la vitesse qui la caractérisait de la catin qui l'avait agacée un peu plus tôt dans la soirée et l'étrangla sans trembler.
Elle regarda le docteur et lui sourit avec franchise et ravissement: elle allait de nouveau voir l'artiste oeuvrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Lun 29 Mar - 14:46

Rapidement, les suivants de Selene remplirent toute la surface du pub, dans les moindres recoins, éparpillés ici et là de façon stratégique.
Seul le gérant des lieux, de part sa mine terrifiée, avait comprit la sinistre entreprise.
Qu’importe, de toute manière il ne pouvait absolument rien faire.


-Bien…

D’une démarche lente, un sourire malsain aux lèvres, Jezabel s’approcha d’un couple bourgeois qui ne cessait de trembler.
Le mari ne réalisait pas bien encore ce qu’il était en train de se passer mais la femme entre deux sanglots, se couvrait de larmes dans le but d’attendrir Doctor.
Et vous imaginez la suite…


-Allez, allez !

Ce fut le véritable début des festivités sanglantes. Les cartes à jouer, surentraînées par la Papesse, donnaient bien du cœur à l’ouvrage.
Bientôt un vif mouvement de panique s’empara de la salle et Jezabel laissait guider ses pulsions meurtrières au rythme de cette symphonie aiguë.
Lui, tuait néanmoins avec finesse et beauté…
Le festival écarlate était abominable, les poignards s’enfonçaient toujours plus profondément.


Sur la table de droite, la petite bourgeoise que Death venait d’éventrer, semblait simplement proie à un sommeil profond…

Avec ses cheveux blonds et ondulés, elle lui rappelait sa propre mère, et le chirurgien allait donc la découper avec délicatesse. Rapides mouvements de lame, la jeune femme désormais méconnaissable fut symétriquement sectionnée en deux, s’ouvrant comme un fruit.
La chair encore chaude prenait peu à peu un parfum bien étrange, similaire à celui de la viande froide…
C’était une œuvre magnifique !


Mais ce traitement de « faveur » n’était absolument pas réservé à tout le monde, il n’y avait qu’à jeter un œil (ça rebondit attention XD !) au mari, qui n’était plus qu’une bouillie informe…

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Mar 30 Mar - 11:32

La lady alternait les armes avec rapidité et fluidité. Elle marqua une courte pause et regarda avec mépris ce qui avait été quelques minutes auparavant un bourgeois endimanché. Tout cela brûlerait bientôt.
Elle se dirigea vers l'escalier et le monta afin de contempler son œuvre.
Son plan était parfait, tout se déroulait à merveille. Le sang coulait à flot. De son poste elle observait ses arcanes. Elle en avait déjà repéré quelques uns qui seraient prochainement exemple car avaient eu une once de pitié où s'étaient fait blessés.
* Faibles et pathétiques*
Ils valaient cependant mieux que toutes ces imbéciles filles de joie. Elle avait d'abord une courte affaire à régler.
Elle se dirigea vers l'appartement du patron qui se trouvait au bout du couloir. Le directeur presque obèse était assis à un bureau et écrivait en fumant avec anxiété.

" Voyons mon cher ami... Avez-vous l'intention de me dénoncer ? Vous semblez oublier à quel point cela pourrait mettre nos affaires en péril"

Elle s'approcha de lui et s'assit sur le bureau dévoilant ses bas. Le pauvre homme transpira. Elle continua de sa voix la plus douce:

"Je vous ai déjà fait une faveur la dernière fois me semble-t-il... N'ayez point l'air étonné. Je vous ai laissé la vie sauve. Certes une petite faveur mais songez un peu à tous les plaisirs que vous avez eu depuis... Quoiqu'il en soit; mon ami votre faute cette fois ne vous sera pas pardonné... Imaginez quelle fut ma déception en vous voyant ainsi proche de la deuxième erreur...

- Épargnez-moi Lady... Je vous en prie...
"


De nouveau cette adrénaline... Elle regarda l'homme dans les yeux et esquissa un demi-sourire. Elle fit glisser la lame de son poignard fraîchement sorti sur le cou du traitre. Il trembla et détourna son regard.

"REGARDEZ MOI ! Je veux voir cette peur dans vos yeux, je veux voir que vous regrettez d'être venu au monde misérable ! Je veux voir que vous redoutez la puissance de Deliah !"

La rage de la lady explosa. Elle lacéra la chair du pauvre homme qui hurlait, hurlait, hurlait puis la déchira à mains nues.

« Hurles donc imbécile ! Tu as eu tord de me croire si faible ! »

L’homme agonisait lentement, se tordant de douleur au sol où la douleur l’avait terrassé. Selene finit le cigare de l’homme et quand ses pupilles se figèrent et que les hurlements cessèrent la Lady entendit un halètement plaintif. Elle se leva vivement et s’approcha silencieusement du placard d’où le bruit provenait.
Elle ouvrit la porte du bout des doigts. Une petite fille s’y cachait.

* Pas de témoin, pas de vengeance *

Selene sortit son revolver de sa botte et le pointa sur le petit corps qui tremblait.

« - Papa !!
- Tu es orpheline. Crois moi, mieux vaut mourir cinq fois. »


La Papesse appuya sur la gâchette sans plus d’hésitation. Puis craqua une allumette et redescendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Mar 30 Mar - 18:04

Certains, genoux à terre, imploraient apparemment une quelconque aide divine, alors que les murs se teintaient de pourpre : le sang pleuvait littéralement, aspergeant tous les occupants.
Jezabel s’amusait désormais avec de l’acide, toujours aussi émerveillé de remarquer à quel point les muscles, pouvaient se ronger si rapidement...
Alors que les carcasses ne faisaient que proliférer, le comptoir se transforma à l’improviste en table de dissection, pour que le chirurgien ne perde pas à jamais les organes de ses victimes dans les méandres de la décomposition.


Sans peine il soulevait et incisait avec une aisance déconcertante.
Pendant que les intestins se dérouillaient docilement, le bourreau des âmes, prélevait les viscères qui semblaient intéressants ou du moins, en bon état, ce qui n’était pas chose aisée vu la barbarie des opérations !


Agir sans gants médicaux était assez inhabituel de sa part, mais dans ce genre de circonstance il fallait s’adapter.

-Tiens, tiens, intéressant, ici nous avons des larves en pleine incubation… Quel drôle d’idée que de se nourrir en ces lieux !

Une carte mineure lui lança un regard outré, preuve d’une trop grande humanité, et n’eut même pas le temps de rétorquer une quelconque réplique spirituelle, déconcentré par Jezabel, il venait de se faire trancher par l’un de ses confrères… Tant mieux, il possédait de magnifiques yeux émeraude…

Précipitamment, un homme d’une quarantaine d’années, empoignant de toute ses forces une torche, hurlait à pleins poumons :

« -ARRETER ! ARRETER CA ! Je… JE VOUS PREVIENS NOUS ALLONS TOUS BRULER !!! »

-Pitié, que quelqu’un fasse taire cet imbécile, du moins le temps que je découpe ce cœur, pas moyen de travailler tranquillement ici…

Le bedonnant semblait plutôt déterminé… Ses yeux exorbités lui donnaient un air excessivement comique.

« -Vous êtes le diable, je vais purifier ce lieu souillé, vous allez périr des flammes vous et vos démons !!! »

*Vu son ébriété, la seule chose qui risque de flamber ici, c’est le costume trois pièces de ce crétin.*

L’héros improvisé se retourna vers la gauche, fixant Selene.

« -Et toi sale chienne, jamais je ne t’aurais imaginé de la sorte !!! »

*Un amour déçu ? Comme c’est touchant…*

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Mer 14 Avr - 12:57

« -Et toi sale chienne, jamais je ne t’aurais imaginé de la sorte !!! »

La papesse le toisa avec mépris.

« Pauvre ami… »

L'homme s'avança vers elle menaçant; mais Selene fut plus rapide et lui trancha la gorge. Puis s'agenouilla près du cadavre

" C'est ainsi que s'achève ma prospérité financière..."

Elle se releva et regarda ses mains.

« Splendide ce sang, qu’en pensez vous docteur ? »

L’intéressé n’avait certainement pas entendu. Tout n’était que chaos, un ruisseau pourpre coulait entre les tables.
Selene s'en moquait elle continuait telle la faucheuse à arracher vies et membres. Sa folie avait atteint son paroxysme elle ne différenciait plus les arcanes des autres minables innocents.
Soudain, elle se souvint de l'allumette.
Sa raison lui revint.

* A quoi bon sauver tous ces imbéciles qui sont de toutes façons destinés à périr. Autant sauver l'utile. *

Elle se mit en quête du docteur. Il ne fut pas très dur à trouver, il suffisait de suivre les corps artistiquement et symétriquement scindés.
Elle lui glissa à l'oreille

" Mon cher, les seules solutions sont me suivre ou périr comme un moins que rien dans les flammes que j'ai attisées... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Jeu 27 Mai - 6:36

(Whaaam énorme retard, ce topic m’était totalement sorti de la tête, je le termine rapidement, les possibilités d’action étant désormais totalement réduites avec les futures flammes… Si cela ne te va pas, j’éditerais sans problème ^^’…)


" Mon cher, les seules solutions sont me suivre ou périr comme un moins que rien dans les flammes que j'ai attisées... "

Un incendie…
Très bien, de la sorte, il n’aurait pas à le faire lui-même…
Décidément, Selene agissait vraiment bien lorsque le travail lui était destiné.
Et puis d’ailleurs, même la cendre ne pourrait purifier cet écœurant amas sordide de canaillerie ! Mais pour une fois, Jezabel voulait se montrer généreux, et accorda à la Papesse le plaisir d’effacer cette honteuse souillure de la capitale.


-J’aime ton génie macabre…

Jetant un dernier regard à leur œuvre, il se rapprocha de l’arcane avec un sourire sadique et ne tarda pas à évacuer le bâtiment…
Les survivants, raclant le sol , se tordaient de toutes les postures, les prunelles exorbitées.


Cinq petites minutes pour entendre les derniers cris de panique, cinq petites minutes pour voir le pub s’embraser, lentement…
Cinq petites minutes pour que le délicat parfum de la mort redouble d’intensité…
Cinq délicieuses petites minutes…


Les flammes se reflétaient dans leurs yeux, les rendant définitivement inhumains.
Ils venaient de tuer une centaine de personnes si ce n’est plus, ils venaient de massacrer les honnêtes âmes aussi bien que les corrompues…
Avec, encore et toujours cette glaciale indifférence. Ce qui, ma foi, prouvait une étrange similarité.



(Trop court je sais, mais je n’étais « plus dedans » donc bon…)

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cavalier des Epées
avatar
Cavalier des Epées

Messages : 224
Date d'inscription : 22/03/2010
Localisation : Pas si loin du doctor

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Dim 12 Sep - 22:44

Cassian revenait tranquillement de mission, ce n’était pas vraiment difficile, ni même compliqué, il avait juste a voler quelques documents pour L’Hermite et la Mort. Connaissant ses patrons c’était surement une thèse de médecin ou un truc dans le genre … bref un truc que Cassian se fichait royalement si cela ne pouvait pas faire quelques choses pour son corps. Enfin le lanceur de couteau savait à peut prés lire, donc il pouvait savoir de quel genre de document il s’agissait. Et même s’il ne comprenait pas tout, il connaissait parfaitement son problème. Bref ce bout de papier ne l’aiderai pas, autant le donner a des personnes que cela intéresserait. Ou sinon les bruler, mais ça, ça sera particulièrement con, puisque son boulot et de les ramener en bonne état. Bref arrêter de pensée a des choses inutiles, Cassian allait livrer ses documents et après il allait vivre sa débauche car il avait fini sa journée et il en avait passablement marre de ce taper Londres de long en large à pied …

Bref, c’est la joie. Surtout qu’il avait un mauvais pressentiment, surtout d’un nuage de cendre et une odeur de chaire bruler remplissait les bas quartiers; Qu’Est-ce qu’il c’est encore passé, ici? C’était la panique totale, certain parlait de monstre et de démons, d’autre de fou. Mais une chose revenait à chaque fois. Une tuerie dans un pub. Quelques personnes avaient massacrer les crapules de ces rues comme de vulgaires animaux que l’on emmenait à l’abattoir et après, un bucher. De quoi illuminé le quartier! Cela pourrait être sublime s’il n’y avait pas cette odeur de charogne qui émanait de ce lieu. Cassian soupirait, on avait encore desimé les siens … comme si être la misère de Londres ne suffisait pas, il faillais en plus que les rangs supérieurs s’essuie les pieds.

Il allait voir qui voulait bien être l’auteur de se désastre… S’avançant vers le barbecue. Quel surprise il a eut quand il aperçu quelques corps qui n’avait pas complètement cuit. Ses entailles, cette façons de tuer … il pauvait facilement la reconnaitre. C’était l’œuvre d’arcane. Et quel carte majeur pouvait faire un truc pareil … La papesse accompagné de la mort…

Terrifiant personnage. A eux deux ils pourraient décimé un quartier … et bien sur, il le verai par plaisir! Cela énerva Cassian, pourquoi cela fallu qu’il fasse leur petite scène dans un pub des bas quartiers, ici, c’est chez lui .. Il allait leur en toucher quelques mots. L’acrobate s’avait que ses deux supérieurs étaient dans le coin, à observer encore leur œuvre avec un rictus maléfique. D’ailleurs il les trouva sans peine, dehors, illuminé par les flammes mais dévorer par la corruption. Le lanceur de couteau les regarda un instant silencieux. Puis s’avança vers lui, les mains dans les poches, la tête légèrement baissée, et les fixant de ses pupilles turquoises. Mais les siennes ne brillaient pas, elles étaient sombres et profondes et n’importe quel personne qui s’amuserait à les fixer trop longtemps ce perdrait dans les abysses qu’elles renfermaient. Ça fait était plate aussi, elle ne reflétait aucun approbation, aucun dégout … pour l’instant. Elle était grave et quelque peu sinique.

« - J’vois que vous vous êtes bien amusés ce soir … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Lun 13 Sep - 17:52

La joie et l'intensité de l'incendie donnaient à la Papesse un air dément supplémentaire, la folie luisait dans ses yeux gris et dansait avec les flammes orangées. Le compliment de Jezabel avait attisé son euphorie tout comme le vent attisait le brasier.
Un pas plutôt lourd se fit entendre, tournant uniquement les yeux, Selene distingua Cassian, le fidèle auxiliaire de la mort. Le père de famille ne semblait pas très heureux. Voila qui était intéressant: une arcane mineur venait constater le décès de ses "amis" du même titre.
La Papesse jubilait toujours, la soirée était divine.

« - J’vois que vous vous êtes bien amusés ce soir … »

Ses prunelles reflétant toujours son aliénation et sa perversion Selene se tourna entièrement vers Cassian. Elle savait exactement qui il était; elle n'était pas la conscience pour rien. Cependant la raison l'avait quitté, sa folie destructrice avait éveillé son sadisme, son plaisir de persécuter, sa pernicieuse méchanceté et surtout son incapacité à se rendre compte du mal qu'elle avait pu infliger gratuitement à de parfaits innocents pour se venger d'un seul homme.
L'ambiance qui fut plutôt joyeuse et euphorique était maintenant délétère. La Papesse maintenant stoppée en son moment de bonheur intense n'avais plus conscience que de la merveilleuse ire qui lui faisait bouillir les sangs.
Il y avait longtemps. Cependant Cassian était utile à Jezabel.
Selene se calma un peu...

" Approches Cassian, la nuit est plutôt froide, viens te réchauffer les mains à la chaleur des flammes"


(si c'est trop court Jez', tu me MP )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Mer 15 Sep - 0:41

Avec cet état qui se rapprochait sans nul doute de la transe, Jezabel, observait le décor de désolation apocalyptique. Le duo avait encore frappé…
Après tout n’appartenait-il pas jusqu’au bout des ongles au Card-Master ? Il était normal de se noyer dans la boue sanglante que son géniteur prêchait…
Les flammes l’enivraient, assurément, et ce parfum épicé de charnier…
L’arcane sans nom n’écoutait plus que ce que lui dictait le papillon de nuit qui lui dévorait l’intérieur du crane… La raison l’avait totalement quitté, se contrôler était bien sur chose impossible, invraisemblable, il était dans un tel état d’impulsivité, d’extrême violence qu’il ne pouvait plus distinguer le cours des événements…
Ses yeux clairs reflétaient à eux seuls l’immensité de sa folie meurtrière et sa soif poussée de macabre.
Non vraiment, il n’y avait plus rien pour le retenir à une quelconque parcelle de raison, ou presque…


« - J’vois que vous vous êtes bien amusés ce soir … »


Cette voix… Elle lui fit partiellement retrouver le monde des conscients. Tiens donc, Cassian…
Mais cette once de lucidité était encore bien trop minime, il était au bord d’exploser de nouveau dans une crise de barbarie, excité par l’odeur du désastre et les lames gelées de ses scalpels.
Ceci n’était pas sans lui rappeler le temps pas si lointain oû sous un grade inférieur, il se jetait à corps perdu dans ce genre de réjouissances, de massacre de masse. Collecteur d’âmes disait-on…


" Approches Cassian, la nuit est plutôt froide, viens te réchauffer les mains à la chaleur des flammes".

Death tourna légèrement la tète vers la papesse. Le ton sordide de sa voix lui fit comprendre que sa camarade de carnage n’avait, elle non plus, pas tout à fait retrouvé ses esprits après leur sombre entreprise ou que son sadisme redoublait désormais d’intensité, c’est selon.
Jezabel ne dit mot, l’air absent et détaché, contemplant encore l’immense bûcher dont l’éclat intense et la fumée circulaire brouillaient le ciel martyr à la manière d’un torrent de pigments.


(Don't worry! Court aussi...)

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cavalier des Epées
avatar
Cavalier des Epées

Messages : 224
Date d'inscription : 22/03/2010
Localisation : Pas si loin du doctor

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Dim 19 Sep - 1:37

Ils étaient là, formant deux silhouettes sombre face aux flammes. Complètement inconscient de tout. Apparemment, il était en transe. Cassian sera les dents, ils trouva cela vraiment … non il n’avait pas dire à quoi il pensait, c’était bien trop irrespectueux envers ses supérieurs. Car oui, les deux pseudos tueurs professionnels qui semblait jouir de ses odeurs nauséabondes, des corps fendus et cramoisis de ces hommes et ces femmes , étaient tout de même, bien que dans le moment présent, il y avait de quoi ce poser des questions, restait des arcanes majeures. Ils ressemblaient plus a des … inutiles tueurs, même pas capable de tuer de sang froid, car là, cela se voyait comme si c’était écrit noir sur blanc. Leur sang bouillaient dans leur veine, ils jouissaient de leur acte, ils étaient complètement devenu fou d’envie de sang. Ainsi donc, ils n’étaient pas maitre eux … cela était presque affligeant.

Selene le remarqua en premier, ou plutôt c’était la mort qui resta en retrait. Le chevalier d’épée, ne savait pas. Ceci n’était pour l’instant pas sa première occupation dirons nous. Alors que la panique sombrait de plus en plus contre les pavés et les murs du quartier malfamé, la dame semblait resplendir de joie. Voir même plus, elle sembla transporté, sa robe et son ombre fit des formes étranges et ses cheveux évaporaient sur ses épaules. Ainsi sans oublier sa beauté , Cassian se demandait si cette femme était vraiment humaine. Après tout, on trouve tout dans ce bas monde. D’ailleurs, la voix de cette deniere résonna comme le chant d’une sentence. Beaucoup aurai été terrifié, mais ce n’était pas la personne la plus folle que l’acrobate avait croiser par le passé …

Elle parlait de chaleur ? Comment cette vipère pouvait t’elle converser sur la chaleur, elle en était doté d’aucune! Bref … Cassian eu un sourire jaune. Et annonça d’une voix froide et tranchante :

« non merci, je n’ai pas envie de sentir la charogne. »

La charogne oui. Car, ces deux êtres en face de lui, n’étaient que des charognard et ne savait même pas tuer dans la règles de l’art; Il ne faisait que s’attache a de faible, que la vie avait déjà a moitié tuer… donc des victimes déjà a moitié morte. Dans ses bas fond, il n’y avait que cela, des personnes semi-vivante, puisque la vie et tout ce qui va avec les avaient rejetés. L’homme-enfant en faisait aussi parti, bien sur. Mais ceci est autre chose. Bref, tout le monde sait ce ces personnes là sont d’une facilité à buter, certaine ce donne même à votre lame. En plus les portes du pub avaient l’air d’avoir été scellé. Ce qui supprime la fuite pour toutes les victimes, et la jouissance des courses-poursuites récompensé par le sang ruisselant sur le pavé salie. Pathétique … Les tueurs avaient tout de même une fierté! Mais la ..; Ceci faisait presque honte à Cassian. Enfermer des proies affaiblies pour pouvoir prendre des vies plus facilement… Et essayer de briller dans le monde de l’ombre par le nombre de mort. Cela allait faire un tapage. Quel tueur pourrait bien s’en prendre à des proies aussi chétives ? Qui ne pourrait même pas se défendre.. Même pas essayer de s’accrocher à la vie, même pas lutter et peut être gagner pour sa survie. Un tueur cela se respecte, dans les bas fond il y avait des règles la dessus … A quoi cela pouvait servir de tuer un rat ? Ou cinquante quand on peut se confronter à un serpent ou fauve , cela est bien plus jouissif de tuer quelqu'un qui veut sérieusement vivre et lui laissant un espoir de survie… Bref, ce n’était que des faux d’assassins, ce n’était que ces supérieurs …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Dim 19 Sep - 12:57

Cassian ne cédât pas à la petite provocation de la papesse. Elle n'était aucunement frustrée ni choquée de son refus. Il en avait probablement dans la tête. Son amèrement semblait être infini. Avec un sourire au lèvres, Selene regarda le Doctor qui semblait lui aussi complètement captivé par leur sordide oeuvre.
Qui mieux qu'elle aurait pu comprendre le merveilleux sentiment que celui d'avoir dépossédé la terre de créatures inutiles et néfastes que l'on croisait à chaque ruelle de Londres ? L'épuration par le feu. Atrocement moyen-âgeux mais dieu que cela était toujours efficace. Peu importait que le cavalier des épées partage leur avis ou non. La lady n'était pas sans ignorer que Cassian aurait pu être son père et qu'il était également un assassin aux dons époustouflants. La question qui demeurait était: Pourquoi un assassin qui avait probablement lui aussi sacrifié des innocents ne pouvait comprendre la joie qu'un crime apporte.
Mais peut-être était-il accaparé par le décès des pions que Selene avait exécutés pour l'erreur et la pitié d'un seul.
Au final, cela n'avait de réelle importance. Le seul allié que Selene se reconnaissait avait l'air emporté par la folie destructrice et la lady ne connaissait rien de meilleur que cette folie-ci.
Comme elle regrettait que personne ne passât... Elle s'approcha de Jezabel dans un glissement silencieux.

" Votre cher petit vassal semble quelque peu ennervé, et manque cruellement d'humour. Peut-être pourriez-vous lui apprendre quelques uns de vos passes-temps meurtriers ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Ven 15 Oct - 8:31

Ce quartier toujours trop plein se remplissait un peu plus chaque jour, les ouvriers s’entassaient des familles entières dans une seule pièce, avec des conditions déplorables. Le typhus, la tuberculose… Au moins si un père de famille voulait se débarrasser de sa marmaille il savait comment s’y prendre, pas besoin de se salir les mains, sauf s’il mourait avant, on ne sait jamais ici. Bref tout ça pour dire que les arcanes leur avaient presque rendu service en un sens. En plus ce n’est pas les pubs sordides qui manquaient dans le coin, mais la mort et la papesse avaient exterminé le plus grand, le plus insalubre, et surtout le plus peuplé.
Comme quoi parfois ils étaient braves. Moins de bouches à nourrir, moins de types à enterrer. Et puis le service fossoyeur était même assuré, forfait incinération inclus (réduction de tarif jusqu’au prochain massacre, -50 pourcent, intéressé ?). Quelle bonté !


D’ailleurs la conscience avait de la sorte eut l’opportunité de se débarrasser d’un vieil « ami ». L’enflure qui patronnait l’établissement n’était plus que l’ombre d’un souvenir. Puisque chacun y trouvait son compte, c’était très bien comme ça.

Doctor était toujours rongé par sa névrose, son excitation macabre était sublime. C’était exactement le genre de chose que lui dictait Alexis, faire couler le sang permettait d’ailleurs de tout oublier, absolument tout, il s’était construit comme ça malgré l’accumulation de ses failles.
Ce n’était pas de la joie ou du bonheur qui en découlait mais quelque chose de plus intense, de l’euphorie peut-être… Ce n’était pas vraiment descriptible.
La lady s’approcha silencieusement, comme d’ordinaire de sa manière reptilienne ou arachnéenne c’est selon.


" Votre cher petit vassal semble quelque peu ennervé, et manque cruellement d'humour. Peut-être pourriez-vous lui apprendre quelques uns de vos passes-temps meurtriers ..."

Jezabel sourit, d’ailleurs n’importe quel crétin pouvait aisément remarquer que Selene était une des rares personnes à réussir à le faire sourire plusieurs fois de suite dans une même soirée…
Fait rare je vous l’accorde. A Delilah, il y avait souvent vent des tortures qu’ils pratiquaient tout d’eux sur de pauvres âmes qui remplissaient l’office d’une dernière utilité.
A moins que ce soit le déchirement des plaintes d’agonie qui fournissait cette preuve ? Jezabel se fichait pas mal de savoir que l’on connaissait leur intarissable passion ludique pour la découpe…Enfin tout le monde étaient tordus dans cette organisation de toute façon… Le sentimentalisme était mot inconnu, la raison encore plus.


-Dans ce cas Selene, il va falloir que tu arrives à l’attraper…

Hem… Une chasse… En voilà une douce idée.

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cavalier des Epées
avatar
Cavalier des Epées

Messages : 224
Date d'inscription : 22/03/2010
Localisation : Pas si loin du doctor

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Dim 7 Nov - 23:40

Cassian tilta. Jezabel souriais … Et d’une façon assez effrayante. Enfin à chaque fois qu’il sourit c’est effrayant. Parce que the Death n’est pas sensés sourire, normalement Il ait une tête de déterrés croiser avec celle d’un agneau battu. Donc ce n’est pas quelque chose qui souris normalement… Par moment, il sourit simplement, à ses colombes ou à l’autre chien qui c’est fait marcher dessus. Là, ça allait, il avait un sourire à peu prés commode dans un certain sens … certes un peu niais mais au moins cela montrait qu’il savait sourire … à des piafs.
Sauf que là, il souriait à l’humain et c’était tout autre chose. Cela ne faisait pas la première fois que l’acrobate le voyait faire une telle tête mais, mince, avec son physique de donzelle, le sourire de psychopathe qui se baignerai dans le sang par pur plaisir est toujours désarment…

Puis la carte mineur savait très bien pourquoi il souriait ainsi, et qui l’avait faire sourire. Erk bande de fou, Cassian ne voulait pas savoir quelle pensée sanglante et viscéreuse passait dans les esprits de ses deux supérieurs en ce moment. Surtout que tout ceci, l’odeur de chaire bruler, la panique, les euphotiques flammes qui dansaient à quelques pas et les éclaboussures de sang sur leur arme et leur vêtements .. Il y avait tous pour leur faire perdre la tête. Et Cassian comme un con, s’était pointé à ce moment là. Alléluia! Enfin il s’avait aussi que ce n’était pas des personnes comme eux qui arriverai à le tuer. Ils semblent avoir perdu pied , ils n’ont pas l’air de se rendre compte de ce qu’ils font et ne semble plus capable de réfléchir de sorte a poser une stratégie s’il l’envie leur prend que le cavalier d’épée rejoigne toutes leurs victimes de la soirée. Car c’est seulement avec ceci que l’on peut saigner l’homme-enfants. Heureusement qu’il avait plus de dix ans d’expériences dans ce domaine tiens!

Et voila qu’Est-ce qu’il disait … Une chasse… Il le prenait pour quoi ? Un animal? Surement. Cela ne le blasa même pas, ou plutôt cela ne le surprenait pas. Apres tout, on lui en avait fait de belle déjà… enfin c’était assez comique, le faite qui le demande à Lady Selene de le faire… Qu’elle essaye tiens! Cassian la regarda, avec un grand sourire provocateur et des yeux qui lui lançait un défi. Il savait qu’elle n’arriverai jamais à l’attraper et qu‘elle ne le ferai jamais , la conscience est bien trop … Pompeuse. Jouez à chat avec un gosse des rues, fiou ~ Enfin l’homme-enfant , ricana avec son accent des bas fonds :

- Voyons Doctor, Lady Selene ne trempe pas dans ses eaux là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Sam 18 Déc - 11:06

Courir après Cassian ... Depuis quand les lions courraient après les rats ? L'idée était complètement stupide... Mais docteur plaisantait. Elle le savait. Du moins si elle le savait, Cassian semblait trop abruti pour s'en rendre compte et cette vermine venait de la provoquer... Minable petite tentative. C'était de toutes façons un secret de polichinelle au sein de Delilah que la Papesse et le Cavalier des épées se haïssent. Pas uniquement parce qu'ils se disputent le même maître et / ou allié, mais également parce que Selene a toujours toujours détesté les enfants ! Et bien que ce pauvre Cassian eut été assez vieux pour être père de Selene son apparence la repoussait et lui donnait envie de le gifler à chacune de ses paroles.
La nuit se désépaississait, du bûcher que Jezabel et elle avaient dressé ne restait plus que des braises et des morceaux de ce qui furent jadis des êtres humains qui avaient ris, pleurés s'étaient cognés avec ou sans succès à la vie. La folie de Selene s'était visiblement calmée. Elle n'avait absolument plus rien à faire ici. Saluant Jezabel d'un signe de tête et ignorant résolument son vassal elle leur tourna le dos et partit suivant l'aube dans les ruelles silencieuses comme si elles cherchaient à se vêtir d'un calme manteau attendant les péripéties d'un nouveau jour.

[ma réponse est extrêmement courte, j'en suis la première navrée mais je ne voyais pas ce que je pouvais encore faire ici.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   Sam 18 Déc - 16:59

(Ne t’en fais pas ma chère chose similaire de mon coté… Donc bon, concluons.)


Il est vrai que Cassian avait résolument un grave souci avec le second degrés et de ce fait, prit les mots de la mort à son sens premier sans en déceler le cynisme. Il pensait vraiment qu’ils allaient gentiment le traquer après un tel bain de sang ? Peu importe…
Il avait de quoi être énervé, ses charmants petits camarades avaient servi de véritable chair à canon héhé, cependant ce n’est pas la classe sociale qui importait à Jezabel, nobles ou miséreux un cobaye est un cobaye. Selene exprimait sans la moindre gène sa haine des plus intenses, il savait pertinemment que la Papesse détestait cordialement son subordonné et que la chose était similaire en ce qui concerne celui-ci.
Cette femme était sans doute la seule que Death pouvait supporter dans l’organisation, leur entente macabre ne datait pas hier mais de leur adolescence.
La lady comprenait aisément la démence du docteur et sa dévotion, était parfois capable d’anticiper ses réactions mais surtout ne l’avait jamais lassé. Et cela, elle était la seule à porter ce privilège. En ce qui concerne Cassian la nature de leur lien était un peu, différente. Hem…
De toute manière, lien ou non, il y avait des actions de Jezabel qui ne pouvaient que mettre le cavalier d’épées hors-de-lui, cela non plus n’était pas un secret. Blasée de l’acrobate, la conscience se retira après avoir salué son compagnon de massacre. Doctor ne l’arrêta pas, après tout, leur horreur pour ce soir était terminée. Jezabel n’allait pas tarder à se retirer aussi, fixant toujours son subordonné sans le moindre malaise avec son éternel sourire en coin, il glissa silencieusement ses mains dans sa veste blanche passa également à coté du plus vieux le frôlant au passage avant de s’éclipser.


-Bonne nuit Cassian…


___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: When death meets the consciousness.   

Revenir en haut Aller en bas
 

When death meets the consciousness.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Place Like London :: Pub Pourri-