Londres la grande se lamente dans un cri de douleur mais je vais la purifier en éliminant les basses classes, ces symboles de déchéance et de corruption.


[Forum RPG NC-16 inspiré de la série God Child de Kaori Yuki]

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Mer 20 Oct - 21:53

La Papesse, devant son miroir se grimait un masque, elle ne se maquillait pas, s’en étant souciée des heures auparavant. Ses yeux gris étaient plus sublimés que jamais, le noir qui bordait ses cils avait l’air de velours et formait un parfait écrin pour la lame glaciale de son regard. Si Selene restait ainsi plantée devant la glace, ce n’était pas parce qu’elle s’inquiétait de sa beauté qu’elle savait parfaitement remarquable. Elle soignait ses expressions. Ses lèvres rougis de la couleur du sang s’esquissèrent en un sourire qu’elle jugea un peu trop carnassier, pour contrer la mesure, elle papillonna des cils d’un air béat. Parfait. Le résultat dépassait ses espérances. Elle s’attaqua à son regard, se concentrant. Ecarquillant les yeux d’un faux air ravie, elle se trouva si ridicule qu’elle eut envie d’elle-même se frapper. Cela devrait suffire. Sa couverture se devait d’être des plus parfaites, elle serait à découvert, vêtue d’une robe de soirée tellement peu pratique et couverte de détails qu’il lui faudrait limiter les armes pour ne pas se faire surprendre. Mais mieux que cela, elle n’accomplirait pas cette mission seule, Jezabel sera là quelque part à agir lui aussi dans l’ombre. Selene lança un dernier regard mièvre à son reflet puis sourit à la manière des ladies : un sourire poli ne laissant absolument rien remarquer. Il faut croire que son mariage avec Lord Orsey ne lui avait pas été si inutile que cela. Outre son titre de Lady elle en avait hérité les coutumes. Selene souffla les dernières chandelles et quitta la pièce avec une démarche noble bien loin de son habituelle allure féline. Elle ferma la porte sur ses manières et celle qu’elle était pour Delilah, entrant à merveille dans son rôle de la veuve Orsey. Derniers détails, elle plaça son fidèle couteau dans une petite cachette dissimulée dans sa botte et détacha quelques mèches de cheveux. A présent, tout était parfait.

* Show must go on*

Elle descendit doucement l’escalier, elle aimait ménager ses entrées comme ses sorties, après tout elle était la comédienne vedette de son théâtre vivant. Elle sortit dans l’air glacial de la nuit noire, la gélatine lunaire rendait son image magnifique. La Papesse avait laissé enfermé dans sa chambre son inquiétant physique laissant place uniquement à sa majestueuse beauté.
Dans le silence de la nuit résonnèrent les sabots de quatre magnifiques chevaux. La voiture blanche arrivait. Ainsi, Selene était certaine d’attirer tous les regards. Ce qui était l’effet promptement souhaité.
Le trajet se passa rapidement. La voiture s'arrêta dans un infime hennissement. Un laquais ouvrit la porte et Selene sortit.
Le premier acte venait de débuter. Avec une lenteur extrème, la Papesse montait les marches sublimes qui bordaient l'opéra prenant soin de faire voler avec délicatesse sa robe. Elle savait que son retour à la mondanité allait faire quelques éclats de voix dans les ménages de la bourgeoisie et de la noblesse Londonienne. Le hall d'entrée; excellent endroit pour se faire voir et observer.
La Lady saluait de ci, de là divers visages connus. Jezabel n'était nulle part...
Peu importe. Lady Selene monta l'escalier qui menait à son balcon, prenant soin de remonter un peu trop sa robe... Les rumeurs se semaient sur son passage... Selene s'autorisa un sourire et s'assit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Jeu 21 Oct - 16:13


(Second degrès palpable, merci.)


"-Débarrasse-toi d’elle maintenant…Elle et toutes les mouches dorées de miel qui s’agglutineront ce soir."

La voix autoritaire de son père résonnait de nouveau en lui, le message était clair, très clair, l’ordre qu’il lui avait donné quelques heures auparavant allait être bien évidement exécuté. Card Master lui laissait carte blanche, en d’autre terme, l’occasion d’exercer son art était bien là. Avec détachement il observait la toute jeune femme blonde qui l’accompagnait, dont Alexis avait desormais le désir de la voir sombrer. Le plus ridicule était sans nul doute l’air béat, ses joues empourprées et le pétillement de pupille dont elle faisait preuve à chaque fois qu’elle regardait Jezabel ou que celui-ci lui adressait un semblant d’attention, enfin plutôt Docteur Blanchett ce soir, honorable médecin traitant, au sourire sincère et digne de confiance, à l’air rêveur témoin de la plus grande des innocences et à l’aura rassurante. Cette niaise n’avait mit que quelques jours pour verser toute sa fortune à l’organisation. Amusant… Lui pomper le sang avait été amusant. Bientôt la pauvre dinde allait pouvoir rôtir.

Oui ! Avec la juste dose d’aromate provenant sous commande du meilleur apothicaire de la ville, de persil frais cueilli dans le jardin de Cremorne, afin d’exercer une véritable gymnastique des arômes, au temps de cuisson orchestré au millimètre près, calculé pour que la viande krustylle en surface dans son petit fumet épicé, et toujours fondante à cœur. D’ailleurs, il serait agréable de la déplumer, la prolifération de duvet d’autruche en camaïeu de gris, sur sa coiffe lui donnait davantage l’air d’un ustensile de ménage usagé qu’autre chose.

C’est important ça le ménage, Death en avait la certitude, les milles et uns grains de poussières qui ornaient le sol faisaient ainsi référence à toute la complexité de son être, contents, pas contents, les fragments argentés prouvaient à eux seuls la profondeur de son âme, à moins que ce ne soit la décoration de la salle dont les surfaces irisées réfléchissaient la lumière, jouant au trampoline des reflets inquiétants, transformant l’ambiance en malaise pesant et indomptable. Le siège dans lequel docteur se prélassait était tout aussi important, ciselé à la manière d’une dentelle, la ferraille triomphait de panache, apportant encore plus de prestige au croisage de jambes Jezabelien. Le cuir velouté des épais accoudoirs, sublimait quant à lui par un audacieux contraste, le charismatique manteau blanc du docteur ainsi que les boucles en cascade de ses cheveux cendrés qui n’en parurent que plus pales et opalines.

Quelque part dans la salle se trouvait la papesse, le docteur avait du mal à contenir son excitation, une nouvelle œuvre était en préparation, peut-être même encore plus grandiose que la précédente. Mais pour l’heure, la représentation n’allait pas tarder à débuter, avec un mouchoir de soie blanche il se décida à nettoyer ses lunettes avec minutie, le bruit du tissu frotté contre le verre apportait un charme supplémentaire à la pièce, aussi paradoxale et déconcertante que sa propre personne. La mort remonta ses lunettes avec mystère, d’un seul doigt, preuve intransigeante du summum de ses talents.

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"


Dernière édition par Jezabel Disraeli le Sam 13 Nov - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Ven 22 Oct - 7:53

Entracte. Enfin un peu de répits. En réalité la vénérable veuve Orsey commençait à en avoir marre. Elle quitta son balcon et oublia soigneusement de saluer la soeur de son ex-époux qui les yeux pleins d'émotions lui avait sourit. Elle s'imaginait probablement que Selene restait constamment enfermée dans la somptueuse demeure de feu Lord Maverick Orsey à pleurer toutes les larmes de son corps en contemplant les meubles, les tapisseries que Maverick avait aimé, qu'elle s'asseyait sur la chaise qu'il avait préféré toujours en pleurant puis comme une âme en peine allait se coucher dans les draps qu'elle avait partagé avec lui. Quel merveilleux alibi, et quelle gourde cette Orsey! Elle finirait vieille fille, ça se voyait. Jeune mais déjà vieille et acariâtre. Une véritable plaie. Et si .... Non, Selene n'allait pas risquer sa couverture sociale pour aider quelqu'un... La mort de machine Orsey lui rendrait service et tuerai probablement ses parents... Ce qui était aussi un service pour l'humanité.

Le grand salon de l’opéra. Décoration magnifiquement surchargée, on se serait cru chez Morgan White ! A la différence que ce salon avait été décoré avec un peu plus de gouts et portant de partout les signes indiquant la richesse du royaume de Victoria. Verres à la main, la bourgeoisie regardait les nobles qui flûte à la main jouaient sur leurs titre en faisant rager leurs subordonnés. Selene s'en fichait. Elle se saisit d'une flûte (il fallait bien qu'elle joue un peu à ce jeu) qu'elle vida d'une traite. Elle ne s'attarda pas, de peur qu'un quelconque idiot endimanché lui fasse la conversation.

Elle se dirigea directement vers le petit salon que Delilah avait mit à leur disposition avec Jezabel. Comme à son habitude, doctor se faisait attendre. Peu importe. Selene se dirigea près du bar, s’arma de son porte cigarette et d’un bâton de mort qu’elle alluma. Jezabel ne devrait pas tarder. La papesse s’interrogea sur les ordres qu’il avait pu recevoir de son père. Selene avait reçu une missive le matin lui indiquant que le Card Master n’attendait aucun survivant à part Jezabel, elle-même et une enfant… Idée encore saugrenue mais qu’importe, elle s’exécuterait. Elle avait cependant hâte de voir si Death serait accompagné ce soir. Il avait depuis peu l’habitude désagréable de se promener avec une oie blanche de bonne famille au bras. La blonde était si fade que Selene n’en était même pas jalouse. Elle était juste impatiente de voir comment elle finirait. Pour l’heure, la porte s’ouvrait et Selene se retourna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Ven 22 Oct - 18:29

(Gélatine lunaire XD … Oui bon, cessons de parodier tout ce qui bouge…)

Doctor entrait dans un salon bien heureusement plus sobre que l’extravagance précédente, toujours son petit animal domestique bien éduqué, toute ravie de la qualité de la représentation et de l’opportunité de se faire voir du gratin Londonien, portant un parfum bien trop sucré à l’image de son tempérament, en talons hauts et robe de flanelle vert pâle, le bonheur incrusté sur ses lèvres rosées ; à son bras. La mort ne tarda pas à croiser les yeux gris de la conscience avec une certaine satisfaction. Enfin quelqu’un d’intéressant…
Chose rare depuis tout à l’heure. Rependant copieusement les volutes de son "baton de mort", elle s’était superbement infiltrée dans la foule endimanchée de ce soir.


-Ravie de te voir ma chère…

La blonde tourna la tête avec automatisme, la bouche grande ouverte, faisant des gestes exagérés, extrêmement préoccupée du fait que le médecin vienne de s’adresser à une inconnue avec une telle familiarité. Death referma dès lors la porte.

« Mais qui est donc cette femme ? s’exclama t’elle de sa voix aiguë et insipide. Avec une stupidité rare, l’imbécile heureuse écarquilla ses yeux ambrés d’interrogation, son lourd éventail à la main, scrutant Lady Selene avec mépris, prête à commencer un petit scandale feu de l’amour, tout à fait niais, s’imaginant un scénario à l’eau de rose à travers son esprit ramollit et endoctriné par l’influence de la carte de la mort.

-Je veux des explicatiiiiions ! Diiiiites moi tout sur le champs ! »

Lourd silence… Jezabel lui adressa un sourire qui n’appartenait pas au gentil docteur Blanchett, dont le nom n’avait que trop servi déjà, il ne manquait plus que la douce ameute toute la salle de part ses plaintes édulcorées…Non. Se rapprochant d’elle il glissa sa main sur sa taille et lui susurra à l’oreille :

-Bien, Melissa Dyrtrayn, tu seras la première…

Death la frappa avec une telle violence que la mignonne atterrit allégrement au sol, tête en avant, en couinant comme une souris effarouchée. Il agrippa ses cheveux raides et délicats, la forçant à s’agenouiller, plaqua une main contre la bouche de l’idiote pour contenir ses hurlements insupportables et en un éclair argenté glissa sa lame à travers la joue fardée de la jeune femme, élargissant son entaille jusqu’à la clavicule. Défigurée et la chair à vif elle essayait en vain de se débattre.

-Selene, n’as-tu pas envie de t’amuser un peu après ce long cirque musical rébarbatif?

La demoiselle, couverte de larmes, toujours les doigts de l’arcane sans nom sur sa bouche, contemplant son propre sang et sa peau ouverte jusqu’au muscle avec horreur, ne se rendant compte que trop tard de la réalité des choses, impuissante à la scène. La représentation, reprenait, la puissante voix de la cantatrice raisonnait aisément à travers l’autre salle et cacherait avec merveille n’importe quel cri de douleur.

Parfait… Il extirpa sa main et décocha un large coup de pied à la demoiselle qui percuta de nouveau les dalles froides avec un doux claquement de vertèbre. Crachant une écume rosâtre elle se releva difficilement, la respiration saccadée. L’emprise de son corset trop serré n’arrangeait rien à la chose. Elle implorait la papesse du regard, l’idée d’une quelconque solidarité féminine en dernier espoir.

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Sam 23 Oct - 18:17

La porte s’ouvrit sur Jezabel. Il était comme depuis quelques semaines accompagnée de la ridicule blonde. En réalité, la Papesse s’étonnait de la longévité de cette chose. L’étrangère commençait une scène de ménage. Lasse d’avance, Selene activa de nouveau son briquet et choisit d’embaumer un peu plus la pièce. Elle se concentrait sur la cheminée laissant les flammes rougeoyer dans ses yeux. Entre ses murs elle n’avait plus besoin de feindre. La boite de Pandore avait été réouverte et nulle ne pouvait savoir quels maux allaient en sortir en premier. Un « boum » retentit derrière la Papesse. Elle se retourna, ravie, Death sortait enfin de sa couverture et la blondasse était au tapis.
-Selene, n’as-tu pas envie de t’amuser un peu après ce long cirque musical rébarbatif?
L’intéressée sourit au docteur. Visiblement, la blonde était dotée d’un courage sans borne. Elle se releva. Haussant un sourcil, Selene attendait la suite. Ce spectacle était bien plus intéressant que d’observer une grosse beugler face à une assemblée qui n’en avait cure. Jezabel était apparemment en grande forme ce soir ou peut-être était-ce le fait d’enfin pouvoir se libérer d’une oppressante couverture. La dénommée Melissa Dyrtrayn rejoignait de nouveau le sol. Elle lança un regard implorant à Selene qui lassée d’observer s’était approchée. Le rictus annonciateur de la souffrance illuminait les yeux de la Papesse qui songeait à la façon dont elle pourrait jouer avec la demi-morte. Elle regarda sa cigarette à demi-consumée puis l’éteignit sur la plaie rougissant sur la joue de Melissa qui hurla de surprise et de douleur. Elle l’avait imploré ? Très bien, Selene allait l’aider et la tuerai plus rapidement que Death qui aimait plus que tout tuer lentement. D’un geste rapide, Selene s’arma de sa fidèle lame. Lançant un regard à l’autre arcane majeur comme pour lui demander la faveur de l’aider à achever la nuisible et braillarde créature qui leur avait torturé les oreilles, Selene tenait Melissa sous son coude. Jez ne répondit d’aucune façon. Lady Selene en déduisit qu’elle avait son feu vert. D’un geste précis et bouchez, elle continua ce que la lame de Doctor avait entamée. Le cou de la blonde coupé à la transversale se tâchait de rouge. Alors avec nonchalance la Papesse jetât le corps qui se sépara de la tête et éclaboussa copieusement le tapis.

« Quel dommage, un si beau tapis. »


Selene ôta sa crinoline pour avoir plus d’aisance dans ses mouvements [HS : je n’ai pas pu m’en empêcher & j’ai failli ajouter les bottes XD] puis alla ouvrir la porte, s’effaçant devant la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Mer 3 Nov - 18:16

La greluche fardée était bien plus intéressante teintée d’un cinabre sanguin. Quel effort d’avoir réussi aisément à supporter sa stupidité durant une si longue durée ! Il s’étonnait lui-même de tant de fourberie parfois. Peu importe, amusons-nous encore un peu avec la petite oie blanche avant de lui tordre le cou. Melissa suppliait donc Selene, mauvaise idée, très mauvaise idée, Jezabel aurait bien pouffé de rire si son masque d’insensibilité n’était pas si dictateur. Le poignard de la papesse brillait contre la gorge de l’imbécile heureuse. Pas de réaction, Death souhaitait simplement observer encore un peu ce petit divertissement. La carcasse s’affala sur les dalles en une délicieuse mélodie. Un liquide cramoisi ne tarda pas à gicler allégrement et décorer les environs, a eux deux ils auraient très bien pu se reconvertir en architecte d’intérieur. Les autres porcs froufrouteux attendait sagement leur tour de l’autre coté, faucher était un loisir épique.

Toute cette viande serait sûrement matière première des expériences tordues de Doctor. Depuis qu’il maîtrisait, certes non sans mal, mais maîtrisait tout de même, le lent processus de création d’une deadly-doll, nombreux cadavres pouvaient ainsi se montrer candidat idéal de cet office. De son coté, Alexis était toujours à la quête de l’enfant-sacrifice, celui qui, par frontière entre vie et mort, plongerait la capitale dans le chaos grâce à la qualité de son âme. De l’âme de cette femme… Oh ce jour ne tardera plus, il se rapprochait sournoisement à l’insu de tous, ou presque. Mais pour l’heure il serait bon d’enfin faire taire la castafiore obèse qui domptait son gosier gargantuesque depuis au moins deux heures, un supplice pour n’importe quelle oreille fine.
Les arcanes entrèrent de nouveau dans la salle pleine de verroterie insipide. Malgré les plaintes outrées des froufrouteux, Jezabel monta sur la scène sans la moindre gène. La diva s’interposa avec rage.


« Comment oser vous interrompre de la sorte le spectacle ?!!! »

Elle était si furieuse que sa poitrine grasse ne cessait de se relever à la manière d’un coucou crachant son cri matinal, , si bien que la mort se demandait, si la truie n’allait pas déjà s’essouffler en une phrase.

-Interrompre ? Absolument pas, il vient tout juste de débuter.

Et une tranche de bacon bien rosée ! Ou plutôt un gros bout de lard frais en fait... Jezabel , fervent végétarien, avait eu peur un instant, peur d’étaler une luisante flaque de graisse, mais non, l’amas de chair avait donc elle aussi plus de sang qu’autre chose, nous voici rassurés. Vague de panique, les spectateurs avaient un mal fou à assister à la découpe.
Tiens donc, la scène serait-elle un peu trop épicée à leur goût ? Hors de question d’édulcorer tout cela. L’arcane sans nom, toujours sur l’estrade désormais rougeâtre, se tourna vers la conscience, curieux de voir de quel acte sordide avait-elle eut l’initiative.

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Mer 3 Nov - 19:32

* Il n'y aura le moindre survivant, ma réputation doit être sauve et ils croiront que je m'en suis sortie de justesse...*

S'éloignant du docteur mais le suivant du regard Selene se dirigea droit vers le balcon réservé aux lord et ladies les plus importants de la cour. Ce soir, elle n'exécuterai pas uniquement le souhait du Card Master, elle finirait également de se forger sa fortune. Il est bien connu que les Orsey ne comptaient que deux enfants, Maverick gisait dans une cave et sa soeur, Ô faible et crédule créature allait bientôt goûter au doux met qu'est l'agonie...
Sur scène un nouveau personnage faisait son entrée. Étrange création du metteur en scène, distraite une seconde; Selene regarda en direction de l'énorme cantatrice. Jezabel se tenait à ses côtés. Selene connaissait cette attitude, la faux de la mort allait bientôt frapper. Tant mieux. Il l'aidait. La foule interloquée commençait à gronder. Trop tard. La chanteuse était déjà partie sur un autre rivage.
Son poignard dans la main, Selene profita de l'agitation dans les escalier. Quels idiots, de toutes façon personne ne sortirait d'ici vivant, certaines arcanes mineurs se trouvaient éparpillées dans la salle, le signal avait été lancé, ils passeraient à l'attaque d'un moment à l'autre, assassinant les hauts dignitaires de sa majesté Victoria qui entre deux luxueux voyages n'avait que trop sommeillé. Le chaos allait bientôt s'emparer de Londres. Telle avait été la mission de Selene se soir. Se hâtant à son tour dans les marches, elle se lançait à la recherche de Lady Liliane Orsey, assassinant au passage bon nombre d'innocents, peu importe si elle avait la lame facile tant qu'elle parvenait à son but. Merveilleux, ladite Liliane courait vers elle. Son regard lui lançait une infinie prière, à l'évidence, la débilité de sa chère belle-soeur dépassait tout entendement. Ainsi la pensait-elle innocente. Magnifique, tuer sans effet de surprise n'est pas très théâtral.
Cachant soigneusement et rapidement son arme dans sa manche, Selene saisit la main de Lady Liliane et se dirigea vers la scène en lui murmurant:

" Ne t'inquiètes pas, je vais te sortir rapidement de là"


Jezabel, toujours sur scène la regardait, attendant. Selene, sorti de nouveau son arme et la glissant sur le cou blanc comme neige de Liliane, qui tellement surprise et terrifié ne se débâtit même pas. Avec une lenteur à faire monter le suspens, la Papesse rejoint l'autre arcane majeur sur scène sans lâcher la pauvre Orsey. Bloqués par des portes qui ne s'ouvriraient qu'à la fin présumée du spectacle, la foule silencieuse se tourna comme un seul homme vers la scène. Les arcanes mineurs avaient cessé d'agir, voyant Selene. Dans le silence de mort Selene prit la parole.

" Je vous salue peuple de Londres. Nous ne serons pas longs, petit peuple, vous ne nous intéressez pas. En revanche, je vois une vingtaine de Lords et Ladies à qui vous êtes asservis qui trônent ici comme s'ils avaient tous du sang royal, prêts à vous écraser au moindre de vos mouvements. Ce soir, c'est à vous de décider... Vaut-il mieux préserver l'élite minoritaire ou nous la livrer et sauvegarder la majorité ? Si vous nous les livrez, bourgeois et commerçants, vous retournerez près de vos enfants... Je suis magnanime, vous avez dix minutes..."


Et se sentant obligée de montrer qu'elle n'était pas la gentille et triste veuve Orsey, elle décapita sa belle soeur, puis envoya rouler sa tête vers ses parents qui s'étaient approchés de la scène paniqués.
A l'instant où le sang de Lady Liliane toucha le sol, la révolution commençait. Bas sociaux ou bourgeois heureux de pouvoir enfin se débarrasser d'un insolente noblesse, la foule mouvait. Les lords et ladies étaient cernés, ils allaient bientôt lui être servi sur un plateau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Sam 13 Nov - 18:03

Privilège et luxe, opulence et supériorité, la bourgeoisie ne rêvait qu’à la fin de cette dictature noble, et proliféraient, doucement, dans l’ombre. Tout ceci explosera bientôt, ou plutôt, cela avait déjà commencé.

" Je vous salue peuple de Londres. Nous ne serons pas longs, petit peuple, vous ne nous intéressez pas. En revanche, je vois une vingtaine de Lords et Ladies à qui vous êtes asservis qui trônent ici comme s'ils avaient tous du sang royal, prêts à vous écraser au moindre de vos mouvements. Ce soir, c'est à vous de décider... Vaut-il mieux préserver l'élite minoritaire ou nous la livrer et sauvegarder la majorité ? Si vous nous les livrez, bourgeois et commerçants, vous retournerez près de vos enfants... Je suis magnanime, vous avez dix minutes..."

Il fallut à peine trois petites minutes pour contempler la fureur de la révolte. Les lords perdaient rapidement leurs moyens dans le chaos ambiant, encerclés, insultés. La déchéance semblait tangible. Jezabel scrutait la cohue, la bassesse humaine était toujours aussi intéressante. Instinct de survie, l’homme porté par ses pulsions se noie dans l’autodestruction. Indifférent à ce futur charnier Death eut tout de même le loisir d’observer à quel point les mots de la conscience furent efficaces.

Effervescence, les fortunés étaient traités en vulgaire bétail, leurs titres désormais bien inutiles. Stigmatisés, ils hurlaient sans retenue. Une étrange chasse aux sorcières venait de débuter. Le gibier ne pouvait s’échapper. Peu importe, l’humanité ne méritait que d’étouffer dans un néant bourbeux !
Terrifié, l’orchestre était médusé, les yeux rivés sur la carcasse stagnante de la cantatrice qui venait de se faire égorger comme un banal goret. Ce n’était pas une surprise que de voir Jezabel ignorer le sens du mot « délicatesse »…


Assiégée, la noblesse goûtait avec terreur l’agonie qui ne tarderait plus, les signes de croix se multipliaient, dernier espoir d’une salvation, pourtant vain et inutile. Les martyrs de soie ne portaient point de regard digne, la peur et la folie orbitaient leurs yeux, convulsaient leurs traits. Ils furent ainsi traînés vers la scène sans la moindre parcelle de douceur. L’absolution n’allait plus tarder, bénie par leur propre sang. Qui mieux que Selene pouvait accompagner le docteur dans cette extrême barbarie ? Personne évidemment. Elle venait d’ailleurs de supprimer une apparemment vieille connaissance. Du moins, c’est ce que supposait Disraeli. Il ne connaissait pas le passé de la Lady et en avait cure. La pauvre créature blonde avait rapidement perdu la tête en un jet rougeoyant. Les mineurs n’avaient même pas besoin de forcer la chose, le petit peuple s’en donnait à cœur joie.

-Eh bien, ce fut encore plus rapide que nous l’aurions espéré…

Le petit groupe de Lords, livrés et trahis, secoués d’incontrôlables tremblements, n’osaient croiser le regard de la Papesse et de la Mort.

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Mer 24 Nov - 19:39

Merveilleux. Le petit peuple était décidément bien vil. Les bourgeois endimanchés regardaient le docteur et la Lady comme s'ils étaient devenus leurs nouveaux rois... Leurs yeux brillaient d'un espoir de révolution. Se doutaient-ils qu'ils seraient les prochains ? Le sang coulerait à flot tel que le maître leur avait demandé. La seconde partie avait commencé, l’histoire d’amour bateau massacré quelques instant plus tôt par la voix du gâteau chantant laissait maintenant place à une tragédie …

-Eh bien, ce fut encore plus rapide que nous l’aurions espéré…

La démence naissant dans les yeux de la Papesse. Elle se retourna vers le docteur avec un rictus sadique au possible. Et cet « homme » qui la connaissait si bien ne pouvait ignorer qu’elle était même prête à assassiner Victoria la Grande en personne si on lui demandait. Un peu à la manière d’une vampire [xD] qui s’abreuvait de sang et ne s’arrêtait que quand il n’avait plus d’appétit, Selene nourrirait sa lame. Si survivant il y avait, ils diraient sous la menace à quel point le docteur et elle avaient voulu sauver les pauvres victimes de ce fou furieux et que mis en danger ils avaient fini par prendre la fuite.
Tout était pensé à la perfection. Le cortège des futurs martyr arrivait, pauvre noblesse, comme elle ne se ressemblait plus. Les habits étaient, froissés, parfois déchirés, les bijoux avaient disparus dans les poches des bourgeois qui en avaient précédemment rêvé. Jezabel et Selene avaient sous les yeux un parfait cliché de l'actuelle décadence du monde. La Papesse le remarquait-elle ? Certes non, elle était trop occupée. Son rictus moqueur et cruel grandissait, elle avait trouvé sa parfaite victime. Un homme d'une beauté absolument éblouissante, avec un air crédule qui lui donnait un air d'ahuri imbécile. Cette insolente beauté avait l'air si pur, il avait des petits airs de la roue de la fortune. Les belles personnes, surtout les jeunes ont toujours attiré la sympathie c'était un fait historique indéniable. A l'inverse, chez la papesse ils réveillaient son dégoût et son immense sadisme. Le tuer à mains nues leur montrerait à tous qu'il ne fallait la contrarier, même si un visage ne pouvait lui revenir. Elle rangea sa lame et adressa au docteur un autre sourire avant de sauter au bas de la scène dans le plus complet des silences. Tous et toutes avaient les yeux rivés sur elles mais semblaient loin de leurs instincts de survie. Comme hypnotisés par le serpent qu'est Lady Selene, ils ne bougèrent. Son sourire sadique figée dans une grimace horrible, elle s'approcha du trop beau jeune homme. Il la regardait, un air craintif et fasciné dans ces merveilleux yeux verts mordorés ... Intéressant mélange mais pas satisfaisant. Elle voulait voir la peur, qu'elle le terrifiait. Elle était proche de lui, très très proche, pourtant rien ne changeait. De rage elle le prit par la gorge l'approchant de Jezabel.

"Regardes donc Jezabel, ses merveilleuses prunelles ... Peut être sauras-tu qu'en faire ..."


Le silence se fit encore plus opressant tous gardaient les yeux sur le docteur. Selene dans un sourire poussa le malheureux jeune homme que la beauté radieuse avait condamné à une mort douloureuse. Il tomba pathétiquement aux pieds du docteur, le fixant l'air cette fois réellement terrifié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Dim 28 Nov - 22:17


"Regardes donc Jezabel, ses merveilleuses prunelles ... Peut être sauras-tu qu'en faire ..."


Oh… Des yeux… Mais quels yeux ! Une horreur verte à l’éclat mordoré, en tout point identiques à ceux de l’arrogant buveur de thé… Cette créature détestable à l’ego surdimensionné avide de vengeance et d’idéaux insipides … Cet être, qui lui, avait le privilège de ne pas connaître la souillure… Qui n’avait jamais été traîné dans la boue !

*Quand je pense que j’ai du être sacrifié dans ton intérêt Cain…*

L’innocence du garçon lui rappelait également ses jeunes années… La mort, inexpressive, observait la chose tremblante et pitoyable, qui n’avait que trop de raisons de provoquer sa répulsion dont l’une des plus importantes : la perfection physique.
Il valait mieux le figer dans cette terreur sublime qui le rendait davantage intéressant. Dr Disraeli serait sa dernière et ultime vision. Death effleura de ses doigts glacés le visage de ce jeune Apollon.


-Voyons, voyons… Calmes toi… Pourquoi tant de crainte ? A vrai dire je ne veux qu’une seule chose…

Se rapprochant à seulement quelques millimètres de la peau pleine de vie du gosse, son sourire en coin ne disparu pas. Avec minutie, Jezabel sectionna les nerfs optiques de la frêle créature, afin de s’emparer des précieuses émeraudes. Sans même avoir le temps de comprendre, le bellâtre hurla à n’en plus finir, assiégé d’une horrible et insupportable douleur. Après quoi, Jezabel plaça ses doigts dans les orifices béants qui contenaient il y a encore quelques instants les globes oculaires et enfonça ses ongles le plus profondément et lentement possible dans la chair palpitante.

Médusée, l’assemblée retenait son souffle, n’osant réagir et à des lieux de s’imaginer possible un tel degrés de sadisme . Lorsque le bellâtre n’eut même plus la force de crier, l’arcane le laissa au sol, se torde silencieusement de douleur en gesticulant comme un poisson coupé en deux. Il n’avait même pas envie de l’achever, le laissant goûter à la plus douloureuse des morts, ayant de toute façon perdu trop de sang pour survivre d’une quelconque manière. Doctor rangea rapidement et avec un naturel effrayant, dans un petit bocal de formol, les yeux dorés qu’il convoitait depuis tellement de temps, laissant la charpie ensanglantée agoniser doucement, et mitrailla du regard, au passage, une jeune fille qui se rapprochait de trop près.


"-Edwarrdddddddddddd !!!"

Doux dieu, les niaises se succédaient ce soir… La gamine, baignée de larme accourue près de son bien aimé le visage déformé par la peine lui caressant la peau à la manière d’une tragédienne grecque. Cette fausse Electre n’avait rien d’intéressant. Avec un soupir de lassitude, Death l’égorgea, la faisant retomber mollement a coté du mutilé pas encore trépassé, qui bien que désormais aveugle pouvait tant bien que mal deviner la scène par ses autres sens. Avec détachement, doctor essuya ses mains rougeoyantes et poisseuses sur la robe du cadavre féminin avant de tourner dos à ce spectacle pathétique. Il reporta son attention sur sa très chère collègue.

-Occupons-nous de ces nobles, Selene, veux-tu ?

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Papesse"

Messages : 2042
Date d'inscription : 15/03/2010
Age : 27
Localisation : suivez le sang ...

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Jeu 16 Déc - 15:49

[je te préviens, j'ai craqué, Selene est encore plus cinglée qu'avant]

Ainsi était donc dessiné une tragédie. Un Roméo un peu trop beau pour être vivant et aimé pour ce qu'il était et sa Juliette morte sous le poison de son organe vital. Mais Roméo n'était pas encore mort. Il s'approcha du cadavre de sa Juliette hurlant à l'agonie. *clap clap* que c'était touchant. Jezabel avait choisi de lui épargner la vie... Aussi minable soit elle. Aussi Selene décida de ne pas le contredire. Elle passa près de la pauvre âme en détresse sans sourciller, Death montrait son impatience. D'un mouvement de la main, la Papesse sonna le glas, adressant un petit signe d'adieu aux parents Orsay. Sa fortune était faite... Ce massacre resterait dans les annales et pousserait surement le mauvais Hargreaves à s’interroger. Les corps devaient être découverts tels quels le chaos régnerait sur une Londres terrifiée, le temps de la délation arriverait. Ce plan était merveilleux, magnifique, sublime... Une St Barthélémy moderne.
Se baladant parmi les assassins et les victimes, Selene se délectait du parfum que l'on pouvait nommer sans se tromper: révolution. Les bourgeois, s'étaient retirés dans un coin de la pièce assistant à l'exécution avec répugnance, joie et crainte... Certains étaient si vils qu'ils affichaient des sourires ravis. Pauvres d'eux... Bientôt viendrait leur tour, mais avant il fallait bien s'amuser un peu. Rompre avec la monotonie était peut-être l'adrénaline qui donnait tant de force à la papesse. Toujours est-il qu'elle n'oubliait pas sa mission. Elle devait impérativement détruire, nuire à la bonne image de l'Angleterre. Que Victoria elle-même s’interroge, que le peuple craigne une révolte venue d'en bas...
C'était tellement jouissif de se sentir façonner un nouveau monde, d’être une des étoiles qui brillerai pour cet immense service rendu. Elle était là, la fabuleuse ire mégalomane de la Papesse, sa plus grande force et son plus grand défaut. Elle faisait bouillir le sang de celle-ci, la rendait plus dangereuse que jamais, la sublimait, la rendait encore plus démente qu’auparavant. Dire que cette soirée avait commencé des plus doucement. Lançant un regard appuyé à son compagnon de massacre, Lady Selene, le poignard à la main se lança dans la foule de bourgeois fuyards, évoluant avec vitesse et précision, ôtant les vies par dizaine. Ne laissant que des traumatisés enfants et adolescents, n'osant bouger par peur et baignant dans le sang de leurs aînés... Elle était insatiable, ne s’arrêta que lorsque quelqu'un dans un stupide élan de bravoure entailla maladroitement sa paume. C'était une fillette chétive, aux longs cheveux noirs. La ressemblance avec elle-même était des plus flagrantes. Lady Selene arrêtant subitement tout mouvement la fixa longuement... Si Jezabel cherchait encore un enfant à sacrifier, ce serait celle là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://queen_raven_cruel_reira.exsay.fr

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "La Mort"

Messages : 1714
Date d'inscription : 28/02/2010
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   Sam 29 Jan - 19:10


C’était terriblement cocasse d’observer l’homme se raccrocher à l’espoir et l’avidité, comme si la simple apparition de deux êtres pouvaient transcender leur existence ; mais les choses ne se passaient, malheureusement, du moins pour eux, pas de la sorte. Un massacre est un massacre, il y a bien longtemps que le sentimentalisme était inconnu des deux arcanes. Fut-il un jour d’actualité ? Il paraît. Ceci semblait désormais plus qu’un infime écho, tant
une autre vie a fini par se calquer à la leur, ce n’étaient plus que deux fantômes orchestrant le chaos sous la volonté d’une autorité unique, tuer, encore et toujours, faire abstraction de la moindre pensé, cette salle devait se remplir de carcasse là était le seul but à accomplir.
La papesse venait subitement de se statufier, cherchant la raison de se trouble, Jezabel tourna son regard vers les seconds yeux gris. Une innocente enfant en larmes tentait tant bien que mal de clore les festivités, toute tremblante qu’elle était. Avec ses longs cheveux lisses elle ne pouvait qu’étrangement rappeler Selene lors d’un temps reculé et inconnu... Qu’espérait-elle faire avec sa maigreur maladive ? Pourquoi une telle montée d’un ridicule courage héroïque digne d’une épopée ? Qui sait… En tout cas, effort vain.

Très bien, prenons-nous à la roulette russe, suivons les indices impitoyables de la fatalité, le cobaye était de la sorte, tout trouvé. Ce corps-ci serait donc le prochain à offrir pour enclencher le réveil imminent de la sœur du maître et ainsi la dévastation tant souhaitée. Death, s’avança vers la conscience, égorgeant prestement toute la vermine sur son chemin afin de s’approcher de la toute jeune brune dont le regard fixait intensément un couple qui se trouvait un peu plus loin.


-Ce sont tes parents là-bas n’est-ce pas ? Cesse donc de bouger, quel intérêt de les rejoindre maintenant si ce n’est de finir comme…

D’un signe de tête, il s’adressa à l’une des cartes qui comprenant de suite l’ordre, poignarda les deux nobles oubliant par la même occasion, la signification du travail propre. La mère s’étouffait dans son propre sang, toussant amèrement alors que son mari avait eut le privilège de mourir sur le coup. Voilà donc toute l’inconstance d’un hasard… Néanmoins la dépouille féminine rejoignit aussi le sol en l’espace de quelques rapides secondes.

-Ceci.

Les pleurs de la fillette redoublèrent d’intensité. Glissant ses doigts dans le noir des cheveux de la chétive anglaise, il lui souffla à l’oreille.

-J’ai un autre projet pour toi d’autant plus intéressant, tu seras l’une des fondations du renouveau.

La gamine se jeta dans ses bras en sanglotant, pensant que le docteur allait, bien entendu, la sauver de cette scène d’horreur. Bad idea…

Jezabel regarda Selene d’un air blasé, cette trop grande once de candeur le rendait nauséeux, il détestait copieusement le mirage féminin de l’innocence infantile, le contact de ce petit corps tremblotant était la quintessence de l’ignominie pour le docteur. La réaction ne tarda pas. Eclair argenté, l’enfant n’eut pas le temps d’anticiper la froideur du scalpel qui découpait sa gorge.


-N’abîmons pas davantage ce corps, il va m’être très utile…

La symphonie des lames ne cessait pas encore, les cris mêlés et la cacophonie ambiante se graduaient une énième fois. Après un violent et nouveau bain de sang, le calme tomba enfin.
Les bourgeois lorgnaient désormais la salle de cadavres entassés avec un large sourire d’approbation. Pauvres fous.


(S’il te faut une ouverture, Mp.)

___________________________________________

"Lacrimosa dies illa, Qua resurget ex favilla"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Decrescendo en la mineur [ Docteur J. Disraeli ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Place Like London :: Opéra Royal-