Londres la grande se lamente dans un cri de douleur mais je vais la purifier en éliminant les basses classes, ces symboles de déchéance et de corruption.


[Forum RPG NC-16 inspiré de la série God Child de Kaori Yuki]

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Cat from Japan
avatar
Cat from Japan

Messages : 710
Date d'inscription : 22/05/2010
Localisation : Sur une étoile...

MessageSujet: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Jeu 14 Oct - 15:31

*Clap, clap, clap*

En quelques tintements du talon de ses bottines noires Sir Stardust inspectait une énième fois la large salle de bal au sol immaculé, éclairée par la douce lumière diffuse par de lourds lustres de cristal, qui serait matière première de cette réception. Prestige… La coqueluche de la bonne société serait en ces lieux. Tout avait été préparé avec un soin particulier et méticuleux.
Le dîner comblerait plus d’un, la chair tendre et rosée d’une truite avoisinera les civets à la sauce mentholée, le meilleur des champagnes français et un vin de Toscane subtilement fruité, à la robe grenat, dont l’arôme en bouche rappelait à s’y méprendre la fragrance d’un après midi de vendange, transcendée par une brise délicate, sous la bénédiction d’un soleil prépondérant.
Tss… Certes c’était tout à fait navrant mais il se devait de jouer le jeu. Un sourire de façade, se mêler dans la cacophonie des rires avec panache. Ziggy était un acteur excellent. Le « Pierrot in turquoise » comme il se surnommait. Et il avait du mérite, se contenir face à la stupidité des ladies n’était pas chose aisée, ses créatures trop fardées donnaient envie de vomir.
En les observant quelque peu, on ne tardait pas à comprendre à quel point elles étaient ignobles entre elles, en constante compétition à la manière de lionnes en chaleur. Bien qu’amusant, ce tableau devenait rapidement agaçant. Mais cette nuit là, Cain serait de la partie, ce qui était un fait très pratique et appréciable, de la sorte Ziggy aurait une paix royale, les donzelles viseraient une toute autre proie en ligne de mire, ce cher count à l’iris mordoré.
Evidemment, il y aura aussi un orchestre. Stardust y jouerait sûrement, il lui faudrait bien cela pour s’extirper de cette atmosphère suffocante dont il était finalement le parfait étranger. Et puis au moins, il pourrait compter sur la présence de Christopher, et ceci ne se classait pas en fait moindre. Le garçon lui apporterait un peu de gaieté …
Etrange pressentiment.
Son regard se porta rapidement sur sa précieuse montre à gousset d’argent.


*Hem … Eh bien pour une fois il me semble que je suis en avance.*

Il pivota vers la gauche s’attaquant aux lourds escaliers, laissant au bon soin des domestiques, les derniers préparatifs, pour se rendre à l’étage supérieur dans une pièce au marbre d’un bleu de givre. Une épaisse brume parfumée s’échappait copieusement de la salle d’eau ; distrait et enivré par les volutes aux senteurs de cèdre d’une concentration toute particulière, Ziggy se força à tenter de faire le vide dans son esprit. Ces derniers temps il était assaillit de flash sans savoir pourquoi. Des détails d’une exactitude saisissante concernant Lloyd… Damn it ! Il n’était pourtant pas du genre à se laisser aller a des pensées si pitoyables… Le jour des morts ne tarderait plus.
Il toussa violemment en crachant un peu de sang, son état commençait à se dégrader… Le musicien tenta de se convaincre que ce n’était absolument que le coté désastreux de son moral depuis quelque temps qui se voulait le facteur de cette gangrène physique. D’ailleurs ces horribles voix avaient recommencé leur sinistre comédie pas plus tard qu’hier… Il savait pourtant maîtriser ça depuis le temps bon sang !


« Bouton de rose » murmura-t-il.

Que voulait-il dire par là ? Quel sens caché tirait-il de ses quelques mots imagés ? Je ne vous l’expliquerait pas… Il tremblait un peu trop, s’appliquant d’essuyer le liquide rouge vif qui se plaisait à dégouliner de ses lèvres. L’angoisse le brûlait, il savait pertinemment que quelque chose allait se passer ce soir… Ziggy respira profondément avant de reporter son attention sur la glace qui lui faisait face. Sa peau était tout aussi éburnéenne que d’ordinaire (il ne portait pas la moindre trace de maquillage, la raison de cette pâleur était tout autre) des cils un peu trop longs pour ne pas lui conférer une apparence androgyne, agrandissaient encore davantage ses yeux en amande mais surtout, il avait beaucoup maigri. Enfin il ressemblait encore à un gladiateur à coté de sa constitution physique du début de son adolescence alors ne nous alarmons pas, du moins pour l’instant.
Autre chose d’autre le travaillait, il avait eut écho du massacre de masse qui fut d’actualité il y a quelques jours dans l’east-end. L’héritier connaissait fort bien « le peuple d’en bas » et y possédait encore une certaine attache.
Ceci l’inquiétait plus que de raison, il irait certainement vérifier cela par lui-même dans les jours qui suivent…Assurément. Lourd parfum d’ambre jaune, le jeune homme s’aspergea copieusement de cette profonde fragrance végétale, issue de la fossilisation des pins, avant de se revètre de sa tenue magnifique, de velours bleu de meilleure qualité. Il soupira une énième fois avant de rejoindre la grande salle. Les invités ne tarderaient pas.


(J'ai une sainte horreur de commencer ce genre de chose mais ainsi soit-il!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Neveu de Neel
avatar
Neveu de Neel

Messages : 221
Date d'inscription : 01/05/2010
Localisation : Aux cotés de Maryweather

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Ven 15 Oct - 14:50


Du haut de sa fenêtre, le menton bien calé dans le creux de sa main droite, le coude appuyé contre le rebord de sa fenêtre, Christopher observait le défilé de fiacre s'arrêter un à un devant la demeure de son hôte. Déversant sans interruption, des personnalités avides de sensationnel. Il fallait reconnaître, que ce soir, pour être au première loge d'un spectacle prometteur, c'était bel et bien ici qu'il fallait se trouver ! Nul doute qu'avec Sir Stardust au commande, tout le gratin londonien et ses petites précieuses n'allaient pas être déçu de leur déplacement ! Car lorsqu'on connaissait bien le personnage, personne n'ignorait que Ziggy était tout, sauf un homme conventionnel
Ziggy... depuis quelques jours, il avait élu domicile chez lui, et avait quitté la demeure des Hargreaves, où il avait trouvé refuge depuis que son oncle avait été blessé et de ce fait, dans l'incapacité de veiller sur lui. Pour son plus grand bonheur, à sa demande, Cain l'avait autorisé à séjourner pendant quelques temps chez son ami, qui était encore l'un des rares de son entourage, à savoir s'amuser et prendre du bon temps. Dès que Ziggy entrait dans un pièce, l'environnement changeait du tout au tout Il faut dire que les relations entre lui et Naomi ne s'étaient guère amélioré et qu'en dehors des rares visites de l'autre asperge il n'y avait guère loisir aux distractions dans le manoir. Sans oublier Riff qui apparaissait toujours quand il ne fallait pas. Quand à Mary, la seule personne qui partageait ses jeux, elle semblait très perturbé depuis l'autre fois. Ce fameux jours où, en se rendant au salon, il avait surprit Mary en larmes, blottit dans les bras chaleureux de son frère ainé, qui tentait, en vain, de la consoler. Pourquoi ? Que s’était-il passé ? Il l'ignorait. L’envie de s’avancer et de consoler lui aussi la jolie blonde, s’était naturellement manifesté dans son inconscient, pourtant il n’en n'avait rien fait. Non pas que l’envie lui avait manqué, mais il ne se sentait pas le droit de les déranger. Il se sentait de trop. Il s'était retirer discrètement. Ils n'en n'avaient jamais parlé et Christopher en voulait un peu à Maryweather de ne pas s'être confié à lui. Elle n'était pas venue le trouver pour lui confier ce qui lui tourmentait, comme elle le faisait avec Cain. Mais depuis ce jour, elle avait continuellement se regard triste au fond des yeux et cet air grave. Alors il avait fait la seule chose qu'il savait faire pour lui changer les idées : la tourmenter
Mais il avait beau eu faire, en l'embêtant sans relâche allant même jusqu'à la martyriser pour qu'elle sorte de ses gongs, rien n'y faisait.
Le manoir des Hargreaves lui avait paru soudainement bien morose sans le sourire de Mary et pouvoir s'y échapper pour séjourner auprès de Ziggy lui avait donné l'impression d'avoir traverser un long tunnel obscur avant d'atteindre la lumière. Il avait retrouvé sa bonne humeur et les quelques jours passé en compagnie de Ziggy furent tout simplement merveilleux, cocasses et riches d'aventures aussi bien culturelles que divertissantes. Tout cela était-il trop beau pour durer ? De toute évidence ! Car ce soir, il allait devoir partager son ami avec une foule de hyènes déchainés, car ce dernier n'avait pas trouvé de plus ingénieuse idée que d'organiser un bal durant son séjour !
Certes, il avait parfaitement conscience que tout ce cirque faisait parti de ces obligations sociales auxquelles personnes ne pouvait déroger, pas même quelqu'un comme Ziggy, sans compter que ce bal n'avait pas été organisé la veille sur un coup de tête. Il avait été prévu de longue date, et même pour un caprice de lui, Ziggy n'aurait put s'y soustraire. Depuis le début de journée, Christopher était donc d'humeur grognon, une humeur qui s'était passablement amélioré depuis que Ziggy lui avait confirmé la venue d'une certaine présence en ces lieux. Cain ! Et si Cain venait, peut-être Maryweather serait-elle, elle aussi, de la partie. Cette perspective l'avait ainsi mieux disposé à l'égard de cette fête, même si devant la perspicacité de Ziggy, il s'en était défendu, niant en bloc l'évidence même : l'impatience de revoir Maryweather depuis cette séparation de quelques jours
Il guettait donc, avec ennui, du haut de la fenêtre de sa chambre, l'arrivée du fiacre des Hargreaves.
Shazan, son chat persan, s'approcha de lui et se lova contre son bras. Habitué à ses marques d'affections régulières de la part de son félin, Christopher réagit à peine, c'est tout juste s'il avait passé machinalement la main sur sa tête pour lui faire une caresse.

- Mais que font-ils ? Ils sont long à venir, soupira-t-il d'ennui

Soudain, une voiture qui lui paraissait familière s'arrêta devant l'entrée. Christopher se leva de sa chaise si brusquement qu'effrayé, Shazan sauta sur le sol.
C'était eux, il était sur que c'était eux !!!!
Il couru hors de sa chambre et dévala les escaliers au pas de course, tel un diable sortant de sa boite. L'un des invités, qui se dirigeait vers le fumoir rouspéta devant se manque total de tenu. En guise de réponse, Christopher se contenta de tourner son visage vers lui en tirant la langue aussi loin qu'il pouvait, dans sa direction
A peine essoufflé, il s'arrêta tout net devant l'entrée et se plaça aux cotés d'Hector, l'un des serviteurs de Ziggy. Serviteur comme domestique et non majordome, car Ziggy ne pouvant pas faire comme tout le monde, il n'en n'avait point. Cela étant, ça convenait parfaitement au jeune garçon, il n'aurait pas aimé avoir à partager Ziggy avec un autre Riff !
Au moment où la porte s'ouvrit, le large sourire de Christopher se transforma en grimace lorsqu'il aperçu la personne qui s'avançait dans l'entrée. Malgré le fait qu'il portait encore son chapeau haut de forme et son manteau, qui le dissimulait, cet homme était indéniablement beaucoup trop grand pour être Cain. Il sentit alors une main ferme se refermer sur son bras

- Crois-tu que l'on puisse impunément se moquer du Duc de Averburry ?!! Rugit-il

Christopher se retourna et reconnu l'homme au visage émacié à qui il avait tiré la langue en se dirigeant vers le hall d'entrée. Il avait bien dit le Duc de Averburry ? Oncle Neil ne portait guère cet homme, qu'il traitait d'arriviste, dans son coeur. Il l'avait même chassé de la maison lorsqu'il était venu lui parler affaire. Il n'avait d'ailleurs pas aimé la manière dont il s'était adressé à Neil en partant. Et il n'aimait guère la manière dont cet aristocrate, qui n'avait plus que son titre pour faire illusion, s'adressait à lui

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fleur dorée empoisonée
avatar
Fleur dorée empoisonée

Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2010
Localisation : Aux cotés de Caïn.

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Ven 15 Oct - 16:37

Maryweather avait bien due passé deux bonnes heures a se préparer pour l'occasion, entre rubans, jupons et dentelles, la fillette l'espace de ces dernières heures avait vue son esprit suffisamment occupée à juger et accorder avec l'aide d'une servante la tenue qui assurément ferrait honneur a son frère tant aimé lors de cette festive soirée, pour en oublier l'espace d'un bref instant ce qui l'avait tant tourmentée.
A présent confortablement assise dans le fiacre aux cotés de Caïn, la fillette re-songea à ce long préparatif.

Finalement la fillette avait opté pour une robe de cocktail de soie blanche finement brodée de motifs aux formes de lys rehaussée par de nombreux jupons. Un camée montée en pendentif et rattaché par un ruban au couleur de l'or entourait son fin cou, se refermant dans sa nuque. Cette robe avait été en partie choisi pour son coté dénué de couleur vive afin de rester en accord avec le teint blafard que le visage de la fillette arborait alors encore.

Par volonté de cacher les apparences Maryweather avait fait poudrer ses joues afin qu'elle prennent une teinte rosé faisant ressortir le bleu profond de ses yeux. Ses lèvres elle aussi, avait été teintée d'un léger rouge transformant celle-ci en un fruit aux couleur sanguine. La couleur de ses lèvres détonaient assurément avec celle de sa robe. Mary, emmitoufler dans son long et immaculé manteau d'hermine blanche, n'en faisait que plus penser à une poupée de porcelaine sur le point de se brisée. Assise sur sa banquette aux cotés de son frère faisant face à Riff, la demoiselle contemplait toujours songeuse la lune montante par la fenêtre de la calèche, tenant une petite pochette contre son cœur, dans laquelle se dissimulait un mouchoir brodé ainsi que son jeu de carte divinatoire.

Tout lui revint alors à l'esprit, cette sombre prophétie, ces cinq lames aux mornes significations, ce tirage aux funestes révélations. Sa main se crispa. La fillette se tourna vers Caïn et fini par se lover contre son bras, recherchant la chaleur de son frère qu'elle aimait tant et dont elle avait pour l'heure tant besoin pour se rassurer. Mais se rassurer de quoi ! Tout simplement de se rassurer que le cœur de celui qu'elle aimait tant continuait encore à battre à l'unisson avec le sien, seule preuve lui montrant qu'elle ne l'avait pas encore perdue. Qu'elle avait peut- être pue se tromper. Que rien n'était encore définitif. Pourtant elle savait que cette instant serait peut être le dernier. Sa décision était prise, ce soir serait le point de départ de sa tentative pour préserver le comte des poisons de sa destiné. La petite fleur dorée était prête a se faner dans son propre poison afin de préserver la seule chose qui se distillant dans son âmes lui avait permis de vivre jusqu'à présent.


Le fiacre stoppa soudainement. Un râle s'éleva provenant du coché tirant sur ses rennes afin d'immobiliser définitivement les chevaux d'un coup de mors sec. Le comte et sa petite sœur étaient arrivés.La portière s'ouvrit, une main ganté se présenta à Maryweather pour l'aider à quitter la calèche.Les serviteurs étaient nombreux pour accueillir les nouveaux arrivants. Les escaliers du manoir était décorées de nombreuses lanternes, dont les lumières laissaient penser à de multiples lucioles enfermées dans des cages argentées. L'endroit avait un coté féerique et tout a fait à la mesure du maître des lieux.

Mary et son frère finirent par franchir le seuil de la grande demeure. Un serviteur moustachu à la voix grave vint recueillir les manteaux de la fratrie Hargreaves. Le vieux serviteur faillit bien crouler sous le poids des lourdes étoffes qui lui avaient été remises, ce qui ne manqua pas de tirer un très léger plissement de lèvre moqueur sur les lèvres de la petite poupée des poisons. Plissement qu'elle s'empressa de dissimuler derrière un éventail de dentelles qui lui avait été remis a son arrivé.

Il était de coutume pour les femmes de la haute société de dissimuler leur oisiveté derrière ces objets. Pratique que Mary n'aimait guère, car jugeant que ces objets par leurs mouvements incessant faisaient bien plus ressembler toutes ces dames à des volailles de basse cour cancanant qu'à de réelle Lady.
Mais bon, l'étiquette l'exigeait. Mary n'en était plus a ça près à dire vrai. La fillette avait pour l'heure bien d'autre chat à fouetter. Un sombre jeu était sur le point de s'engager, dont les pièces se mettaient peu à peu en place sur le noir échiquier du destin.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "Le Monde"

Messages : 27
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Lun 18 Oct - 18:02

Un long couteau découpa lentement la chair rose et fraîche, sans un bruit. En tranches, en filet, la chair était habilement tranchée, sans hésitation. Pas une goutte de sang sur la table, pas une coupure. Malgré le vacarme autour, l'agitation, l'émulsion, il faisait son office. Pour finir, il jeta la tête dans une poubelle, avec dédain. Dans la pièce, il y avait une grande et belle cheminée qui faisait office de fourneau. Une grande planche de sapin était accrochée au dessus d'un feu. Juste pour fumer le chair, et ne pas la brûler. L'homme s'approcha de l'âtre avec un sourire démentielle, et planta à l'aide de clous les morceaux de chair préparées. Une agréable odeur se dégagea dans la cuisine, l'odeur délicieuse d'une truite fumée.
Le chef cuisinier pivota sur ses talons, et fit un petit tour d'inspection. Il marchait lentement, épiant les moindres gestes de ses collègues. Sur les tables de cuisines ici et là, on coupes des feuilles de thym, et pommes de terre, on épluches des carottes, et à grand coups de couteau on découpes les têtes des truites. Dans un coin, plusieurs personnes nettoient une salade achetée au marché le matin même, tandis qu'a côté, on prépares une sauce pour l'accompagner. Une salade légère, car le poisson était en lui même un plat léger, et que le dessert devait l'être aussi. Le repas du soir était toujours moins chargé que celui du midi. C'était la règle. Moins habiles que leur chef, les commis se débrouillent pourtant avec leurs instruments. Ils agissent de concert, dans un bruyant remue-ménage, sous un œil attentif. Le gros doigt du chef se pose avec lourdeur sur la tête d'une jeune femme aux cheveux rougeoyants. Elle se tourne doucement, avec un sourire aussi large que possible. Elle adorait Adam, parce qu'il était paternaliste, et surtout parce qu'il lui fournissait un boulot de temps à autres.


- Doucement avec les carottes, il ne faut pas faire brûler le beurre. Et fait attention à ne pas trop doser le Thym, il m'en faut encore pour fumer les truites.

Il écarta quelques cuisiniers de son passage, il était un peu enrobé malheureusement, pour rejoindre son feu. Il y jeta plusieurs fagots de thym, qui répandirent leurs saveurs dans la chair à présent moins rosée des truites. Ziggy, l'homme qui avait embauché l'équipe de cuisine, avait les moyens d'acheter de la bonne qualité. Et Adam aimait ca. Il aimait la bonne qualité et le travail bien fait. Son visage bourru affichait un sourire à la vue du spectacle de la cuisine. Toute l'odeur et l'agitation faisaient un plus grand bien au moral du chef. Il savait qu'il allait passer une bonne soirée, surtout en allant se mêler aux invités, dans sa tenue de cuisine. Fier de porter la toque et le tablier, Mr Baker décida d'aller saluer les invités. Il poussa les portes de la cuisine, et s'arrêta juste après. Ziggy semblait perdu dans ses pensées, fixant la salle de danse, la piste. Puis il s'aspergea d'un parfum , par dessus sa veste somptueuse, certainement d'une qualité remarquable. Néanmoins instigateur de cette fête, il soupira avant d'aller ouvrir aux invités. Adam suivit l'homme turquoise, lentement et calmement. La porte d'entrée était déjà ouverte, et plusieurs invités, poudrés, habillés, masqués, dissimulés. Une femme à l'ombrelle noire et dentellées salua le majordome, suivie d'un homme couvert d'un lourd manteau de fourrure. La moustache fortement abîmé par le tabac, révélant son penchant pour celui-ci, il ne fut pas surprenant qu'il ait une pipe aux bord des lèvres, crachant une fumée à l'odeur bien reconnaissable. Il avait aussi une canne, car il était ventru, et incapable de se déplacer sans crouler sous les lourds vêtements qui était, de convenance. Le majordome, de bon coeur, voulu aider l'homme: lorsqu'on lui remit les affaires, lui aussi tituba jusqu'à l'armoire. Étonnantes manière de s'habiller pensait Adam, toujours dans sa tenue de cuistot. Soudain, un jeune homme en tenue de bal traversa le hall en courant, bousculant plusieurs invités, et au passage, généra une certaine agressivité de la part du fumeur obèse. A cela, le jeune impétueux répondit par une langue tirée, signe de sa puérilité totale ; puérilité contre la plus incompréhensible des sociétés, évidemment.

- Crois-tu que l'on puisse impunément se moquer du Duc de Averburry ?!!

Une seconde langue tirée peut être ? Adam n'en laissa pas le temps, et posa avec fermeté sa main sur l'épaule du Duc d'Averburry. L'homme surpris, se tourna, crachant sa fumée étouffante au visage du cuisinier. Sans broncher, celui-ci s'exclama :

- Allons, allons, la jeunesse est folle, ce soir est festivité, ne gâchons pas cet instant. Mais si vous avez l'occasion d'attraper cette langue, je me ferai un plaisir de la cuisiner.

Le visage du Duc se détendit en reconnaissant la face amicale de Adam Baker, et il rit au éclat comme tout bon aristocrate se devait de faire. Peut être avec hypocrisie, mais il tendit une main au chef, tout en le tenant par l'épaule.

- Quel plaisir Mr Baker, j'entends parler de vous si souvent ! Mais rares sont les personnes à pouvoir profiter de vos services ! J'espère que je ne serai pas déçu par la cuisine ! J'en attends beaucoup de vous !

Avec un sourire rassurant, Adam tapota son tablier de cuisine, qui cachait son ventre plutôt épais.

- Vous allez vous régaler, ne vous en faîtes pas.

Il fit un signe de la main avant d'avancer sur le parvis, laissant le Duc dans une euphorie totale. L'appétit avait rendu aimable, et cela n'allait aller qu'en s'améliorant puis qu'au menu il y avait des carottes. Soudain, les petits yeux marrons du chef se posèrent sur une très jeune fille, qui était habillée encore plus somptueusement que toutes arrivées jusqu'à présent, certainement, et sans aucun doute, la plus jeune aussi, et évidemment une Hargreave. Les yeux d'Adam pétillait d'avance, de savoir tout ce gratin pour son festin. Oh oui, ca allait être un véritable festin d'information ce soir, Morgan allait se délecter de tout cela.
Se frottant les mains d'un air satisfait, il salua la jeune fille d'une hochement de toque.


- Mademoiselle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Comte des Poisons
avatar
Comte des Poisons

Messages : 874
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 28
Localisation : Derrière toi...

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Dim 7 Nov - 19:08

[Tout ce temps pour une réponse médiocre... Vous avez tout à fait le droit de crier au scandale ! Veuillez m'excuser, c'est la première et la dernière que je bloque ainsi le jeu.]

Cain n’avait pas pris sa décision dans la précipitation, il y avait réfléchit à deux fois et même beaucoup plus. Emmener Maryweather loin des murs du manoir n’était pas quelque chose qui se décidait sur un coup de tête… Loin de là. Il y avait pensé pendant des jours, s’efforçant de réprimer ses craintes pour jouir de toute sa capacité de jugement. Le souvenir des larmes de sa sœur dans le salon martelait ses pensées, éclipsant toutes les autres et mutilant son cœur atrophié par son agonie passée. Ce jour, blottie contre ses bras, Cain avait ramené sa tendre sœur dans sa chambre se jurant de laver son visage de ces larmes infâmes et d’ôter la tristesse de son âme. Il y avait bien une chose qu’il pouvait faire afin que son gracieux sourire illumine de nouveau son visage de porcelaine. Quelque chose que Mary ne cessait de demander à son frère depuis maintes années mais qu’il refusait encore et toujours, préférant enfermer son précieux trésor dans une prison de velours, emmitouflé dans une myriade de rubans et d’ours en peluche. Garder Maryweather loin de ce monde de débauche et des griffes de son père. Cain en a conscience, tous les êtres qui lui sont liés de près sont des proies de choix pour Alexis et ses arcanes. Maryweather est surement la plus précieuse, la plus intéressante pour le Card Master. Elle est la faiblesse de son fils, de ce « black sheep » arrogant, seul obstacle à la suprématie de Delilah.

Cette soirée était annoncée privée et organisée par Sir Stardust. Cain l’avait rencontré après le massacre de Delilah, lors de la première représentation d’une œuvre théâtrale dont l’extravagance avait fait jaser les plus vieilles baronnes. Le meurtre de son tuteur masqué sous le voile du mystère par les forces de l’ordre, avait rapproché le dandy rouquin du comte des poisons. Tous deux, l’un à côté de l’autre semblaient différer en tout point, tant sur la façon de s’habiller que sur les manières. Ziggy, malgré la place que le major Tom lui avait laissé au sein de l’aristocratie de Londres, ne se formalisait pas de toutes les convenances imposées par cette fichue bienséance. Bien loin de se soucier des « on dits », Stardust semblait complètement détaché et tout droit venu de l’imaginaire haut en couleurs d’un enfant rêveur. Un masque peut être trop théâtral que Ziggy brandissait habilement et fièrement. Mais il y avait bien quelque chose qui en disait long sur son passé et amenait le jeune comte Hargreaves à vouloir creuser cette coquille bleue orangée. Un détail auquel Cain ne pouvait passer outre. Ziggy avait cette manière de parler singulière qu'il ne connaissait que trop bien. Un accent, toutefois bien estompé, rythmait les paroles de l’artiste, passant quasiment inaperçu aux oreilles les moins avertis. Cette verve amputée lui rappelait celle de Maryweather, bien que cet accent des bas fonds soit désormais totalement effacé de la faconde de la fillette.
Les mots de Ziggy étaient imbibés de la misère de ce monde.

Ce fut donc cette occasion que le comte Hargreaves choisit pour sortir sa petite sœur de sa chambre de princesse bien que toujours réticent à la mélanger à ce ramassis de chairs gueulardes. Mais après tout, il ne quitterait pas du regard, ne lâcherait pas d’une semelle son petit bouton de rose.

Cain portait pour l’occasion une redingote sombre en brocart mimant le tumulte du ciel d'une nuit agitée. Le col évasé de sa veste au boutonnage double laissait apparaitre un jabot de batiste éclatant de lumière. Ses mains gantées de noir accueillirent sa précieuse canne à pommeau à l’effigie de son sang incestueux. Arborant un haut de forme des plus chics il accompagna sa petite fleur tout de blanc vêtue, d’une pureté incomparable.

Beaucoup étaient déjà arrivés dans la somptueuse villa de Stardust, des visages bien familiers que Cain avait l’habitude de côtoyer lors des soirées mondaines. Fort heureusement, Ziggy semblait avoir délaissé les plus lourds, c’était un bon point. Quelques salutations courtoises, la main gauche dans celle de sa sœur et la deuxième sur le pommeau finement ciselé de sa canne, Cain ne passait pas inaperçu comme à son habitude. Qui plus est accompagné de la jeune Maryweather, on accourait pour venir admirer ce visage de porcelaine que le comte chérissait tant et gardait bien à l’abri.
Son regard trahissait son agacement. Les voir tous défiler devant lui, posant leurs regards avides d’on ne sait trop quoi sur les traits doux d’un visage d’enfant. Il faillit prendre sa contenance lorsque le cuisinier s’y mit à son tour. Une bête de foire, voilà comment était vue sa jeune sœur ! Une chose que l’on exhibe pour le plaisir des yeux… Cain arracha sa petite sœur à cette mascarade insupportable, gratifiant le moustachu en toque d’un regard fort éloquent comme simple réponse.
A présent assez éloigné de l’entrée, il articula quelques mots dans le plus doux de ses sourires, bien décidé à ne pas trop montrer à sa petite rose dorée, l’effort dont il faisait preuve pour ne pas exploser.


« Comment as-tu trouvé notre entrée Mary ? »

Horriblement collante…

« Christopher doit nous attendre de pieds fermes ».

... aux cotés de Ziggy certainement, qu'il prendrait plaisir à saluer avec courtoisie.

___________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godchild-rpg.forumactif.org

Neveu de Neel
avatar
Neveu de Neel

Messages : 221
Date d'inscription : 01/05/2010
Localisation : Aux cotés de Maryweather

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Mar 7 Déc - 11:42

- Crois-tu que l'on puisse impunément se moquer du Duc de Averburry ?!!

Christopher se trouvait à présent dans une situation fort délicate. D'une part, il avait une irrépressible envie de faire ravaler sa canne et son cigare à cet obèse mal dégrossit, qui n'avait trouvé d'autres adversaires pour prouver son autorité, qu'un enfant un peu turbulant. Mais d'autre part, il n'oubliait pas non plus que l'instigateur de cette fête n'était autre que Ziggy, or, il n'avait absolument aucune envie de porter préjudice à son hôte. Mais tout bien réfléchit, Ziggy ne lui en tiendrait surement pas rigueur, d'autant plus qu'il ne faisait que se défendre. Une lueur de malice traversa le regard de l'enfant, qui avait décidé d'en profiter un peu. C'était peut-etre là, l'occasion de s'amuser en tournant cet idiot en ridicule. Il pensait avoir le dessus sur lui parce qu'il n'était encore un enfant ? C'était la, une grave erreur de jugement....
C'est alors qu'un homme le priva de son plaisir. Portant une toque et un tablier, le cuisinier en chef arriva inopinément en posant une main lourde et ferme sur le Duc. Surprit, ce dernier se retourna en recrachant la fumée de son cigare au visage de l'opportun, rappelant ainsi au cuisinier, qui il était, et quels étaient leurs places respectives. Loin de s'en offusquer, le cuisiner ne fit aucune remarque à ce sujet, bien au contraire, c'est sur un ton jovial et plein de sympathie qu'il s'adressa à lui

- Allons, allons, la jeunesse est folle, ce soir est festivité, ne gâchons pas cet instant. Mais si vous avez l'occasion d'attraper cette langue, je me ferai un plaisir de la cuisiner.

"Quoi ?!!!!"

Les yeux écarquillés de stupeur et la moue grimaçante, Christopher eut un mouvement de recule tout en levant légèrement le bras en signe de défense. Il l'avait vu ?!!! Aussi surprenant que cela puisse paraître, le Duc d'Averburry sembla revenir à de bien meilleurs sentiments, et se mit à rire aux éclats devant sa gaillardise. Quelle mouche l'avait-il piqué ? Il riait de manière un peu trop exagéré au goût de Christopher qui lui jeta un regard désapprobateur. Mais ce ne fut rien par rapport au regard noir qu'il lança au chef cuisinier. Non seulement, il n'avait absolument pas trouvé sa plaisanterie amusante, mais surtout, ce lourdeau était intervenu sans qu'on le lui demande, le privant par la même d'une belle occasion de faire ravaler sa moustache à ce prétentieux
La mine boudeuse, Christopher observa les deux hommes se serrer la main, comme s'ils étaient de vieux amis, tout en se gratifiant mutuellement. Des mots, rien que des mots !! Tout ceci était décidément sans grand intérêt
Puis, sans s'attarder plus que nécessaire, le cuisinier, après avoir fait sa bonne action, s'éclipsa presque aussitôt. S'il s'imaginait que Christopher lui était redevable en quoi que ce soit, il se mettait le doigt dans l'oeil ! Et ce, bien profondément !! Continuant de glousser encore un peu stupidement, le Duc, qui semblait avoir complètement oublié sa présence s'en retourna en direction du fumoir.
Le jeune Williams, croisa les bras devant lui, et tourna son visage poupin en direction du chemin emprunté par le cuisinier, probablement pour aller saluer d'autres invités. C'est alors qu'il le vit se frotter les mains avec satisfaction avant de s'approcher d'une fillette au long cheveux dorés et à la robe immaculée. Il n'en revenait pas, le chef venait de repérer celle qu'il attendait, avant lui ?!!!
Ses sourcils se froncèrent de contrariété lorsqu'il le vit s'adresser à elle ! Décidément, celui-là ne savait vraiment pas rester à sa place !!! Ne comprenait-il donc pas qu'il n'avait rien à voir avec elle ?!! Elle, s'était une princesse ! C'était un outrage que de se permettre d'aller ainsi l'importuner ! Il avait vraiment besoin d'une bonne leçon !
Il se dirigea d'un pas décidé vers le « couple » et alors qu'il s'approchait d'eux pour tirer Mary hors de ses griffes, Cain apparu soudainement derrière la jeune fille et sans demander son reste, entraina cette dernière à sa suite, avec toute la grâce et la prestance qu'il lui connaissait, non sans oublier de gratifier l'imposant moustachu d'un regard on ne peut plus éloquant ! Cain était une fois de plus intervenu pour sauver Maryweather des griffes de ce sombre prédateur. Il les vit disparaître dans la grande salle de bal où Christopher était bel et bien décidé à les rejoindre, mais avant cela, il avait quelque chose à faire. Il se précipita au devant du cuisinier et lui fila un bon coup de pied rageur dans le tibia avant de prendre la fuite pour rejoindre Cain et Maryweather, qu'il attendait depuis si longtemps, non sans avoir laissé échappé un petit rire de satisfaction durant sa course ! Ce coup de pied, il ne l'avait pas volé !!
Une fois dans la salle de bal, Christopher du se mettre sur la pointe des pieds pour tenter de retrouver ceux qu'il recherchait. Quelques invités passaient devant lui, lui obstruant par la-même la vue, sans lui prêter la moindre attention ! C'est alors qu'entre deux mouvement de foule, il repéra Cain et afin d'éviter de le perdre à nouveau de vu, se fraya un passage dans leur direction. A proximité de la famille Hargreaves, alors qu'il s'apprêter à les héler, une main gantée et parfumé se saisit de lui. Il se tourna surprit et se retrouva devant le facies d'un horrible ouistiti qui se prenait pour une belle jeune fille ! A se demander si la vieille fille c'était déjà regardé dans un miroir ! La demoiselle s'extasia sur lui, en lui pinçant gentiment les joues et en le traitant comme un adorable bébé !! Bien sur ses cris d'exclamation attirèrent quelques une de ses congénères dont l'une d'entre elle reconnue le fils Williams. On lui demanda alors des nouvelles de son père et de la famille en général. Coincé de toute part, Christopher répondit à leurs questions sans perdre de vu Cain et Maryweather.
A les observer ainsi à la dérobée, il réalisa à nouveau, à quel point tous deux étaient complices. S'en était presque fusionnel, et Christopher devait bien l'admettre, cette relation privilégiée qui les unissait, suscitait en lui quelques jalousies bien enfantines. Lui aussi aurait bien aimé bénéficier de tous ces trésors d'attention que Maryweather déployait envers son frère. Mais plutôt mourir que de le reconnaître. En même temps, il ne pouvait que comprendre la fascination que le jeune Lord exerçait sur son entourage. Lui-même n'était pas insensible à ce qui dégageait du jeune Lord, et il n'était pas le seul, s'il en croyait tous les regards qui convergeaient sur lui. Mais à bien y regarder, était-ce vraiment sur lui que tous les regards se posaient ? A bien y regarder, pas uniquement ! Maryweather semblait devenir, elle aussi, un centre d'attention non négligeable !! Il fallait reconnaître que la fillette éclipsait déjà toutes les coquettes présentent. Elle portait une magnifique robe de soie blanche décorés de nombreux Lys, finement brodés. Nul doute que dans quelques années Cain ne serait plus le seul à susciter convoitise, désire, et admiration. La famille Hargreaves n'avait décidément pas fini de faire parler d'elle...
Réalisant que des personnes s'approchaient d'eux, il se dégagea de ses bonnes dames après leur avoir fait son petit numéro de politesse et rejoignit ses amis !

- Cain, Mary, enfin !!!

Réalisant qu'il avait laissé sa joie de les revoir, s'exprimer involontairement, il mit sa main devant la bouche, regardant furtivement ailleurs en toussotant, avant de reprendre plus dignement sur un ton qui se voulait plus détaché

- Vous en avez mit du temps ! Leur reprocha-t-il dans un pointe de mécontentement avant que son visage ne s'illumine à nouveau. [color=cyan]Ziggy est juste là ![color=cyan]S'exclama-t-il en répérant le beau rouquin, qui décidément n'était pas homme à passer inaperçu. Je suis certain qu'il sera heureux de vous voir, venez ! les invita-t-il en leur prenant la main pour les guider vers leur hôte




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cat from Japan
avatar
Cat from Japan

Messages : 710
Date d'inscription : 22/05/2010
Localisation : Sur une étoile...

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Ven 10 Déc - 17:48

Tout cette comédie burlesque lui fichait déjà un sacré mal de crane, et pourtant cela n’avait absolument rien à voir avec l’alcool. Les liqueurs nobles, aux colories défiant l’imaginatif, étaient certes magnifiques à l’œil mais davantage moins concentrées que de ce qu’il avait put ingurgiter par le passé dans « l’autre partie » de notre chère capitale.

Lui qui pensait avoir la paix, il c’était bien trompé, mères et jeunes filles n’hésitaient pas à lui rappeler de manière très étouffante, qu’il n’était pas encore marié. Non mais vraiment… Dire que dans les familles nobles on nous imposait dès la naissance une « fiancée » plus ou moins proche de notre sang, sélectionnée d’un commun accord parental. Etant donné que l’épouse du major était morte assez jeune, de maladie, il avait eu du moins une liberté flagrante en ce qui concerne ce domaine….
Quoique, les domestiques n’étaient souvent pas sans murmurer ici et là divers propos qui ne passaient pas inaperçus aux oreilles de Ziggy, son père n’avait eu heu… Pas le temps d’organiser à juste titre à cela.

Mais passons, même si ceci est difficile et que tout lui rappelle le gradé dans cette pièce et surtout ambiance quelque peu euphorique. Le pire résiderait sans nul doute aux vieux amis de son paternel. Oû étaient-ils donc lorsque celui-ci avait failli être la victime des attentats du clan Berg ? Ou alors aux funérailles ? Sourire crispé… Ziggy s’emparant d’une coupe de champagne et pivota à gauche. Le musicien laissa les valeureux héros de l’Angleterre déblatérer leurs épiques exploits… Entre eux.

Fameux cet apéritif, le champagne est chose française n’est-il pas ? En tout cas celui-ci venait tout droit de Paris. Il avait eu dernièrement l’idée folle de visiter cette ville, septique face aux préjugés anglophones et curieux de découvrir ce pays qui n’était ma foi, pas si loin. La découverte de ce patrimoine fut des plus instructive. Cela se referait bientôt.
Ziggy ne tarda pas à remarquer que le cuisinier portait un regard pour le moins analytique sur chaque invité. Fait rudement étrange que voilà…


-Tout se déroule correctement Hector ?

(Dire que je n’ai même pas eu le droit de choisir le nom du serviteur, Chris’ t’abuses … Smile )

Le domestique approuva d’un léger signe de tête, cet homme occupait ce poste depuis bien longtemps maintenant, et avait assisté à toutes les frasques du rouquin avec un calme indéniable. Sans doute devait t-il posséder une résistance hautement supérieure à celle du commun des mortels…

Bref, nouveau bain de foule, la lumière des lustres se reflétaient admirablement dans le roux de ses cheveux, il fallait avouer que sa tignasse n’avait rien d’auburn comme pas mal d’anglais ici mais était quasiment d’un orange vif, un roux irlandais en somme. Cela faisait jaser. « Fils du diable » s’ils savaient à quel point ils avaient raison ces pauvres froufrouteux conventionnels ahah… Quoi de mieux que du bleu pour contraster ceci ? Certes ses yeux athéniens contrastés par un léger trait noir au coin de l’œil, se chargeaient déjà de la besogne mais le velours de sa redingote accentuaient fortement la chose. Il portait une chemise blanche, aux manches quelque peu évasées et dentelée, agrémentée de petits boutons argentés et nacrés avec un jabot orné d’un petit saphir.

Son éternel haut de forme était également de partie (mais cela est une évidence). Arrêtons dès lors les descriptions à rallonge là n’est pas le but. Tiens donc mais oû était passé l’héritier ? Dans l’orchestre évidement, on pouvait aisément l’apercevoir, Ashes à la main en train de jouer avec un petit sourire en coin. Il n’y avait pas de meilleure manière de fuir l’euphorie ambiante. Ziggy vida son esprit, oubliant même l’étrange pressentiment qui le glaçait depuis ce matin. La musique était terriblement salvatrice. Caressant les cordes de sa guitare, faisant abstraction de la masse humaine, il s’imaginait devant son plus cher public, le ciel d’encre orné de ses perles blafardes.

L’accalmie ne tarda pas. Les fortunés avaient trouvé nouvelles cibles apparemment, tant mieux. Sans nul doute, le count était arrivé. Profitons encore un peu de ce répit en compagnie d’Ashes, la pauvre détestait aussi l’hypocrisie mondaine, les longs et pales doigts qui caressaient ses cordes ne venaient pas de ce monde là. Elle était évidemment ce qu’il avait de plus précieux, à elle seule capable de calmer les foudres de la paranoïa sans la moindre assistance chimique.
Une frêle silhouette s’avançait pourtant déjà vers lui. Christopher ?
Affirmatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fleur dorée empoisonée
avatar
Fleur dorée empoisonée

Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2010
Localisation : Aux cotés de Caïn.

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Jeu 16 Déc - 17:35

Maryweather avait à peine eu le temps d'esquisser un semblant de révérence à l'égard du cuisinier, tout comme l'étiquette l'exigeais pour une demoiselle de son rang, qu'elle se senti tiré par le coude et emporter au travers de la foule par son frère. La petite fille ne pue que suivre le mouvement gracieux que déssinait la démarche du comte des poisons, qui lui ayant présenter son bras, la menait à présent vers la grande salle de balle. Maryweather ne pue empêcher la naissance d'une profonde chaleur dans sa gorge en voyant soudainement le réaction d'exclusivité que le comte semblait vouloir préserver à son égard et cela au cœur même de cette immense manifestation. La grande porte fut à peine franchi, que les regards scrutateurs et envieux vinrent se poser sur les Hargreaves, tout comme des apôtres acclament l'arrivé d'un messie. Les dames les plus volages et excentrique voire même sans gène, ne tardèrent pas à s'approcher entourant le couple fraternel. Certaines n'hésitant pas à adresser des compliments à la petite Mary afin de pouvoir mieux s'approcher du comte des poisons, ou encore à tout deux les solliciter comme s'il s'agissait d'amies de longue date. Mary ne pouvoir que regarder la scène et afficher un sourire crispée à la vue de toute ses donzelles sans le moindre amour propre. Si tout ceci s'était passé dans un autre lieu, avec d'autre personnes, à un autre moment, assurément Mary ne se serait pas gêner pour leurs exprimer tout le dégoût que leurs comportements lui inspirait. Pourtant, bien d'autre choses trottait dans l'esprit de la fillette pour l'heure. Le moment arrivait à grand pas. L'instant où elle s'éclipserait pour partir en quête de l'homme rencontré au manoir des papillons afin de quérir son aide approchait aussi vite que les valses s'enchainaient.

La fillette se tenait droite au coté de son frère, se forçant à se tenir le plus droit possible au point que ses reins et ses genoux commençait à la faire souffrir aux files des minutes. Un nouveau mouvement fut jouer par l'orchestre qui semblait s'écouler au même rythme que les visages d'inconnus apparaissaient et disparaissaient aux yeux de la fillette. L'ennui face à rituel commençait à se lire sur le visage de la petite poupée; de plus sa gorge commençait à lui bruler, asséché par l'air ambiante qui du fait du grand nombre de gens autour d'eux avait quelque peu augmenté en température et en devenait même étouffant. Mary posa les yeux sur son frère qui semblait resté fidèle à sa réputation de perfection en toute situation.

C'est alors que dans cette sensation de suffocation, une voix vint tinter aux oreilles de la fillette.

- Cain, Mary, enfin !!!

Ce n'étais autre que Christopher qui renchéri d'un ton plus modéré,

- Vous en avez mit du temps !


Maryweather ne pue retenir un non moins modéré mais enthousiaste ,"....Chris !" accompagné d'un large et sincère sourire de la part de fillette.

Le jeune garçon s'empressa de leurs indiquer la présence du maitre des lieux. Celui-ci de belle taille et au physique plutôt atypique n'en sembla que plus intéressant pour le fillette. Celle ci ne pue s'empêcher d'entrainer à son tour son frère à sa suite; ainsi qu'elle même à celle de Christopher, afin que tout deux puissent faire plus ample connaissance avec la personne probablement la plus intéressante de toute cette soirée. Mary songea également que ce Sir Stardust, de part son coté hors du commun allait peut -être lui permettre d'atténuer la vigilance de son frère et de ce fait permettre à la petite fille de mettre son plan en marche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Baron McElhone
avatar
Baron McElhone

Messages : 38
Date d'inscription : 29/12/2010

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Mar 4 Jan - 12:14

Adrian descendit de son fiacre, et emprunta l'allée principale, bordée d'une verdure luxuriante. Le domaine tout entier soulignait la richesse et l'importance de son propriétaire. A elle seule, l'immense grille en fer forgé qui bordait la propriété, valait une petite fortune. L'héritier de la famille Stardust, était un doux excentrique, dont pourtant, la bonne société elle-même, n'osait se gausser tant le prestige et le poids de cette famille, dans la société, était reconnu. On pouvait même dire que son argent et son influence lui permettait de tels excentricités. Oh bien sur, cela ne plaisait pas à tout le monde, et nul n'était mieux placé que lui pour savoir que leur caste n'était en réalité, qu'un véritable panier de crabes où l'hypocrisie régnait en maître. Toutefois, les gens se gardaient de la moindre remarque désobligeante à son sujet, car personne n'oubliait, qu'il était l'un des parti les plus en vu du moment pour les jeunes filles à marier. Et aucune ne manquait de tenter leur chance, mais de toute évidence, leur hôte de la soirée, ne semblait pas particulièrement pressé de prendre une belle pour épouse.
Adrian balaya l'entrée du regard, et reconnu quelques personnes, pénétrer dans l'immense demeure. Des habitués des réceptions marquantes et des événements mondains. A son tour, il suivit le même chemin, le visage fermé, du moins, jusqu'à ce qu'il pénètre dans le couloir de la somptueuse demeure, et qu'un serviteur ne le décharge de ses affaires. Adrian retira sa cape, puis son haut de forme et confia ses biens au serviteur de la famille Stardust tout en arborant un sourire aimable. Un sourire de convenance, qu'il ne quitterait pas aussi longtemps qu'il serait présent ici. Il salua deux trois personnes de sa connaissance tout en s'avançant tranquillement sans précipitation.
En vérité, il n'avait eut aucune envie de se rendre à ce bal, et il était dans ces intentions de décliner l'invitation. Du moins jusqu'à ce que la présence d'une certaine personne ne soit confirmé et ne le fasse changer d'avis. Dès lors, plus question de refuser, bien au contraire et il s'était aussitôt affrété avec tout le soin du à son rang. Il avait noué ses longs cheveux brun à l'aide d'une cordelette rouge sang, et portait avec élégance, l'un de ses nombreux smoking noir, pour l'occasion

- Mais c’est le jeune McElhone, retentit une voix désagréablement familière derrière lui.

Adrian se retourna pour faire face à un homme qui avait une tête de moins que lui. La physionomie peu engageante de l'homme reflétait parfaitement sa personnalité, qui se trouvait être tout aussi détestable que la vision qu'il offrait. Petit, enrobé, les cheveux noir plaqué sur son crane, un regard mesquin qu'il affichait en permanence, le nez pâté et un imposant grain de beauté, sortant fièrement sur le haut de sa joue gauche, telle une affreuse verrue. Un cigare collé entre les doigts, pour se donner de l'importance, il le rejoignit et se plaça devant lui. Tout ceci n'engageait rien de bon, et Adrian sentit les ennuis venir, mais faisant comme si de rien n'était, il le salua à son tour

- Bonsoir Mr le Marquis

- Quel plaisir de vous revoir, mon cher. Enfin nous pouvons parler un peu

La soirée ne faisait que commencer, mais de toute évidence, Sullivan en avait déjà bien profité, à en juger par l'odeur de scotch qui se dégageait de son haleine, et se sourire béat qu'il affichait un peu stupidement

- Mes compliments. A l’age que vous avez, faire prospérer ainsi l’affaire de feu votre père, c'est assez exceptionnel. Mais j’ai apprit qu’un incendie avait ravagé votre entrepot. Rajouta-t-il sur un ton faussement condescendant

- Rien d'insurmontable, le rassura Adrian. Les transactions se poursuivent malgré tout et nous honorerons nos contrats dans les temps

Un rictus de contrariété se dessina sur les lèvres de Sullivan, qui n'avait plus là, l'occasion de se réjouir

- Ma foi je vous envie, un "noble parvenu" qui parvient à garder le cap, malgré une affaire comme celle-ci. Enfin, je ne peux que vous envier, moi qui ait perdu jusqu’à ma société, et un titre de noblesse n’y changera rien. Oui il ne me reste plus rien. Plus de société, plus de femme..

Adrian ne répondit rien, mais son regard se fit plus méfiant. Sullivan passait à l'offensive à présent.

- Et oui, je n’ai même plus ma femme pour m’accompagner ce soir par la faute de je ne sais qui… fit-il en posant un regard lourd d'insistance sur le jeune Baron.

Constatant que ce dernier ne répondait toujours rien, le Marquis décida de se faire un peu plus explicite. Le jeune homme ne pourrait pas garder le silence éternellement, et il tenait à lui faire reconnaître ses torts ! Après tout, s'il avait tout perdu, n'était-ce pas de sa faute ?

- Sans doute personne ne peut-il résister à votre exceptionnelle beauté… mais enfin, vous y allez un peu fort dans les divertissements. J’ignore comment vous vous y êtes prit pour la séduire…

- Et moi de quoi vous parlez… Répondit Adrian avec un sourire innocent. Vous-même avez brisé le cœur de bien des dames ce me semble

- Bah, brisé certes, mais jamais causé la mort, persifla le Marquis. Songez à feue Mme la Baronne. Faute d’héritier qu’un fils qu’on a eut de je ne sais qu’elle femme, devienne le chef de famille… je gage qu’en authentique noble de cour, comme moi-même, Mme doit encore se retourner dans sa tombe.

Le regard d'Adrian s'était aussitôt fait aussi froid que la glace. Aborder la mort de sa belle-mère n'était pas un sujet de conversation qu'il appréciait. Bien au contraire. Il n'ignorait pas que certaines personnes issus de la noblesse s'interrogeaient sur toutes ces morts suspectes qui avait sévit dans son entourage et qui avait profité à une personne : lui.
Mais tout ceci n'était que spéculation, et très peu osait faire le moindre sous-entendu en sa présence comme venait de le faire le Marquis, car il possédait un titre, un nom, un rang, et la richesse qui imposait le respect.
Sullivan ne savait rien. Il ignorait la vérité ! Il n'avait parlé que dans le seul but de le rabaisser et de se montrer blessant. Preuve en était lorsqu'il avait poursuivit en évoquant sa naissance. Une fois encore, il avait parlé sans savoir. Même si les derniers des Pontmercy avaient vécu comme des miséreux, il n'en n'avait pas toujours été ainsi. C'était une très vieille famille issu de l'aristocratie qui avait fini par se couvrir de dette pour tenter de maintenir le train de vie dut à leur rang qu'était... la noblesse. Par conséquent, il n'était pas moins aristocrate que lui. Il aurait fort pu le détromper à ce sujet et se défendre mais ce n'était pas dans sa nature de perdre son temps en compagnie de tels imbéciles. Il se moquait bien de ce que pouvait penser le marquis. Il était même fier de ses origines populaires. Les nobles de cours comme cet idiot, n'avaient aucun don pour le négoce et n'avaient pour se raccrocher, que leur naissance et leur prestige. Il était insupportable pour ces gens de reconnaître que ce sont des personnes comme lui, issu du peuple, qui font marcher le monde. Le Marquis avait craché son venin, et il l'avait laissé dire. Cela étant, ce n'est pas pour autant qu'il n'allait pas s'amuser un peu lui aussi

- Dites- moi plutot Mr le marquis, suis-je une telle gêne pour vous ? Demanda-t-il en se rapprochant de lui. Ou alors serait-ce que…

Adrian se pencha vers lui, et susurra prêt de son oreille

- si vous le désirez, je puis vous consacrer une nuit entière à tenter de vous consoler ?

L'homme se recula, troublé. Le rouge qui venait d'empourprer ses joues et le regard qu'il lui lançait à présent, montraient clairement que sa proposition était loin de le laisser indifférent

- Mais… je,… je….

- Je plaisantais. Lui sourit Adrian en se redressant. Toutes mes excuses si vous m’avez prit au sérieux.

Gêne de s'etre ainsi fait avoir aussi facilement, et d'avoir été sujet à la moquerie du jeune Baron, le Marquis s'empourpra de colère

- In… Insolent ! C’est de cette façon que tu as enjôlé ma femme ?! Bougre de pédéraste !! Pas si vite…

Mais Adrian l'ignora en riant aux éclats, face au vilain tour qu'il venait de jouer à ce pauvre bouffon, et qui venait de confondre ce cher marquis. Son plaisir fut interrompu lorsqu'il croisa la silhouette frêle mais non moins pourvue d'une ténébreuse élégance, d'un jeune homme à la beauté des plus singulière. Il portait des cheveux mi-long, un visage pâle et des yeux d'une couleur mordoré que l'on ne pouvait ignorer. Accompagné d'une fillette au long cheveux d'or, qu'il venait d'arracher à un domestique, il passa avec agacement entre les différentes personnalité pour gagner la salle de bal. Il n'y avait aucun doute, il s'agissait bien de celui qu'il était venu rencontrer. Il était cependant surprit de constater qu'il avait emmené avec lui sa jeune soeur, qui, vêtue comme elle l'était, ressemblait à une véritable princesse. N'était-elle pas encore bien trop jeune pour affronter tous ces rapaces ? Il se retourna en direction du cuisinier, en se demandant ce que lui avait voulu cet homme. Il vit alors l'imposant bonhomme se faire prendre à parti par un jeune garçon qui lui asséna un violent coup de pied dans le tibia avant de s'enfuir et de prendre la même direction que le Comte Hargreaves et sa jeune soeur. Cela tira un petit rire amusé à Adrian qui se dirigea vers le cuisinier

- Voilà ce qui arrive lorsque l'on s'approche de trop prêt d'une princesse, son preux chevalier n'est jamais très loin pour la defendre. Maitre Baker, je préseume. Javais effectivement ouie dire que vous mettriez vos compétences à profit pour cette soirée, et je suis fort heureux de constater qu'il ne s'agissait pas là d'une simple rumeur. Ravi de faire votre connaissance. Baron McElhone, se présenta-t-il en lui tendant la main. Il y a bien longtemps que je n’ai pas donné de fête, j’espère pouvoir faire appel à vos compétences. Peut-etre pourriez-vous m'éclairer, il s'agit bien du Comte Hargreaves et de sa jeune soeur qui viennent de passer, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cat from Japan
avatar
Cat from Japan

Messages : 710
Date d'inscription : 22/05/2010
Localisation : Sur une étoile...

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Ven 14 Jan - 13:00


Sa quiétude aux cotés de l’orchestre ne dura pas longtemps, les invités qu’il attendait le plus se dirigèrent dès lors vers lui. Il cessa à regret de jouer, laissant les autres musiciens poursuivre sans lui. Les couples dansaient déjà, et par cette manœuvre il était immuniser contre les propositions de valse des jeunes demoiselles aux robes trop chargées et à la triple couche de maquillage. C’était une technique de dissimulation plus qu’intéressante que de s’éloigner de cette euphorie ambiante … Et étonnement efficace.
Une élégante silhouette, elle aussi surmontée d’un haut de forme et accompagnée d’une demoiselle à la toilette vaporeuse se trouvait juste devant lui.


-Bonsoir Cain…

Il appréciait le maître des poisons de part leur insolence commune et puis, chose qu’ignorait entièrement le count, ils furent, au moins un premier temps, élevés par le même monstre. Ziggy connaissait l’étrange malédiction du jeune homme aux yeux verts de perdre l’élite de ceux qui occupent son cœur, malédiction qui lui était étrangement similaire…
A croire que tous ceux qui ont côtoyés de trop près Alexis, restent victimes d’une intarissable brûlure. Earl Cain connaissait relativement son don, mais en aucun cas sa nature véritable et ne serait-ce qu’une volute de son vécu avant d’être anobli.


-Mademoiselle…

Ziggy retira son haut de forme, fit un baise-main à la petite fleur blanche avec un sourire non feint. Ainsi, se trouvait là la personne la plus chère aux yeux de Christopher. Ziggy ne pouvait nier la beauté rare de cette toute jeune enfant mais le musicien savait aussi plus que tout autre à quel point l’enveloppe charnelle est menacée, prête à se fendre à la moindre secousse, comme le plus travaillé des objets d’art. Ainsi va la fragilité purement humaine. Epiméthée sculpta son œuvre dans une bien fine argile, nous précipitant dans une inévitable mortalité.
Etait-ce du fatalisme ? Au moins de la lucidité. Reportant son intention sur le jeune Williams et reposant son chapeau sur ses cheveux roux, il passa sa main gantée dans les cheveux de son « petit-frère » et se s’assit de nouveau.


-Tu devais être impatient de les revoir n’est-ce pas ? Eh bien, je pense qu’il est grand temps de te faire retrouver ta liberté!

Léger éclat de rire. Tout ce temps passé avec Christopher l’avait plus que tout exorcisé de ses démons, mais la chose était comme tout, éphémère. Son visage reprit après cela un certain sérieux. Il balaya du regard la salle, s’assurant tout de même d’aucun débordement, fait étrange, les hyènes étaient particulièrement dociles cette nuit.

Il repéra un autre poison, McElhone, converser avec le drôle de bonhomme censé être seulement là pour préparer le repas. Son principal domestique avait plus qu’insisté pour engager un chef d’une si grande renommée mais Ziggy ne pouvait pas s’empêcher de le trouver excessivement louche.
Le brouhaha de la salle ne se stoppait pas, tous semblaient plongés dans leur parlotte et autre futilité du lot.
Stardust plongea ses yeux aigue-marine dans les prunelles tout aussi particulières de son vis-à-vis et articula d’une voix lente, non-dénuée d’angoisse, à l’adresse du comte.


-J’ai à te parler, cela ne sera pas long…

Glissant son regard sur le coté, il fit bien comprendre à Cain que cette conversation serait bien plus adéquate sans la présence des deux jeunes enfants qui accompagnaient chacun des deux héritiers. Il fallait d’urgence qu’il lui fasse part de quelque chose. Glissant Ashes dans son dos, il se releva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arcane Majeur
avatar
Arcane Majeur "Le Monde"

Messages : 27
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Mer 19 Jan - 19:23

Lentement, le regard de Morgan s'attarda sur le regard froid et menaçant de Cain. Un instant qui dura une éternité, une sorte de rencontre avec le Diable. La stature, la fermeté du visage, et le parfum du comte étaient comme un avant-goût du chef des Poisons. Un avant-goût qui laissait sur sa faim le cuisinier. Il allait devoir se délecter d'autre chose, de par exemple, une discution intéressante. Maryweather fut écartée de la foule par Cain, qui l'emmena auprès de l'auteur de cette soirée, Ziggy. Ils engagèrent le dialogue, quand soudain, le cuisinier reçut un coup de pied dans le genoux. Le jeune garçon n'avait pas apprécié l'aide, et avait décidé de montrer son ressentiment. Il s'éloigna ensuite vers Cain. En courant. Parce que s'il n'avait pas courru, Adam Baker aurait certainement réellement cuisiné sa langue. Le poing de Morgan froissa son tablier de colère. Cette rencontre avec Cain avait légèrement fait augmenter son taux d'adrénaline. S'il se faisait repérer, c'était finit. Réellement terminé.
Adam Baker reprit son calme, et se dirigea lentement vers la cuisine, mais fut stoppé en route par un jeune homme, dont la beauté resplendissait, d'une manière inquiétante. C'était une beauté presque féminine, une beauté empoisonnante. Il venait d'apparaitre, comme une ombre, son regard planté dans celui de Morgan. Les deux billes glaçées de l'Usurpateur fixèrent cet homme quelques secondes, avant de lâcher un sourire spontané.


- Voilà ce qui arrive lorsque l'on s'approche de trop
prêt d'une princesse, son preux chevalier n'est jamais très loin pour la
defendre. Maitre Baker, je présume. Javais effectivement ouïe dire que
vous mettriez vos compétences à profit pour cette soirée, et je suis
fort heureux de constater qu'il ne s'agissait pas là d'une simple
rumeur. Ravi de faire votre connaissance. Baron McElhone,


Il tendit une main au cuisinier, lui rendant le sourire. Une connaissance d'Adam ?

- Il
y a bien longtemps que je n’ai pas donné de fête, j’espère pouvoir
faire appel à vos compétences. Peut-etre pourriez-vous m'éclairer, il
s'agit bien du Comte Hargreaves et de sa jeune soeur qui viennent de
passer, n'est-ce pas ?


C'était un Baron ? Mc Elhone, un homme de concurrence dans le métier. Difficile de ne pas prendre parti dans cette conversation pour Morgan, mais pourtant il allait devoir faire avec. Mais rien ne l'empêchait de glisser quelques mots. Adam serra la main du Baron.

- Mc Elhone ? Dans le commerce maritime ? Enchanté de vous rencontrer. Tant de Baron et de Noblesse, j'espère que mes plats vous plairont. Et pour ce qui est de Maryweather Hargreaves.. C'est bien la jeune fille aux allures de princesse.

Le regard de Morgan se perdit dans la foule quelques instants, avant de revenir sur ses mains abîmées. Il s'avança vers la cuisine lentement :

- Je suis désolé, je retourne m'occuper de quelques détails. A tout à l'heure Baron..

Le cuisinier enrobé se hâta dans la cuisine, pour vérifier que tout était bien en place. Et puis, pour se débarrasser d'un éminent Poison, surtout pour la mission dont il était chargé.
Dans la cuisine, c'était le coup de feu, et tous les marmiton étaient prêt et le poisson fumait lentement. D'un petit signe de main, Adam appela un commis, et lui ordonna d'aller chercher les alcool à la cave. Puis, il quitta la pièce, pour revenir dans la salle. Morgan repéra Ziggy dans la foule et se dirigea vers lui. Il s'approcha de Ziggy, sans jeter un oeil au Comte et à Mary, et lui chuchota :


- Dois-je amener les amuses-bouches et petits-fours ?


Dernière édition par Morgan White le Ven 11 Fév - 11:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Comte des Poisons
avatar
Comte des Poisons

Messages : 874
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 28
Localisation : Derrière toi...

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Ven 28 Jan - 22:33


Les réceptions… Ce genre de mascarades en lesquelles l’aristocratie met une bonne dose de fard sur ses plus noirs desseins. Le carnaval des sourires crispés, hypocrites, un drôle de jeu auquel les nobles se prêtaient avec plus ou moins de savoir faire, de subtilité. Lorsque l’ennui le prenait, le comte s’amusait à poser son regard sur les personnes les moins habiles, souvent des barons ou héritiers précoces. Il les regardait se laisser prendre à leur propre piège, se faisant docilement balader par une rhétorique aguerrie et habilement maquillée. Le maquillage, le paraitre voilà à quoi se résumait l’ascension sociale en cette ville bourbeuse. Cain, bien qu’âgé de dix-sept petites années, se prêtait à ce jeu d’acteurs de manière bien singulière. Il se contentait de jouer sa personne en se jouant des autres. Il ne faisait que s’asseoir sur ce que l’on croyait savoir lire de son âme noire, ne dévoilant rien de plus. Il s’amusait à laisser sombrer les horreurs ornées de dorures sans valeur dans l’erreur.
Après tout, Londres n’était que pastiche et détournement…

Le jeune Christopher vint rejoindre la fratrie Hargreaves, ces derniers jours il avait séjourné en compagnie de Ziggy. Mary ne l’avait pas revu depuis, cette soirée était en quelque sorte des retrouvailles entre les deux enfants. L’enthousiasme de sa jeune sœur illumina son visage d’un sourire radieux. Certainement l’un des peu nombreux sourires sincères de cette nuit mais un sourire des plus frustrants qui laissait croire que la seule préoccupation de Lord Hargreaves était le bonheur de sa petite princesse resplendissante, au plus grand désespoir des demoiselles étouffant dans un corset bien trop serré.

Le maitre des lieux se présenta, accompagné de sa fameuse guitare bleue et d’un jeune homme bouillant de retrouver Maryweather. Cain attarda son regard sur cette guitare dont il connaissait le nom, ashes. Cette guitare, Ziggy semblait y tenir autant que Cain tenait à sa jeune sœur…


- Bien le bonsoir Ziggy, répondit-il à son tour lorsque Christopher les amena à lui.

Cain avait mesuré avec attention la relation qui unissait Ziggy et Christopher, tous deux s’entendaient à merveille. La considération que le musicien avait pour le jeune neveu de Neel en disait long sur son intérêt pour l’aristocratie et toutes les convenances qui en découlaient. Il avait cela en commun avec le comte, ce n’était d’ailleurs pas l’unique ressemblance qui les liait. Tous deux exprimaient simplement de manière totalement opposée la même et unique chose que peu de monde parvenaient à discerner. A croire que leur combat était similaire.

- Christopher, je suis sur que tu as plein de choses à nous raconter après ce séjour en compagnie de Ziggy, dit-il en faisant un petit clin d’œil à sa sœur.

Cela était un fait et Ziggy le savait parfaitement. L’univers haut en couleur de l’acteur fascinait le jeune garçon et aiguisait son imagination. Un être aussi cultivé et décalé que lui le charmait en tout point et lui rappelait que ce monde n’était pas seulement monochrome et ennuyeux. Il y avait également un autre point que le comte soulevait. Les récits de Christopher captivaient l’attention de Mary. Les prémices à l’ouverture sur le monde que Ziggy lui enseignait ne laissait pas indifférente la jeune fille déjà fort cultivée et attentive aux différences, pour le plus grand plaisir de Chris.

Néanmoins, tout cela ne suffisait pas à inhiber la boule qui se formait dans l’estomac du comte et ce malgré toute la confiance qu’il accordait au musicien. Il connaissait le désir et l’envie que sa petite sœur éveillait, tant par sa beauté que par son nom. L’amertume qu’il approuvait à exhiber son trésor devant cette multitude de prunelles avides ne fit que s’accroitre lorsque les mots soufflés par Ziggy parvinrent à ses oreilles. Malgré le brouhaha généré par l’euphorie environnante, Cain lisait l’angoisse sur les lèvres de son vis-à-vis. Comme première réaction, il serra la main de Mary plus fort. Il comprit par la suite ce qui se cachait derrière ces mots. Courte discussion privée dont d’autres oreilles n’avaient pas la place. Il repensa à l’étrange faculté que Ziggy possédait, cette…intuition qui s’avérait souvent d’une exactitude déroutante.
Un regard suffit à montrer qu’il avait bien compris ce que Ziggy désirait.


- Je te demande juste de m’accorder quelques minutes, se permit-il de souffler au creux de ses ouïes malgré l’urgence apparente.

- Mary, Christopher suivaient moi donc, allons saluer Adrian.

Cain tourna le dos à Ziggy, emportant Mary et Christopher avec lui. Il jeta un dernier regard au musicien en se retournant, soulignant que sa petite entreprise nécessaire ne durerait pas longtemps.
Le comte apercevait non loin de lui la silhouette de son ami Adrian, un poison qui était également de la partie. Il était évident que Cain n’avait pas lésiné sur les moyens, la première réception de Maryweather se passerait au mieux. Adrian était vêtu de noir et arborait comme seule couleur le rouge sang d’un ruban qui nouait ses cheveux.
Tiens donc, le cuistot bedonnant venait de le quitter. Il était de partout sauf en cuisine celui là. Bref.

Le baron Mc Elhone était au courant de l’entreprise du comte cette nuit là, de la situation de sa jeune sœur. Cain lui avait demandé de rester vigilant et avait requis une partie de son attention tout au long de la soirée. Cela n’avait pas grand chose de « professionnel », le comte lui avait simplement demandé ce service en tant qu’ami.


- Bonsoir Adrian.

Glissant son regard vers les deux enfants l’accompagnant, Cain continua avec une pointe d’humour.

- Laisse-moi te présenter du beau monde.

Son regard prit une toute autre intensité lorsque celui d’Adrian se posa sur Maryweather. Il tenait dans le creux de sa main le plus précieux des bijoux, la plus belles des roses, blanche, d’une pureté affligeante. Cain ne pouvait pas s’attarder, alors qu’il considérait Adrian, il finit par demander, l’angoisse dissimulé derrière un masque de plaisanterie.

- Puis je te laisser ces deux chenapans ?

Les mots furent suivis du même regard que précédemment, ce regard soutenu discrètement mais qui cachait quelque chose que l’on ne pouvait ignorer.

- Soyez sages sinon je vous envois dans la marmite du cuistot. D’ailleurs, il me semble bien trop proche des invités pour un domestique celui là. Je ne serais pas bien long, dit il en s’agenouillant afin d’aligner un regard plaisantin sur celui des deux chérubins.


___________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godchild-rpg.forumactif.org

Deadly Doll
avatar
Deadly Doll

Messages : 29
Date d'inscription : 19/12/2010
Age : 28
Localisation : là où il sera...

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Sam 29 Jan - 20:50

La fête était commencée depuis bien longtemps quand le fiacre de Gwen s’était enfin immobilisé devant l’entrée de la somptueuse demeure dans laquelle se donnait la réception. Il allait sans dire qu’il n’avait pas été convié aux festivités. Qui aurait en effet invité une traînée de bas étages ou bien une danseuse aussi voluptueuse soit elle ? Personne de saint d’esprit en effet…et encore moins quelqu’un de la bourgeoisie ou de la noblesse. Cependant il avait été fort aisé de s’y rendre. L’amoureux disposait de plus d’un tour dans son sac, c’était une évidence. Et menant la plupart des nobles aux mœurs débridées par le bout du nez, il lui avait été fort simple de se faire inviter par Lord Hennessy. En effet il lui avait suffit de battre des cils comme une jeune biche pendant quelques minutes pour que le vieil homme aux cheveux poivre et sel le fasse passer pour sa jeune épouse. C’était donc en sa compagnie qu’il avait fait le fastidieux voyage depuis Whitechapel jusqu’ici. Bon pour être tout à fait honnête, Gwen n’était pas assez stupide pour avoir choisit ce petit bonhomme dégarnit pour compagnon. Monsieur Hennessy, bien qu’ayant la cinquantaine dépassée depuis longtemps, était un homme galant et courtois ce qui avait entre autre motivé son choix d’apparence incompréhensible. En effet, il ne lui adressa la parole que pour de charmants compliments et respecta son peu de goût pour la conversation. De plus, il n’était pas l’un de ces jeune et fougueux personnage qui semblait croire que tout lui était dût. En d’autre terme, il n’allait pas lui coller au train toute la soirée en se pavanant à son bras. Et grand Dieu c’était idée était amplement suffisante pour qu’il ne porte pas attention aux nombreux autres nobles qui lui tournaient autour ! Le vieux bonhomme n’était certes pas beau mais il possédait un nombre forts grand de qualités, et de par ce biais le jeune danseur ne faisait pas du tout attention à sa peau distendue et son crâne légèrement brillant là où il lui manquait des cheveux. De toute façon il n’allait pas coucher avec lui…il n’y avait donc pas de soucis quant à son apparence physique un peu repoussante.
Mais revenons à nos cher et tendre moutons. Le véhicule après avoir roulée sur une roue pavée chaotique et endommagée était arrivée, et donc le plus vieux des occupant du véhicule posa ses doigts osseux sur la clenche de la portière. Celle-ci céda délicatement et sans un bruit puis s’ouvrit sur l’extérieur. Aussitôt un air glacée pénétra dans le petit habitacle gelant jusqu’aux os notre cher Gwen qui lâcha un soupire à fendre l’âme. Il frotta vigoureusement la peau nue et pâle de ses bras puis se releva à son tour de la banquette pourtant très confortable. Il passa la tête dehors et jeta un regard à Lord Hennessy qui déjà lui tendait la main.


« _ Merci mon cher, vous êtes d’une galanterie bien rare de nos jour…
_ Il n’y a pas de qui madame. A chose rare, actes qui le sont tout autant ! Je ne saurais vous traiter avec si peu de courtoisie…
_ Vous m’en voyez flattée… flattée et extrêmement ravie. Si je le pouvais je rougirais certainement de tant d’attention de votre part !
_ Si le rouge empourprait votre splendide visage, vous n’en seriez que plus belle… »


Gwen se fendit d’un sourire fort polit mais ne répondit pas. Il tendit la main et, tout en s’appuyant sur celle légèrement calleuse de sa moitié d’un soir, descendit avec grâce et légèreté les quelques marches qui le séparait de la bonne et vieille terre ferme. Il passa ensuite son avant bras au creux du coude du vieil homme vouté par le temps puis se dirigea vers la porte à double battants qui leur faisait face un tout petit peu plus loin dans l’allée. Dans l’obscurité naissante il ne discerna qu’à peine le jeune homme qui leur intima d’un ton amène de s’identifié. Son dit conjoint remit l’invitation que le jeune rouquin regarda sous tous les angles avant d’ouvrir la porte et de le souhaiter une bonne et heureuse soirée. Cependant ce ne fut certainement pas sans jeter un regard à Gwen. Non pas un regard de suspicion cependant, car il n’en douta pas bien des hommes étaient venu ce soir en compagnie de leur femme qui était comme lui bien plus jeune que leur compagnon. Non c’était plutôt la convoitise et la jalousie qui avait fait briller son regard… Rien qui ne put donc émouvoir un temps soit peu l’androgyne.

Aussitôt qu’il fut à l’intérieur, une musique agréable lui lécha les oreilles. De même le fumet délicats qui s’échappait des cuisines lui rappela immédiatement le temps où lui aussi pouvait se permettre la fantaisie de faire des réceptions. Il fronça les sourcils lorsque différents souvenirs s’imposèrent à lui puis pénétra dans la grande salle bondée. Il n’était pas temps de rêvassé, d’ailleurs Gwen ne perdait pas de vue la raison intime de sa visite : Le comte des poisons, Cain Hargreaves, se trouvait ici parmi ces nombreux convives. En attendant d’apercevoir son visage angélique, il se contenta cependant de se plier aux fastidieuses présentations chaque fois qu’un gentilhomme se pressait contre ses jupes. En parlant de jupe, l’ensemble que portait notre jeune homme était fort attrayant sans pour autant être d’une vulgarité sans nom. En effet la soie et le brocart bleu roi laissait entrevoir ses épaules et un peu de la peau de la nuque et de la gorge sans pour autant se perdre plus bas. D’ailleurs il lui aurait été impossible de montrer des formes rondelettes qu’il n’avait pas ! Oui bien même sa peau abimée par les différentes opérations de Delilah.

Enfin arriva le moment où il eut salué quasiment tout le monde. Ne lui restait plus donc qu’à attendre silencieusement le moment propice. Car s’il était venu tout en nourrissant des désirs secrets, il n’en était pas moins ici pour enlever la gamine aux boucles d’or. D’ailleurs il l’avait très vite repéré parmi les invités. Ses grands yeux bleus lançait des myriades d’étoiles scintillantes et ses lèvres roses étaient charnues et magnifiques… Elle était sans aucun doute aussi jolie qu’une poupée de collection : ce qui mit Gwen dans un état de jalousie maladive. S’il eut put réellement devenir rouge de rabe, il l’eut été sans aucun doute. Cependant, il se contenta de serrer les poings à en faire devenir ses jointures blanches et à grincer des dents tout en observant de loin leur petite procession.


« _ Bonsoir mademoiselle…
_ Madame Hennessy… Que puis je pour vous mon cher ?
_ Puis je vous proposer une danse ?
_ Je ne danse pas… navré mon ami.
_ Vraiment comme c’est dommage. Vous m’en voyez réellement peiné ! Il s’avère que j’ai demandé à ces aimables musiciens de jouer rien que pour vous la marche des turcs de Lully…
_ Est-ce bien vrai ? Seriez-vous fou pour faire de telles choses ?
_ Non madame… mais dès que je vous ai vu j’ai été subjugué par votre beauté ! Et L’amour fait faire des choses insensées n’est ce pas ?
_ On dirait bien… Soit, je danserais avec vous. Mais après vous me laisserez en paix, car il n’est pas correct de faire la cour à une femme marié. »


Comblé de joie et ragaillardit par son simple accord, le jeune homme à la chevelure brune commença à lui faire la conversation tout en sirotant calmement le contenue translucide et odorant de son verre. Gwen quant à lui ne pensait qu’à une seule et unique chose : se débarrasser de ce parasite gênant et si pour se faire il lui fallait lui accorder une valses qu’à cela ne tienne il allait le faire ! La musique retentit avec une force et une fraicheur qui lui était propre. Gwen avait toujours aimé Lully, se compositeur et musicien qui avait travaillé toute sa vie durant pour le majestueux Louis XIV tant et si bien qu’il se demanda même si cela s’était vu sur ses traits. Il s’approcha donc de sa sangsue ambulante et commença à tourner avec grâce fermement accroché à ses bras robustes. Il se laissa voleté au rythme des notes puis ne s’arrêta que lorsque le morceau fut finit. Il s’inclina alors légèrement en avant pour une révérence courtoise marquant son retrait et repartit près du mur contre lequel il était adossé un peu plus tôt. Il se sentit très mal à l’aise lorsqu’il remarqua que leur petite ronde avait attiré un peu trop les regards des couples présents et que maintenant on le regardait avec une insistance irritante. Il soupira en faisant un geste ample et agacé puis attendit patiemment que le temps passe tout en espérant sincèrement qu'aucun autre jeune homme ne se sente l'envie de venir l'importuné à nouveau.

N'allez pas croire cependant que notre cher Gwen avait perdue de vue son objectif premier: cette gamine insupportablement belle et gracieuse! L'enlever lui avait on dit? Vraiment? Qu'il était dommage qu'elle ne puisse la manger et se curer les dents ensuite avec les petits os de ces doigts minuscules... oui cela aurait été vraisemblablement beaucoup plus amusant pour lui. Surtout que depuis qu'il l'avait vu: le sourire aux lèvres, les yeux pétillants de bonheur... il s'était prit d'une profonde aversion pour la pauvre Mary qui elle ne se doutait de rien, et surtout n'avait absolument rien demandé! Bref... notre jeune amoureux savait ce qu'il avait à faire. Mais à toute besogne se colle une compensation n'est-ce pas? La sienne était de se trouver là, en ces lieux. A quelques mètres à peine d'une jeune personne qu'il connaissait fort bien pour avoir grandit avec... Que la fête commence? Oui c'était à peu près cela...Et quelle fête!


[HRP: j'espère que ça vous ira... Si quoi que se soit n'allait pas n'hésitez pas à me le faire savoir]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Neveu de Neel
avatar
Neveu de Neel

Messages : 221
Date d'inscription : 01/05/2010
Localisation : Aux cotés de Maryweather

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Mer 9 Fév - 12:27


Le sourire que lui adressa Maryweather lorsqu'il les avait rejoints tout en feintant de leur reprocher leur retard, ne lui avait pas échappé, et l'avait comblé de bonheur ! Mais bien évidemment, il n'était pas question de le montrer, aussi, était-il bien heureux d'avoir aperçu Ziggy, tranquillement assis auprès de Ashes au fond de la salle. En les entrainant en direction de leur hote de la soirée, il avait ainsi son excuse pour leur tourner le dos, et cacher ces rougeurs qui lui montaient inexplicablement aux joues. C'était la chaleur bien sur. Une chaleur que la présence de toute cette foule n'arrangeait en rien. Il n'y avait, bien sur, aucune autre explication, même si un immense sourire s'affichait sur son visage, et qu'il était à présent incroyablement excité.
Ziggy les avait repéré lui aussi, ne les quittant pas des yeux, et les observant tranquillement se diriger vers lui. Le sourire de l'enfant s'aggrandit lorsqu'il croisa le regard son ami qu'il admirait et respectait peut-etre plus qu'aucun autre adulte. Lorsqu'ils se présentèrent à lui, Ziggy les accueilli de son sourire complice

-Bonsoir Cain…Mademoiselle…

- Bien le bonsoir Ziggy,
le salua à son tour le Comte des poisons

Ziggy retira son haut de forme, fit un baise-main à la magnifique fleur blanche qui les accompagnait le tout agrémenté d'un sourire non feint.
En temps normal, Christopher n'aurait pas beaucoup apprécié ce genre de familiarité envers Maryweather, mais de la part de Ziggy c'était différent. Contrairement à ce benet d'Oscar, lui, n'avait aucune idée saugrenue derrière la tête. D'ailleurs, il était où celui-là ? Songea-t-il en jetant un léger regards aux alentours. Vu sa taille imposante, il était impossible de le rater, sans compter qu'on n'avait de toute façon pas besoin de le voir pour le repérer, ce dernier étant assez doué pour se faire remarquer des kilomètres à la ronde. Pourtant ce soir, il ne semblait pas être de la partie. Etrange, d'ordinaire il était de toutes les fêtes... Enfin il n'allait pas se plaindre, au moins comme ça, il n'aurait pas ce lourdeau collé au dos de Mary et par conséquent au sien ! Ils allaient avoir la paix !! N'était-ce pas merveilleux pour leur retrouvailles ?
Christopher reporta son attention sur Ziggy, qui le regardait avec un certain amusement après avoir recoiffé son chapeau, comme s'il avait pu deviner ses penser. Il passa sa main ganté dans les cheveux déjà indiscipliné du jeune garçon dans un geste rempli d'affection. Un geste des plus explicite, qui trahissait parfaitement toute la tendresse qu'il lui portait. Christopher aimait beaucoup ce genre de contact affectueux venant de la part de celui qu'il considérait comme son grand frère. Mais qu'allait penser Mary en voyant cela ? Qu'il était encore un bébé ? Voilà qui le facherait bien, mais la voix de Ziggy coupa court à ses réflexions

-Tu devais être impatient de les revoir n’est-ce pas ?

- Hein... de quoi ?!!! Bégaya-t-il en virant cette fois, complétement au rouge écarlate. Mais... mais pas du tout !!! Se défendit-il dans un vent de panique

- Eh bien, je pense qu’il est grand temps de te faire retrouver ta liberté!

Le rire de Ziggy se mit alors à résonner, léger, insouscient, tendre. Telle une douce mélopée, si bien que Christopher cessa bien vite ses protestations. De toute manière, ce que venait de lui dire Ziggy lui avait passé envie de toute discussion. Lui rendre sa liberté ? Cela voulait donc dire devoir le quitter et retourner chez Cain auprès de Mary... Bien qu'il en était heureux, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver un petit pincement au coeur. Ces derniers jours passés avec Ziggy avaient tout simplement été merveilleux, et se dire qu'il ne le verrait plus tous les jours, lui faisait de la peine. Oh bien sur, il savait tres bien que tout ceci n'était que provisoire, mais on a beau le savoir, et s'y préparer, partir n'est jamais facile. Il n'était cependant pas question de se laisser aller à la mélancolie, car il ne voulait faire de peine ni à Ziggy, qui avait surement d'autres choses à faire que de s'occuper de lui, ni à Mary et Cain, qui pourraient penser qu'il ne désirait plus retourner au manoir Hargreaves ! Il adressa un sourire complice à Ziggy qui riait encore. Christopher aimait entendre ce rire, qui se fit doucement plus discret avant de disparaître totalement, sur une note final, tel une musique qui touchait à sa fin. Reprenant son sérieux, le beau jeune homme, observa la salle de bal et ses convives qui y évoluaient et c'est avec une certaine gravité dans le son de sa voix, qu'il s'adressa à nouveau à Cain

-J’ai à te parler, cela ne sera pas long…

Christopher connaissait cet air là ! Pas de marmot dans les pattes, parlons entre hommes. C'était le genre de chose qu'il ne fallait jamais dire en général devant lui. Combien de fois avait-il réussi à s'introduire dans la pièce où ils discutaient pour les écouter, juste parce qu'il détestait être mis à l'écart ? Plus d'une fois ! Bien sur, il finissait toujours par être découvert, mais cela n'avait aucune importance. Toutefois, il devait reconnaître que pour une fois, leur messes basses ne l'intéressait pas. Au contraire, c'était même une magnifique opportunité qu'ils lui donnaient là !! Mary et lui allaient cesser d'être sous la surveillance des deux adultes !!! Non pas que ces derniers étaient désagréables, bien au contraire, mais il fallaient tout de même admettre, qu'ils seraient plus libre de leurs gestes et de leurs paroles sans avoir l'impression d'être constamment surveillé

- Christopher, je suis sur que tu as plein de choses à nous raconter après ce séjour en compagnie de Ziggy, dit-il en faisant un petit clin d’œil à sa sœur.

Le visage du jeune garçon s'illumina ! Oh ça oui alors !!! Il avait beaucoup de chose à raconter ! Ce séjour chez Ziggy fut riche en découverte ! Ils avaient été voir la fameuse momie au britisch musueum. C'était la première fois de sa vie qu'il en voyait une, et l'événement était sans précédent au pays de sa majesté. La foule était conséquente, et ne semblait pas vouloir se résorber. Au fils des jours. Le jeune garçon était littéralement excité à l'idée de découvrir à quoi ressemblait une véritable momie. Il avait beaucoup entendu parler de l'embaumant, et Ziggy avait fini de parfaire ses connaissances dans ce domaine, sans compter que, dans les journaux, il ne cessaient de vanter la beauté exceptionnelle de cette momie qui semblait si bien conservé. Christopher s'imaginait déjà la momie sous les traits d'un bel egyptien parfaitement conservé et paisiblement endormis. Son impatience de le voir, apres plus d'une heure d'attente dans la file, le faisait littéralement courir dans les couloirs du musée, comme si la momie risquait de s'en aller avant son arrivé, sous le regard amusé de Ziggy et outré de certains visiteurs. Il y avait d'ailleurs de tout dans le musée. Des nobles, des bourgeois, mais aussi, fait plus rare, des petites gens qui avaient lourdement économisé afin de pouvoir assister à cette exposition si rare et si emprunt de mystère. Quelle ne fut pas son étonnement, pour ne pas dire sa déception, lorsque le jeune garçon pu enfin confronter la momie issue de son imagination à la réalité. Cela n'avait plus rien à voir. Il se demandait comment les journalistes avaient pu utiliser les termes d'exceptionnelle beauté pour parler d'elle !! Lui, tout ce qu'il voyait c'était un corps complétement décrépit, vieux et.... effrayant !! Effrayant et pourtant si fascinant.... D'ailleurs sa stupéfaction avait du se lire parfaitement sur son visage, car le rire de Ziggy avait retentit à ses côtés. Après avoir vu le clou du spectacle, Ziggy et lui avaient tranquillement visité le musée. Il avait ainsi pu observer de véritables papyrus, en tentant de s'amuser à déchiffrer ces mystérieux messages codés. Ils purent également découvrir des bracelets et autres objets venus du pays des pyramides. Ziggy ne manquait d'ailleurs jamais de lui raconter plein d'histoires dès qu'ils découvraient un nouvel objet. Christopher adorait l'écouter parler, c'était toujours fascinant !!!! Oh oui, ils en avaient fait des choses pendant son séjour, mais l'activité la plus inoubliable fut sans conteste cette expédition en Montgolfière que Ziggy avait organisé ! Voir le domaine de Ziggy vu du ciel, était quelque chose qui resterait gravé dans sa mémoire, à jamais !! Tout devenait si petit vu de haut, comme si le monde pouvait tenir dans sa main. Mary aurait adoré elle aussi !!! Oh oui, il en avait des choses à lui raconter !!! Alors qu'il s'apprêtait à inviter la fillette hors de la salle de bal, pour aller dans la bibliothèque du domaine, Cain le coupa dans son élan

- Mary, Christopher suivez moi donc, allons saluer Adrian.

Christopher leva un regard d'abord surprit sur Cain avant de se mettre à rechigner un peu devant cette perspective. Pourquoi voulait-il aller le saluer maintenant ? Il l'avait dit lui-même, il avait plein de choses à raconter à Mary, pourquoi l'ennuyer avec toutes ces civilités ennuyeuses et inutiles maintenant ? Il ne fallait pas lui donner envie et l'instant d'apres l'en priver ! De mauvaise grace, il fut donc entrainer avec Mary, par Cain en direction d'Adrian. Christopher jeta un regard derrière lui pour voir si Ziggy les suivait, mais ce n'était pas le cas. Le chef cuisiner était réapparut et murmurait quelques mots dans l'oreille de Ziggy. Lui parlait-il de son coup de pied bien mérité ? Finalement, il n'était pas mécontent que Cain ait choisi ce moment précis pour partir. Ce bonhomme lui faisait froid dans le dos avec son idée de cuisiner sa langue. Avec sa force de boeuf, il en serait tout à fait capable. Et qui sait, il s'agissait peut-etre d'un boucher assassin, avec son grand couteau et son tablier immaculée du sang de ses victimes ! Cette perspective était inquiétante ! Que ferait Sherlock Holmes à sa place ? Il l'affronterait et le confondrait ça c'est sur !!! Christopher observa ce dernier en s'inventant d'inombrables façon de le démasquer, comme Sherlock Holmes et son inséparables Dr Watson

- Bonsoir Adrian.

Cette salutation de Cain, lui indiqua qu'ils étaient arrivés à destination, faisant cesser presque aussitôt, son imagination fertile. Christopher se retourna pour faire face à l'élégant jeune homme qui se tenait à présent en face d'eux. Lui non plus il ne l'aimait pas ! Oh il n'y avait aucune raison particulière à son animosité, si ce n'était que Mary l'aimait bien.

- Laisse-moi te présenter du beau monde. Poursuivit Cain

Le visage sérieux, Christopher défia le jeune baron du regard en s'emparant de la main de Maryweather d'un geste rapide mais au sous-entendu parfaitement claire. Ce geste eut pour effet d'amuser le Baron qui se contenta d'afficher un petit sourire moqueur. Ce qui ne fit qu'accentuer le regard déterminé de Christopher ! C'est bon, ils l'avaient salué, ils pouvaient partir maintenant ? C'est qu'il n'avait pas que ça à faire, lui ! Il avait plein de choses à raconter à Maryweather

- Puis je te laisser ces deux chenapans ?

Hein ?!! Christopher se retourna surprit en direction de Cain. Mais pourquoi ? Tel était la question qui pouvait se lire sur son visage, même si aucun mot n'avait franchi le seuil de ses lèvres. Lui qui pensait être tranquille avec Mary, voilà qu'ils se coltinaient un nouveau chaperon !

- Soyez sages sinon je vous envois dans la marmite du cuistot. D’ailleurs, il me semble bien trop proche des invités pour un domestique celui là. Je ne serais pas bien long, dit il en s’agenouillant afin d’aligner un regard plaisantin sur celui des deux chérubins.

- C'est pas drole, fit Christopher dans une moue boudeuse ! Il en serait bien capable en plus. Je ne l'aime pas

Le baron s'avança et murmura quelque chose à l'oreille de Cain. Quelque chose que Christopher n'avait pas saisit, trop occupé à maugréer. Tout ce qu'il comprit en revanche, c'est que le baron lui avait assuré qu'il veillerait sur eux. Il les sous-estimait un peu là. S'il s'imaginait qu'ils lui obéirait bien sagement, il risquait d'être déçu, d'autant qu'ils étaient assez grand pour se surveiller tout seul, et il était bien décidé à le leur prouver...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fleur dorée empoisonée
avatar
Fleur dorée empoisonée

Messages : 53
Date d'inscription : 06/03/2010
Localisation : Aux cotés de Caïn.

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Sam 19 Fév - 11:10

Maryweather, tout comme Caïn; s'était laisser entrainer auprès de Sir Stardust par Christopher qui semblait ne pas cacher l'enthousiasme que ce gentil homme lui inspirait. Arrivée aux cotés de l'éphèbe, Mary ne pue retenir deux sentiments en son sein. Le premier; l'admiration face à cet homme hors norme qui forçait l'admiration de par sa singularité et qui par bien des aspects rappelait à la petite poupée son si cher et tendre frère. Le second, l'amertume, lorsque Ziggy vint ébouriffer la chevelure de Christopher, signe d'une complicité profonde, d'une nouvelle amitié naissante dont même la fillette ne pouvait définir les limites. Pourtant bien vite la compassion vint surpasser ce second sombre sentiment, car Maryweather le savait; Sir Stardust avait réussi là ou elle même avait fait défaut au coté de Christopher durant ce dernier mois et pour cela elle ne pouvait qu'éprouver un profond respect à l'égard de cet homme. Maryweather ne pue réprimer un sourire de contentement à l'idée que lorsqu'elle aurait mis en marche son plan pour retrouver le médium son cousin ne serais pas seul et épaulé par ce si brillant être.

Bien vite la conversation entre Ziggy er Caïn se fit plus adulte. Mary ne pue qu'observer ces deux hommes se faisant face comme deux reflets dans un miroir. Caîn fini par lui jeter une coup d'œil gêné à elle et son cousin, comme si tout deux n'étaient pas suffisamment âgé pour comprendre ou bien qu'ils n'étaient pas suffisamment mature psychologiquement pour supporter les possibles horrible méfaits qui allaient être relatés et mis sur le tapis lors de la conversation. Les termes des Sir Stardust n'avaient fait que confirmer cet impression. Elle et Christopher étaient de trop pour le moment, les conversations d'adulte n'étant pas destinée aux oreilles de ceux dont le lait s'écoulait encore des narines.


Caîn mena à travers foule sa jeune sœur et son cousin. Une nouvelle fois les donzelles accoururent, piaillant et encerclant le trio. Mais fort heureusement ce fut bref. Le conte des poison les avaient mené tout deux auprès d'un autre gentil homme, un comte...un Duc....Mary n'y avait gère vraiment prête attention. Car voilà qui en était trop, voilà qu'on leur refilait une "Nounou"!....du moins ce jeune dandy allait d'une certaine manière en tenir le rôle. Maryweather fixa le jeune homme montrant son mécontentement face à cette situation à son frère alors que celui-ci venait tout juste de plaisanter à propos du cuistot. Mary pris la main de Christopher, s'éloignant légèrement de son frère et laissa s'échapper, quitte à vexer le jeune Adrian:

- A-t-on vraiment besoin d'une nurse? Chris et moi ne sommes nous point assez grand pour nous surveiller nous même?


Bien plus que le fait d'être vexer, Mary savait que ce nouveau personnage allait être un nouvel obstacle à son échappatoire lors de cette soirée. Elle fixa une nouvelle fois le jeune homme. Une idée lui traversa l'esprit afin de s'en défaire facilement. Elle rajouta alors à l'attention de son frère sur un ton conciliant:

-...mais bon puisque tu le juge utile, mon frère, je m'y soumettrait!



Elle lâcha la main de Christopher et alla se blottir dans les bras de Caîn, l'enlaçant comme jamais auparavant, comme s'il s'agissait de la dernière fois; car c'était sur à présent sa fuite était imminente. Caïn fini par tourner les talons et disparaitre dans la foule. Mary au coté de Christopher, observait de sa place l'ensemble de la piste. Nombre de couple dansaient, mais un en particulier attira l'attention de la fillette, celui d'une jeune femme d'une grande beauté et d'un homme d'age mure valsant sur la piste avec élégance. Décidément ce soir, cette fête n'étaient faite que de contraste. Christopher semblait surexcité tandis que le jeune Adrian semblait très peu loquasse ce qui ne faisait qu'ennuyer Maryweather.

Pourtant le moment était venu, l'instant ou son plan devait être mis à exécution avait sonné. Maryweather s'adressa au jeune comte avec respect et toute la retenue que l'étiquette lui imposait mais lui adressant cependant un chaleureux sourire.


-Sir Adrian!...Pourriez vous s'il vous plait aller me chercher de quoi me désaltérer, ma gorge de part cette chaleur ambiante me brule atrocement! Je vous en serais des plus reconnaissante.



Mary savait parfaitement que tout gentil homme ne pouvait se soustraire à telle demande, question de bonne éducation. De plus cette manœuvre du fait de l'endroit ou se situait le buffet, c'est à dire à l'opposé de leur situation actuelle; allait permettre à la jeune Hargreaves de se défaire de cette nurse involontaire aussi charmante fut-elle. Mary venait par sa demande de déplacer une nouvelle pièce sur échiquier du destin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Baron McElhone
avatar
Baron McElhone

Messages : 38
Date d'inscription : 29/12/2010

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Mer 23 Fév - 8:43

(j'interviens avec l'autorisation de Cain)


Le cuisinier serra de sa main rugueuse, la main amicale que lui avait tendu le jeune Baron, tout en répondant à sa politesse. Adrian ne se départi pas de son aimable sourire, sans le quitter de son regard pénétrant, comme s'il désirait sonder le plus profond de son être. L'homme cherchait à paraître jovial, et répondait avec amabilité à ses questions, pourtant Adrian pouvait percevoir comme un léger malaise. La gêne occasionné par le fait qu'un homme de son rang vienne à saluer son travail ? Peut-être. Mais autre chose avait attiré son attention et aiguisé sa méfiance. Il avait certes, répondu à ses questions avec obligeance, mais aussi et surtout, avec beaucoup trop de précision pour un simple cuisinier. Qu'il connaisse l'identité de la jeune fille à laquelle il s'était adressé était déjà surprenant en soi, mais qu'il sache son prénom l'était encore plus. S'ajoutait à cela le fait qu'il n'ignorait rien de ses activités, et il n'en fallu pas plus pour qu'il réussisse à s'attirer la méfiance du jeune Baron. Voilà un cuisinier qui paraissait connaître les invités de son maître, aussi bien que leur hôte lui-même. Adrian avait jeté un regard discret en direction du jeune Comte. Il parlait justement avec le maître des lieux, en compagnie des deux enfants. Le cuisinier en profita pour se retirer humblement

- Je suis désolé, je retourne m'occuper de quelques détails. A tout à l'heure Baron..

Adrian posa son regard sur lui, sans répondre mais en l'observant avec intérêt. Voilà un homme qui semblait bien mal à l'aise en sa compagnie... et surtout, qui était particulièrement bien renseigné. Sans oublier, qu'il n'avait pas oublier ce geste succinct que cet homme avait faillit avoir à l'encontre du jeune garçon qui lui avait infligé un sérieux coup de pied. Ce fut bref, mais ça ne lui avait pas échappé et bien qu'il soit parvenu à retenir son geste, cela trahissait néanmoins un comportement violent et potentiellement dangereux

- Bonsoir Adrian.

S'arrachant à ses réflexions, Adrian se tourna tranquillement en direction de la personne qui venait de le rejoindre et de s'adresser à lui. Le jeune Comte Hargreaves, celui qu'il avait feint ne pas connaître, auprès de cet Adam Baker

- Laisse-moi te présenter du beau monde.

Le jeune Comte au charme aussi envoutant qu'empoisonnant, n'était pas venu seul. Point de Sir Stardust mais deux enfants, ce qui, songea-t-il avec une pointe d'ironie, au vu des excentricités du premier, pouvait revenir au meme. Le premier n'était autre que le jeune garçon qui avait infligé un magistral coup de pied à cet étrange cuisinier. Les cheveux en batailles, mais un regard déterminé, dans lequel luisait une lueur de défi. La seconde, sur laquelle il s'arrêta plus longuement, n'était autre que la jeune soeur de Cain qu'il n'avait que rarement croisé. Un ange blond merveilleux, dont l'apparente douceur n'en n'était que plus trompeuse, à en juger par le regard antipathique qu'elle lui renvoyait et qui n'avait strictement rien à envier à celui de son cousin

- Puis je te laisser ces deux chenapans ?

Le regard d'Adrian s'était levé avec surprise sur le jeune Comte pour croiser les pupilles calmes et mordorés du jeune Comte. Bien qu'il eut tenté de le camoufler derrière une boutade, l'émotion avait légèrement vibré dans ses paroles. Cain Hargreaves, lui, qui d'ordinaire faisait si peu confiance aux gens, était prêt à lui confier ce qu'il avait de plus précieux. Cain et sa jeune soeur. Nul parmi ses proches, n'ignorait que la fillette était la prunelle de ses yeux. Le jeune Comte se montrait particulièrement protecteur envers elle. Trop dirait certains, mais Adrian n'était pas d'accord avec eux, pour lui, on n'est jamais trop protecteur avec ceux que l'on aime. Maryweather était ce qu'il avait de plus cher, et Adrian comprenait parfaitement son attitude.
Adrian jeta un regard circulaire dans la salle à la recherche du baron déchu de la ligné des Gabriels ! D'ordinaire c'était à lui que revenait ce genre de charge, mais de toute évidence Oscar brillait par son absence. C'était donc à lui qu'avait échoué ce rôle, et la confiance de Cain l'honorait. Accompagné de ces deux enfants, Adrian allait devoir surveiller un peu ses manières. Fini les plaisanteries salaces

- Ils seront surement de meilleurs compagnie que ce cher Marquis, fit remarquer Adrian dans un sourire à la fois moqueur et complice

- Soyez sages sinon je vous envois dans la marmite du cuistot. D’ailleurs, il me semble bien trop proche des invités pour un domestique celui là.

Adrian jeta un regard sur le fameux Baker qui était entrain d'échanger quelques mots avec Ziggy. Il se rapprocha de Cain et glissa à son oreille

-Il est également très bien informé

Le regard qu'ils s'échangèrent étaient des plus explicites, le message était parfaitement passé

- Je ne serais pas bien long, dit il en s’agenouillant afin d’aligner un regard plaisantin sur celui des deux chérubins.

Cain était totalement différent en présence de ces enfants. Prévenant et disponible, il dévoilait ainsi une facette de sa personnalité qu'il ne lui avait encore jamais été donné de rencontrer. Les deux enfants quand à eux, ne semblaient pas particulièrement emballés de rester en sa compagnie, mais qu'à cela ne tienne, ils devraient faire avec. Celle qui avait manifesté son mécontentement de manière plus virulente fut la jeune fille avant de se rétracter bien soudainement, comme si elle avait une idée derrière la tête. Le regard d'Adrian se fit plus perçant, quelque chose lui disait qu'il allait devoir rester sur ses gardes avec ces deux-là. Une fois Cain parti, le jeune Maryweather revint à de meilleurs sentiments à son égard et lui demanda, fort courtoisement, s'il pouvait lui chercher un verre d'eau pour étancher sa soif. Adrian suivit le regard de la fillette avant de revenir sur elle avec un sourire amusée. Le buffet se trouvait à l'autre bout de la salle. La petite maligne. Il avait parfaitement comprit ce qu'elle avait derrière la tête

- Mais bien sur, Miss Hargreaves, fit-il en s'inclinant légèrement devant elle, avant de se relever et de héler un serveur. Pouvez vous apporter un verre d'eau pour ces deux enfants s'il vous plait

- Mais certainement monsieur

Adrian le remercia avant de jeter un regard satisfait sur la petite qui dissimulait très mal la contrariété que se retournement de situation lui avait fait éprouver. A malin, malin et demi, songea-t-il avec amusement.

- Mr McElhone ? S'exclama timidement une demoiselle

Adrian se retourna en direction de la voix fluette qui s'était adressée à lui et sourit en reconnaissant la benjamine de la famille Gilbert.

- Melle Elena, cela faisait une éternité, répondit-il avec galanterie tout en s'emparant de sa main pour y déposer un baiser.

- Je suis ravie que vous aillez pu vous libérer pour venir. Vous êtes si prit par vos occupations que vous en devenez invisible

Adrian approuva cette remarque d'un sourire faussement navré. Il est vrai que ses sorties se faisaient de plus en plus rares. Il n'avait jamais eut goût à toutes ces réceptions qu'il trouvait toujours fades et sans intérêt. Après le décès soudain de son épouse, il avait pu s'y soustraire sans que personne ne s'en offusque, et d'ailleurs, à vrai dire, il se moquait bien de ce que les gens pouvaient en penser. Aujourd'hui aussi, il avait bel et bien faillit ne pas venir, s'il était là, ce n'était que pour Cain
Alors que la jeune fille échangeait avec lui quelques futilités, Adrian, qui surveillait toujours du coin de l'oeil les deux chérubins du jeune Comte, vit le jeune Williams faire signe à la jolie demoiselle pour tenter de s'en aller discrètement. Sans doute pensaient-ils profiter de cette "plaisante" opportunité pour lui fausser compagnie ? Que nenni ! Décidément, ces deux-là le sous-estimaient.
C'était là une belle erreur. Deux mains fermes et puissantes se refermèrent sur eux, les saisissant par le col et les ramenant auprès de lui

- Où comptiez-vous aller ainsi ? Leur demanda-t-il dans un sourire. Puis, il se tourna vers Elena. Mademoiselle, si vous voulez bien m'excuser, ma présence semble être requise ailleurs

- Oh mais bien sur, admit-elle. J'espère vous revoir dans la soirée

- Tout le plaisir sera pour moi, confirma-t-il le plus hypocritement possible

Il observa la jeune fille se retirer puis se retourna vers les deux enfants qu'il observa durant un temps avant de leur faire signe de le suivre. Tous trois quittèrent le brouhara de la salle de bal, pour le calme et la quiétude de l'immense couloir richement meublé.

- Merci, sans vous, elle ne m'aurait plus lâché, plaisanta-il

Mais son faux sourire disparut presque aussitôt lorsqu'il vit la mine défaite des deux enfants, et plus particulièrement de la jeune Hargreaves. Il y avait quelque chose de terriblement bouleversant dans son regard. L'inquiétude pouvait se lire au fond de ses prunelles, et la tristesse aussi. Pourquoi une jeune fille, qui avait tout se dont on pouvait rêver, semblait-elle si malheureuse ?
Adrian pensa comprendre. Il émit un léger soupir avant de poser un genou à terre, afin d'être à la hauteur de la fillette

- Je suis issu des bas quartier, leur avoua-t-il.

Cette révélation eut le dont de choquer le jeune garçon mais d'attiser l'intérêt de la jeune Maryweather. Et pour cause. Adrian ne connaissait pas son histoire, mais il avait clairement reconnu cet accent trainant et si particulier des bas fond de Londres, sortir de sa bouche. Seul une personne qui y avait vécu pouvait être sensible à cette sonorité si particulière, qui pourtant, était à présent quasi inexistante chez la jeune fille. Une accent dont il était bien difficile de se débarrasser

- On n'était pas riche, mais nous n'étions pas malheureux pour autant. Je travaillais dur mais j'étais libre. Lorsque mon père le Baron, s'est manifesté auprès de ma grand-mère pour me prendre à sa charge, mon univers s'en est vu bouleversé. J'avais peut-être tout se dont n'importe qui aurait pu rêver, pourtant, je n'étais pas heureux. J'avais l'impression d'être constamment enfermé dans une cage dorée. J'imagine, que d'être en compagnie d'une personne comme moi, ne doit pas te ravir. Tu as envie de t'amuser avec ton ami sans avoir toujours quelqu'un sur le dos, mais si Cain agit de la sorte, c'est pour ton bien. Mon père faisait ça uniquement pour le prestige de son nom et le respect de l'étiquette et des conventions, mais Cain, est au-dessus de ça. Il cherche simplement à protéger sa chère et tendre petite soeur, qu'il aime plus que tout. Il ne tient qu'à toi, de ne pas lui donner l'occasion de s'inquiéter davantage

Son regard fut alors attiré par la silhouette d'un homme qui se tenait à l'autre bout du couloir, un homme qui ne lui était pas inconnu, puisqu'il venait de le renvoyer sans le moindre égard aujourd'hui même...


Flashback.

Cet homme cumulait les bévues depuis un certain temps, or il n'y avait pas sa place pour les incapables dans son entreprise. Il avait d'abord cru qu'avoir consenti à être son partenaire deux ou trois fois avait été une pénible erreur car cet imbécile n'avait dès lors plus que ça en tête et négligeait son travail. Il l'avait donc d'abord convoqué dans son bureau lors de sa première bévue et s'était montré on ne peu plus claire. A la deuxième erreur, il n'y aurait plus de pardon...
Pourtant l'avertissement ne semblait pas avoir porté ses fruits car une nouvelle grave erreur se produisit et ce fut suite à ça, qu'il comprit, le lien qui existait entre cet homme et Delilah. Ils étaient parvenu à introduire un sous-fifre auprès de lui, pour continuer leurs manigances avec ou son accord...
Adrian détestait les incapables, mais plus que tout, il haïssait que l'on s'amuse à le manipuler

- Merci pour tous vos services, à présent nous nous passerons de vous !

- Patron !!! S'excusa l'homme en ce mettant à genoux devant lui. Je vous en supplie ! Que vais-je faire si vous me mettez à la porte ? Et puis, je… nous… je vous en supplie que vais-je devenir sans vous ?

Adrian lui avait alors jeté un regard qui trahissait la plus grande indifférence concernant son sort. Finalement, il répondit malgré tout à sa question

- Pourquoi pas mourir ? Lui proposa-t-il avant de rajouter. Après un tel échec, je doute que Delilah ne vous laisse une seconde chance

Il avait alors balancé sa veste par-dessus son épaule de s’en était allé sans lui accorder le moindre égard...


Fin du flashback


Que faisait-il donc ici ? Et surtout, comment était-il entré ? Il doutait fortement qu'il fasse parti de la liste des invités de Ziggy. Il plissa légèrement ses yeux bruns en amande lorsqu'il vit son ancien employé se diriger vers lui. Pressentant un certain danger, il reporta son attention sur les deux enfants sans rien laisser paraître de son inquiétude. Une lueur malicieuse traversa son regard qui se posa sur le jeune garçon.

- Bien, si vous m'avez comprit, retournez à l'intérieur, et Christopher, invite donc cette jeune demoiselle sur la piste de danse, je vous y retrouve dans 5 mn. Je vous fait confiance, ne me décevez pas

Et sans attendre, il poussa les deux enfants à l'intérieur de la salle de bal.
Au milieu de la foule, sur la piste de danse, ils ne craignaient rien. Il referma la porte sur eux afin de concentrer tout son être sur celui qui venait de le rejoindre

- Pourquoi m'avez-vous renvoyé ?

- Cessez donc cette comédie, répondit froidement Adrian. Vous n'avez rien à faire ici !

- Tout ce que je voulais, c'était rester à vos cotés et vous protéger

- Je n'ai nul besoin de toi pour veiller sur ma personne ! A présent disparais ou tu le regretteras ! Lui ordonna le Baron avec méprit en lui tournant les talons.

- C'est de votre faute à vous !! Vous recevrez un jour votre châtiment et vous souffrirez tout comme moi ! Proféra-t-il !

Mais rien n'y fut, Adrian continuait de l'ignorer et s'apprêtait à pénétrer dans la salle de bal. C'est alors que la voix nasillarde de son interlocuteur se mit à résonner de manière soudainement bien menaçante

- Ces enfants... ils étaient mignons... surtout la petite fille. Il s'agit bien de la jeune Hargreaves n'est-ce pas ?... si je la rapporte, ils me pardonneront peut-être cet échec

Adrian fit volte-face prêt à s'occuper définitivement de cette menace que McGuire représentait lorsqu'il sentit la lame froide d'un couteau s'enfoncer dans son abdomen. Il écarquilla les yeux de stupeur, le souffle coupé, incapable de prononcer le moindre mot ou de faire le moindre geste

- Voilà, oui. Je vais détruire de mes propres mains cette poupée qui n'obeit pas. Et une fois que je me serais occupé de vous, je me chargerais de la jeune Hargreaves et rentrerais à nouveau dans les bonnes grâces de l'organisation

Adrian referma sa main sur celle de son agresseur qui tenait toujours fermement le manche de son couteau enfoncé dans son ventre, et une lueur mauvaise passa dans ses prunelles. Un rictus en guise de sourire, il parvint à retirer la lame de son corps petit à petit, malgré la résistance que lui opposait McGuire, sans le quitter du regard. Il n'était pas question de le laisser poser ses sales pattes sur cette fleur qui n'était pas encore éclot.
Adrian se recula et passa sa main sur la blessure en grimaçant. Cette dernière était bien profonde, mais son agresseur ne lui laissa pas le loisir d'observer sa blessure plus longtemps, que déjà, il se rua sur lui, avec fougue. Adrian se protégea le visage en plaçant ses bras devant lui tout en reculant sous ses assauts. Il sentit la lame du couteau le blesser superficiellement sur l'avant-bras droit mais n'eut pas le temps d'y prêter attention. Il sentit une porte s'ouvrir dans son dos, entrainé par le poids de leur deux corps lors de leur chute. Il se retrouvait à présent en bien mauvaise posture. Couché sur le sol, de ce qui semblait être un petit salon, Mcguire qui avait perdu son couteau dans la chute, était assis au-dessus de lui et avait posé ses mains autour de son cou. L'air commençait à lui manquer et sa blessure à l'abdomen était terriblement douloureuse. Il se sentait partir, mais il ne devait pas, pas tant qu'il ne l'aurait pas maitrisé, et écarté au moins, cette menace-ci, de la fillette. Il tendit son bras pour tenter de ce saisir du couteau qui se trouvait à quelques mètres seulement de lui. Malheureusement, il avait beau tendre la main, et s'étirer autant qu'il le pouvait, il ne parvenait pas à atteindre l'objet en question. Changement de tactique. Il plongea sa main dans la poche de son veston et en retira un petite fiole qu'il décapsula d'un simple coup de pouce avant d'en balancer son contenu sur le visage de l'homme. Surprit ce dernier relâcha quelque peut son étreinte ce qui permit à Adrian, dans un dernier effort, de se dégager de sa prise. A quatre pattes, haletant, les cheveux défaits, le jeune Baron tenta tant bien que mal de reprendre son souffle, mais c'était oublier bien vite la présence de son assaillant qui avait à présent le visage rougit par la colère, à moins que ce ne fut par le contenu de cette fiole qu'il avait reçu au visage. Il se jeta à nouveau sur le jeune Baron qui cette fois, n'avait plus la force de lui opposer la moindre résistance. C'est alors, que subitement, McGuire se raidit avant de tomber en arrière, le visage crispé de douleur se figeant ainsi dans la souffrance, pour l'éternité
Adrian lui jeta regard indifférent avant de poser son regard sur la petite fiole vide. Cain avait raison, ce poison était diablement efficace. Il l'avait pourtant prévenu, il lui avait dit de partir sous peine de le regretter... il aurait du l'écouter, il avait à présent l'éternité pour s'en mordre les doigts
Affaiblit, il se laissa choir au pied du fauteuil qui trônait dans la pièce, la main posé sur sa blessure, qui ne formait à présent plus qu'une impressionnante tâche informe et rougeâtre sur sa chemise blanche. Ses yeux se voilèrent doucement. Il n'espérait plus qu'une chose, que Cain ait retrouvé les deux enfants et que ces derniers se portent bien.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Comte des Poisons
avatar
Comte des Poisons

Messages : 874
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 28
Localisation : Derrière toi...

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Mar 1 Mar - 18:02


Evidemment la soudaine entreprise du comte Hargreaves ne plut guère aux deux enfants. Cain avait mesuré cette réaction dans la hâte et s’était malgré tout soumis au refus les laisser gambader au milieu de ces chairs hypocrites. A vrai dire, un certain nombre de choses ne tournait pas rond dans cette soirée. Bon nombre de détails n’étaient pas passés outre l’œil du comte des Poisons. La réaction de Maryweather ne vint que raviver la méfiance déjà fort attisée de son frère. Une telle réaction de Cain était tout à fait prévisible, la présence de la jeune Maryweather en ces lieux relevait déjà du miracle, la jouissance de la liberté était bien trop dangereuse pour lui être accordée. « A-t-on vraiment besoin d'une nurse ? » lui avait-elle rétorqué la mine contrariée. Cet air vexé laissait présager que l’initiative de son frère venait de rompre un espoir enlisé dans les pensées de la petite rose depuis quelques temps. Pourquoi Mary attendait elle un tel instant ? Un instant de solitude ? Cain ne savait plus si les horribles pensées qui assiégeaient son esprit étaient fondées ou si elles découlaient de ses craintes, de sa crainte. Celle de perdre sa sœur et son âme par la même occasion.

L’interdit charme, intéresse, l’interdit éveille la curiosité et l’on s’y laisse vite plonger tellement il est attrayant. « Venez à moi mes petits, venez jouer avec moi ». Dans notre cas, ce serait plutôt « venez jouer à l’adulte et égorgez vos peluches » alors qu’ils n’étaient armés que de frêles menottes innocentes que certains n’auraient aucun scrupule à souiller.

Christopher eut l’air ravi de se retrouver en compagnie d’Adrian, son bref regard trahit sa joie de se retrouver dans les bras d’un partisan de Lord Hargreaves. Cain lui répondit du regard. Je suis désolé mon cher Christopher mais je ne peux vous laisser seuls tous les deux, ton imaginaire pourtant précoce ne pourrait t’alerter sur les dangers qui rodent même ici dans cette demeure que tu connais si bien. Les réceptions mondaines étaient souvent le siège de diverses impostures et quand bien même cette soirée était privée, les préparatifs, la foule et l’alcool se prêtaient bien trop aux intrusions furtives surtout lorsqu’il y avait beaucoup à gagner.

« Puisque tu le juges utile, mon frère, je m'y soumettrai » et Mary vint se blottir dans les bras de Cain. Il semblait avoir décelé dans les mots de sa jeune sœur un tremolo d’émotion qu’il ne sut analyser avec justesse. Le comte passa sa main douce dans le dos de la petite poupée. Le souffle chaud de sa sœur dans le creux de son cou amputait le temps de son tic tac pressant. Cain serra un peu plus fort encore le petit corps fragile de sa sœur contre son torse. Les battements de leur cœur se mêlèrent pour finalement se fondre en une pulsation rythmée par ce qui était si rare et si précieux aux yeux du comte baptisé par la faucheuse. Cette étreinte lui sembla durer de longues minutes. Même hors du manoir, Cain s’évertuait à enfermer sa petite sœur en un cocon doré protecteur visant à la tenir loin de la gangrène qui ne cessait de se répandre partout où l’aristocratie se trémoussait la coupe à la main. Mais il venait de lui tendre une clé dernièrement forgée dont le métal ne s’était pas encore séparé de sa robe carmine. Il espérait simplement que la jeune Maryweather ne prenne pas le risque d’aller s’y bruler les doigts.

Toujours un peu grognon, Christopher ne sembla pas très enjoué à la suite de la petite plaisanterie au sujet du cuisinier. Plaisanterie qui d’ailleurs n’aspirait qu’à amener le sujet à Adrian sans trop attirer l’attention des deux jeunes enfants ou plutôt en cultivant le rebut qu’ils pouvaient déjà éprouver à la vue du gros personnage. Le baron Mc Elhone semblait également méfiant à l’égard de Ce cuisinier qui passait plus de temps en reconnaissance dans la salle des invités que devant ses fourneaux à beugler devant ses cuisiniers. « Il est également très bien informé », Adrian n’en dit pas plus mais cela suffisait. Un imposteur ? Peut être était ce de lui que Ziggy voulait parler, qu’il devait garder un œil sur Christopher et Mary car quelque chose d’imprévu allait peut être se produire. Cain ne s’était de toute façon pas annoncé cette soirée comme un amusement, le temps lui était désormais compté.


« Veille sur ta princesse, preux chevalier » alla-t-il souffler furtivement aux oreilles de Christopher, tellement doucement qu’il était tout à fait improbable que Mary ait étendu et même vu quelque chose.

Ce n’était pas véritablement à Adrian que Cain confiait sa sœur, il la confiait à Christopher. Il s’empara de la main de sa sœur avec douceur, la déposa dans le creux de celle de Christopher et finit par laisser le duo sous le regard aguerri d’Adrian et d’un dernier clin d’œil il s’en alla après avoir offert un regard à Adrian, un regard qui ne présageait rien de bon.

Le comte des poisons se mit, enfin, en quête de Ziggy qu’il trouva sans grande peine. La soirée tout juste entamée s’entachait déjà d’ombres contraignant Cain Hargreaves à jouer ses atouts bien plus tôt que prévu. De toute évidence, le comte ne laissait que très rarement les choses au hasard, il avait pris soin que cette soirée soit organisée hors de son terrain de jeu pensant que les menaces le croiraient en position de faiblesse, loin de ses repères et des recoins secrets que pouvaient contenir cette villa. Cela était sans compter la ruse du jeune Christopher…
Il y avait toujours cette boule à l’estomac qui croissait au fur et à mesure que ses observations aiguisaient sa méfiance, le rendant bien plus prudent. Il s’approcha de Ziggy de côté, veillant à ce que personne ne tende l’oreille aux alentours.


« La vermine n’a de cesse de s’infiltrer dans les réceptions mondaines Ziggy, voilà pourquoi je voulais tenir éloignés Christopher et Mary de ce monde. » dit il en attendant que le musicien continue la discussion que Cain avait laissé en suspens.

___________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godchild-rpg.forumactif.org

Deadly Doll
avatar
Deadly Doll

Messages : 29
Date d'inscription : 19/12/2010
Age : 28
Localisation : là où il sera...

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Mer 2 Mar - 23:12

Gwen respira un grand coup tant et si bien que son corsage lui parut un bref instant beaucoup trop étroit pour lui. Le moment tant attendu approchait à grand pas et une excitation enivrante prenait lentement mais surement possession de lui. Il pouvait déjà sentir l’odeur doucereuse et sucrée des cheveux dorés de la petite poupée de porcelaine… Il pouvait sentir sous ses doigts le velouté de sa peau de pêche… Il parvenait même aisément à percevoir le goût amer de la tristesse et de la détresse des individus qui allaient bien malgré eux entrer dans cette terrible et dangereuse entreprise. Il laissa tomber contre ses flancs ses bras qui étaient jusqu’alors si sévèrement croisés sur sa poitrine puis entama de traverser la salle de réceptions d’un pas souple et allongé. Sur son épine dorsale remontait lentement le regard importun de ce dandy de bas étage mais aussi un long et insupportable frisson. Sa peau se couvrit d’une chaire de poule aussi peu esthétique que plaisante mais il parvint tout de même à parcourir deux cent misérables mètres de plus.

Honnêtement le sol ne lui avait pas parut si glissant et instable depuis bien longtemps. Perchés sur des chaussures à talons tout ce qu’il y a de plus banales, il avait cependant la désagréable impression que la terre ferme se dérobait inexorablement sous ses pieds et que bientôt il tomberait dans un gouffre sans fond menant tout droit aux enfers. Cerbère et Hadès l’attendait certainement déjà avec impatience ! Tenant fermement entre des doigts crispés un pan de sa robe, il traversa enfin la plus grande partie de la pièce bondée. Son malaise ne se dissipa pas pour autant car de plus en plus la silhouette tant redoutée se rapprochait. Un pas…puis deux… puis trois… Il frôlait à présent le tissu vaporeux de sa veste et l’odeur délicate de son parfum enivrait ses sens et imprégnait son âme. Titubant l’espace de trente secondes, il reprit ses esprits puis dépassa Cain avec une paisible indifférence sur le visage. Difficile pour lui de conserver se masque hautain alors qu’à porter de main se trouvait l’être tant chéri. Son cœur tressautait irrégulièrement dans sa cage thoracique et rendait même parfois sa respiration douloureuse et laborieuse, pourtant il se morigéna sans cesse se rappelant le but même de sa mission.

Si enlever la précieuse gamine n’était pas de son seul ressort, il était évident qu’il pouvait sans mal faciliter sa fuite. Si la pauvre petite oie blanche s’aventurait seule dans l’obscurité poisseuse de la nuit, nulle doute qu’un autre membre de Delilah aurait les dents assez longue pour kidnapper la jeune fille aux yeux étincelant d’innocence. Dans son esprit torturer la créature envisagea toutes les possibilités qui s’offraient à elle. En effet il restait deux protagonistes gênant pour la réussite de leur précieuse tâche. Un charmant jeune homme et un garçonnet au visage poupin tout juste sortie de l’enfance… ou peut être n’en était il pas sortit d’ailleurs à tout bien y réfléchir. Se mordant l’intérieur de la joue, Gwen jaugea les deux individus et en évalua les dangerosités. Parfois il était surprenant de voir que les individus les plus insignifiants d’apparence étaient les plus dangereux… Il savait parfaitement de quoi il parlait. Après tout, sous cette monticule de soie et de dentelles ne se trouvait-il pas la plus immonde et repoussante des choses ? Oui… n’était il pas sous son épaisse couche de maquillage craquelé et ses apparats somptueux l’un des plus violent et affamé monstre que la terre est connue ? Le mioche semblait sans défense de prime abord alors il reporta son entière attention sur le plus vieux mais celui-ci était déjà bien plus loin laissant les deux enfants sans surveillance l’espace d’un moment : un peu insouciant ? Non pas vraiment il y avait tant à faire pour éviter la catastrophe qu’il ne pouvait décemment pas blâmer le jeune homme à la chevelure brune emmêlée. Déjà un autre des leurs s’occupait de son cas et visiblement à voir le baron choir mollement sur son fauteuil il semblait plus que probable qu’une épine venait de lui être retirée du pied laissant carte blanche à son initiative…

C’était le moment. Le signal qu’il attendait pour parfaire et resserrer les mailles de leurs filets. Le piège se refermait inévitablement sur deux ébauches d’adulte. Soufflant délicatement entre ses mains l’amoureux observa deux minutes encore les fragiles proies. L’une d’elle avait plus de valeur que sa propre vie… S’il la rapportait, peut être serait il un peu plus longtemps dans les bonnes grâces de son maître… Peut être lui ferait il un autre cadeau inestimable en vue de séduire le comte Hargreaves. Prenant sa voix la plus douce, il s’approcha à pas de loup des deux garnements et souffla d’un seul et unique murmure sa fatale sentence.


« _ Il y a une porte qui mène à la sortie… Si vous prenez celle de l’entrée vous tomberez forcément sur le gardien, celui qui vérifie les noms des invités. Mais je sais de sources sur qu’en passant par la cuisine une porte donne sur le jardin de la résidence. Il vous suffira ensuite de contourner silencieusement et discrètement la demeure et vous serez libre. Ça demande un tout petit peu de doigté mais rien de bien insurmontable pour vous deux pas vrai ? »

Il laissa s’épanouir sur son visage lisse un sourire doux et presque maternel. Maitriser chaque émotion, chaque trait de son visage, était quelque chose qu’il faisait constamment et qui était devenu aussi simple que de respirer pour lui. Il faisait tant et si bien semblant jour après jour que parfois il en arrivait à se demander ce qu’il voulait vraiment dans le fond. Qui il était vraiment n’avait d’ailleurs aucune importance… Il aimait explorer toutes les humeurs et s’en draper avec aisance. Pour lui chaque sentiments devenait aussi matériel qu’un vêtement et il s’en imprégnait avec une facilité enfantine et affligeante pour quiconque comprendrais la supercherie grotesque.

« _ Mais il reste un œil qu’il faudrait distraire n’est-ce pas ? Ce cher comte Hargreaves ne va pas cesser de vous surveiller comme cela chère Maryweather… Il est normal qu’il veille jalousement son plus précieux trésor. Je le ferais moi-même avec mes enfants. »

Et voila placer dans la phrase aussi innocemment et naturellement que possible ce minuscule détails faisait la différence. Il était plus difficile de se méfier d’une adorable mère de famille plutôt que d’une mante religieuse au bras d’un homme trois fois plus âgé qu’elle aussi bien physiquement que psychiquement. Pour parfaire son manteau de pureté et de crédibilité l’hybride emboîta mentalement les derniers mots de sa phrase. Il fallait qu’elle soit parfaite… Car d’elle résultait la confiance de deux petites créatures qu’il ne pouvait envisager de laisser filer. Delilah lui avait donné une mission… il n’aurait de cesse de la réaliser.

« _ Mais Londres est un peu dangereuse pour deux enfants non ? Cela me semble un peu … un peu insensé… j’espère que vous ne fuirez pas trop loin d’accord ? Ne faites pas de bêtises une fois dehors… sinon je n’irais pas distraire monsieur votre frère ma jeune amie… »


Une nouvelle fois il exposa sa parfaite dentition puis passa une main calme et sereine dans les cheveux fins de la jeune demi sœur de son aimé. En effet, elle sentait à la fois le miel, l’amande douce et la pêche… très subtile mélange qui en d’autre circonstance aurait éveillé son appétit pour la chaire fraiche et tendre. Car nul doute que du haut de son jeune âge la demoiselle devait être tout ce qu’il y a de plus goût… Meilleur que la plus savoureuse des viandes de Londres… Mais pas le temps de se laisser aller à une pulsion grossièrement sauvage et animale. Il lui fallait l’assentiment de la demoiselle pour aller distraire le compte. Une fois cela fait, ils passeraient par la porte de la cuisine…tant mieux car l’un des leurs se trouvait dans ces eaux là !


HRP: J'ai eut pas mal de mal à répondre. Si jamais ça ne suivait pas ou ne correspondait à ce que vous vouliez faire envoyez moi un mp (sur Riff si possible) comme ça je modifierais aussi vite que je le peux. Désolé d'avance si mon post ne vas pas.



Dernière édition par Gwen Moore le Dim 6 Mar - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cat from Japan
avatar
Cat from Japan

Messages : 710
Date d'inscription : 22/05/2010
Localisation : Sur une étoile...

MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   Ven 11 Mar - 22:33

La raison vacille peu à peu en l’absence de garde fou… Il sait, ou plutôt, il devine, là réside tout le mal. Tous ses rires faux, ses bouches fardées, ses teints plats et le reflet des étoffes, l’hypocrisie tangible…Cela n’est rien comparé à l’appréhension qui cristallisait sa raison, une sensation de souffre, d’horreur déshumanisée et d’une cruauté inimaginable. Ceci se trouvait déjà là ? …

Il n’en savait rien, cependant tout le forçait à penser que le rire reste à venir.
Ziggy s’empara d’une coupe de champagne qu’il avala d’une traite, mauvaise idée, la chaleur de l’alcool ne stagne jamais d’accalmie l’angoisse, elle l’hypertrophie bien au contraire.


« - Dois-je amener les amuses-bouches et petits-fours ? »

Qu’est-ce que ? Ce ne fut qu’un bref éclair mais le cœur du rouquin venait de louper un battement. Il aurait aisément aurait parié son âme contre-nature dans le fait saisissant d’une trace bien visible d’irrationnel non loin de lui, en la présence de Gwen Moore. Nom de dieu ! Pas ça !!!
La créature dansait avec une grâce et une agilité peu commune et une touche de maquillage veillait à dissimuler sa peau cadavérique et peut être sa robe une décomposition déjà avancée ?

Sir Stardust la fixa longuement, les tourments ne cessant de parasiter son esprit, une deadly-doll n’est pas assuré de reconnaître l’une de ses sœurs, mais le don intuitif de l’héritier du major remplissait malheureusement comme d’habitude, sa fonction même sans que Ziggy soit en crise de folie.


Le jeune homme était statufié sa peau ne se perlait pas encore de sueurs froides néanmoins à ce rythme ceci ne saurait tarder.

Ce fut l’homme a tout faire qui répondit à l’interrogation d’Adam Baker, de manière positive pour que les apéritifs soient servis dans les plus brefs délais. Distrait un instant, le musicien, perdit la trace de l’autre trépassée, tentant maladroitement de se convaincre que son raisonnement n’était pas fondé.


« La vermine n’a de cesse de s’infiltrer dans les réceptions mondaines Ziggy, voilà pourquoi je voulais tenir éloignés Christopher et Mary de ce monde. »

La voix de Cain lui fit effet de douche froide, le ramenant dans la bourbeuse réalité et espaçant un court instant, ses songes monochromes tapissés d’une macabre et violente inquiétude.

-Je…

Que dire ? Il allait sûrement le prendre pour un fou ? Qu’importe, quiconque connaissait un peu le count devinait que l’Hargreaves maudit n’était pas si étranger à ce domaine. Ziggy inspira lentement, se rapprochant du comte et répandant une copieuse once d’ambre il le dévisagea promptement.

-Je sais que le nombre d’individu leur importe peu, que cela ne leur est point obstacle à tuer… Que dis-je ? Exterminer… J’avancerais même que, cela gonfle leur excitation malsaine… Ils vont se montrer, ils sont peut être déjà là … Cain…

Ta sœur, je sais… Il va arriver quelque chose.
Et j’ai aperçu… J’en suis certain, une demi-morte. Tu es le premier au courant pour savoir que ceci ne peut être que… Leur œuvre.


Ces quelques mots furent comme si toute son essence vitale avait été pompé, fatale ironie pour un revenant, se mordant nerveusement sa lèvre inférieure jusqu’au sang, Ziggy était bien différent de son excentricité commune et il semblait tout bonnement impossible de ne pas le prendre au sérieux.

-Il... Fallait que… Je te prévienne.

Il ne pouvait perdre l'esprit maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~   

Revenir en haut Aller en bas
 

[S1E1] ~~All Tomorrow's Parties~~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Place Like London :: Résidence Stardust-